Âne

Vous connaissez ma capacité à faire des pirouettes qui font « passer du coq à l’âne » ou peu s’en faut. Je ne pense pas tenir des propos totalement incohérents, ni dans mes écrits passer brutalement d’un sujet à un autre sans transition mais j’avoue que mes enchainements  d’idées peuvent surprendre ; c’est un problème, ça n’arrête pas de s’agiter dans ma tête : il y a toujours foisonnement. Pagaille ? Non, j’arrive à classer mais ça bouillonne. Continuer la lecture

Share

Un

Il y a quelques semaines (déjà !), j’ai rédigé un article intitulé « Zéro« . J’ai envie aujourd’hui de voir ce que cache le UN. Après les couleurs et les ponts il y a quelques années, je vais trouver un autre sujet et je crois que nous compterons ensemble.

Et dire que j’ai des tas de choses à raconter sur mon dernier voyage de deux mois en Nouvelle-Zélande… Continuer la lecture

Share

Encore et toujours…

Encore et toujours des mots. Il y a quelques jours, j’ai écouté pendant un moment « Le grand oral » à la télévision; c’état un concours d’éloquence et j’ai constaté que l’amour des mots, le goût de la parole n’est pas mort en France, ce qui me fait grand plaisir. Encore et toujours des mots et pas seulement dans la bouche des enfumeurs professionnels. Continuer la lecture

Share

Rhubarbe, etc.

Je viens de lire dans un magazine de jardinage un article sur la rhubarbe dans lequel on évoquait la consommation des feuilles comme légumes, en Grande-Bretagne au XIXe siècle mais on n’évoquait pas la toxicité de cette verdure. Si les pétioles (tiges) sont bonnes à manger, il n’en va pas de même des limbes (la partie verte), véritable poison. Puis j’ai pensé à cette expression « passez-moi la rhubarbe, je vous passerai le séné » que l’on trouve dans une chanson de Brassens que j’avais présentée LÀ. Continuer la lecture

Share

Faucher, fauché

Ce verbe n’est pas de saison mais pourtant je pense à faucher ou plutôt fauché. Voilà encore un mot aux sens multiples. On n’est pas fauché avec ce gouvernement qui nous laisse fauchés comme les blés. Alors, une explication de texte ? C’est toujours le prof qui ressort., forte de ses origines populaires, paysannes aussi. Continuer la lecture

Share

Coucher dehors…

Dans mon dernier billet, j’ai suggéré l’idée que l’on pouvait « coucher dehors avec un billet de logement« . Je m’explique : le billet de logement est un acte administratif, délivré par le maire d’une commune ou un responsable militaire, qui enjoint un habitant de loger des militaires de passage et parfois même leurs chevaux qu’il doit nourrir et entretenir.

Continuer la lecture

Share