Photographies… un problème avec soi-même ?

 

Comme tout le monde, de temps en temps, je me dis qu’il est indispensable de faire du rangement. Je voudrais savoir combien nous sommes ou plutôt combien vous êtes à tout tenir à jour, en ordre, rangé, propre. A moins de ne pas vivre dans son logement, difficile d’être au top partout. Il y a autre chose que le ménage, l’astiquage, le dépoussiérage, le « rangeage »… Alors j’avoue que chez moi, c’est un peu (beaucoup ?) la pagaille. Il faudrait simplement trier et jeter mais je me laisse déborder, aujourd’hui plus qu’hier… et bien moins que demain ? Dans ce cas, ça craint.

Aujourd’hui donc, j’ai décidé de ranger et de jeter. Sauf que…  je m’arrête de temps en temps. Je me laisse distraire par un courrier que je relis, un article de magazine que je redécouvre. Je papillonne.

Il faudrait ne pas se poser de questions, jeter, voire brûler pour ne pas retourner, soudain prise de remords, fouiller dans la poubelle pour sauver in extremis la chose inutilisée depuis dix ans mais qui va vous manquer le lendemain c’est sûr. Si vous n’avez jamais vécu cela, c’est soit que vous ne rangez jamais, soit que vous avez les moyens de renouveler tous vos biens dès qu’ils sont usagés ou même avant. Moi, j’ai été élevée en essayant de « profiter » de mes affaires, c’est-à-dire de les faire durer. Aujourd’hui ce n’est plus comme ça, je l’ai dit  : « génération kleenex », société de l’éphémère, mais je voudrais savoir combien de quinquagénaires et sexagénaires ont connu cette coutume qui consistait à acheter un vêtement un peu grand pour qu’il fasse profit.

Si vous étiez l’ainé(e) de la famille, vous profitiez d’un vêtement neuf. Les cadets profitaient moins longtemps, mais ils ne portaient  que de l’usagé, à moins que la morphologie de leur aîné(e) ne soit pas compatible avec la leur. Selon les familles, les seconds et nièmes échappaient  plus ou moins aux vêtements de leurs ainés ; moi, de ce côté, j’ai eu beaucoup de chance, j’étais la première. Chance pour ma soeur aussi, elle est née cinq ans après moi, et surtout, elle était rondelette et moi « ficelle » ; aujourd’hui, c’est largement l’inverse, elle est plus que mince et… pas moi. Sans doute que je profite  bien des effets des médicaments que ma grand-mère m’a fait avaler pour que, justement, je « profite ». mieux Mais qu’est-ce que c’était cette répétition, cette volonté de profiter. Génération d’avant et après-guerre ? J’avoue que  je cherche des explications de temps en temps. Je reviendrai sur ce sujet une prochaine fois. Là, je continue avec mon rangement. Enfin, moi et mes digressions, dans tous les domaines !

En rangeant, lecture d’un vieil article de ELLE, et détour par le clavier de l’ordi. C’est pas gagné, la fin du rangement.

Après tout, j’ai le droit de me faire plaisir ; depuis le temps que je vis des contraintes. J’ai le droit de  me faire plaisir. Je me réconcilie avec moi depuis quelques mois même si j’ai encore du mal avec les miroirs. Quant aux photos, ce n’est  toujours pas possible ! Je photographie mais j’essaie d’échapper au(x) photographe(s). Je sais pourquoi cependant j’essaie de voir ce que les « personnes autorisées » (par qui, dirait Coluche) racontent à ce sujet.

Voilà l’article de 2010 (pas si vieux ; je ne vous dirai pas l’âge des doyens des magazines qui viennent de découvrir les joies de la déchèterie). Cet article n’est plus l’original :  caviardé par endroits et étoffé à d’autres. Vous devriez voir les changements de plume.

« Miroir et photo, quelle différence ? »
Devant la glace, soit on s’observe les yeux dans les yeux, soit le regard est dirigé sur une action (se mettre du mascara par exemple) alors qu’une photo est un instantané réducteur, qui fige un moment. On y apparaît dans une posture, avec un angle, des gestes dans lesquels on n’a pas l’habitude de se voir. Il ne faut pas oublier que la photogénie, injuste,  fait de réels cadeaux à certains, alors que, pour d’autres, c’est une sanction. Moi je me demande toujours si je fais partie des sanctionnés ou si je suis aussi moche que ça.

A quoi pense-t-on quand on se voit en photo ?
On commence par  se poser toutes sortes de questions : c’est vraiment moi, ça ? Comment suis-je par rapport aux autres ? Et surtout dans l’oeil des autres ? … Cela ramène à notre façon d’être avec les autres ; selon que l’on est au travail, avec des amis ou en famille, on se montre sous des angles différents.

La photo devient un outil d’investigation de soi-même. Tout dépend du degré d’exigence que l’on a envers soi et  envers les autres. Image quand tu nous tiens ! Les plus soucieux de leur apparence savent qu’ils ont les moyens d’être mieux, en faisant un régime, en allant chez le dermato, en changeant leur couleur de cheveux… Ils se voient comme une pâte à modeler. Notre époque nous a apporté l’idée que l’on peut, et même que l’on doit, s’améliorer ressembler à la norme imposée : petit nez droit et fin, bouche pulpeuse.  Nous sommes envahis de belles images d’actrices, de mannequins qui travaillent sur leur physique, et on se dit : « Pourquoi pas moi ? » Nous sommes devenus des entrepreneurs de nous-mêmes. D’autres se trouvent « pas si mal » au fond, d’autres « franchement beaux » (si, si, ça existe ; j’en connais des « qui s’aiment »). D’autres enfin, se disent « ce n’est pas possible que ce soit moi, ça », ils se résignent, baissent les bras,  et pensent qu’il n’y a rien à faire de toutes façons. Alors autant s’oublier.

Ne pas s’aimer en photo, ça veut dire quoi ?
Si l’on « travaille » constamment sur soi-même pour être au mieux, il arrive que la photo mette à mal ces efforts en nous renvoyant une image qui ne nous convient pas. On devient très critique. Ça ne veut pas dire que l’on a forcément une mauvaise estime de soi. On n’est pas  obligatoirement dans le tout ou rien, on peut s’aimer sur un cliché et trouver en même temps qu’on a besoin de changer de look. Le jugement que l’on porte, plus ou moins sévère, montre comment on accepte les choses de la vie, à quel point on est ou non en paix avec soi-même. Par exemple, certaines personnes ne veulent plus se faire prendre en photo lorsqu’elles vieillissent car la photo semble une mise en danger.

Mais ceux qui ne s’aiment vraiment pas,  ceux qui préfèrent s’oublier, ceux-là vivent ou essaient de vivre avec eux-mêmes, mais sans image d’eux. Ils évitent miroirs et photographes, tels de « purs esprits » (êtres incorporels conscients d’eux-mêmes, de leur existence, doués d’une vie psychique et généralement d’une d’intelligence satisfaisante ainsi que de volonté) : ils se croient « dématérialisés » , ne concédant à leur existence terrestre que le droit de boire et de manger (quelquefois trop ou quelquefois pas du tout). Ils ont souvent l’air de bons vivants, trop enveloppés et rigolards, et/ou tirés à quatre épingles visant la perfection, souvent prêts à rendre service à tout le monde, prêts à aider, à rire, à parler (trop), juste pour qu’on ne voit pas ce qu’il y a à l’intérieur de l’enveloppe dérangeante.

Bisous à toi, ma vieille, vieille amie qui te reconnaîtra. Toi, tu aimes les photos ou tu le laisses croire, mais je connais tes écorchures. Courage à tous ceux qui ont été ou sont encore mal dans leur peau : ça passe, mais il faut faire des efforts sur soi pour y arriver et pour s’aimer chaque jour, en photo ou pour de vrai.

Share

Les oiseaux d’Alfred Hitchcock et « très beaucoup » d’autres

Connaissez-vous Alfred Hitchcock ?

Les Oiseaux, ça vous dit quelque chose ?

Et bien, voilà Alfred Hitchcock et des oiseaux.Puis, « Les Oiseaux » d’Alfred Hitchcock ; le film, vous vous en souvenez ? Il y a eu au moins une dizaine d’affiches différentes. En voilà six qui proviennent d’un site de cinéma

http://www.fan-de-cinema.com/affiches/les-oiseaux.html

Pas une seule photographie ; rien que du travaillé, du graphisme : une déclinaison en couleurs de la même femme.

C’est la vedette : Tippi Hedren (la mère de Mélanie Griffith).

 

Les couleurs des textes et des images changent.

Alfred Hitchcok  choisit une nouvelle photo pour chaque affiche : portrait ou photo en pied, jamais identique.

Les oiseaux, eux, sont toujours les mêmes : corbeaux fonçant sur leur proie.

Les Oiseaux était un film en avance de quelques années sur la vogue des films-catastrophes et coûta assez cher à cause des effets spéciaux mais n’obtint pas le succès escompté

La principale difficulté technique concernait les oiseaux réels. Sur le plateau, ils étaient contrôlés par des dresseurs dirigés par Ray Berwick, qui supervisait l’entretien et l’entraînement de milliers de  mouettes, corbeaux, corneilles, moineaux, bouvreuils… Diverses techniques furent utilisées pour tenter de leur faire jouer leur rôle, avec des fortunes diverses. On attacha même des petits aimants aux pattes des corneilles afin qu’elles s’alignent sur la gouttière de la maison. Tout sembla fonctionner jusqu’à ce que la caméra commence à tourner. En tentant de s’envoler les volatiles basculèrent en avant , collés à la toiture, ils formaient une triste brochette pendant la tête en bas.

Ray Berwick portait de longs gants de cuir pour se protéger, ce qui n’était pas le cas des acteurs, victimes découvertes, offertes aux coups de becs. Rod Taylor (le héros) fut harcelé par un corbeau nommé Archie et Tippi Hedren fut celle qui souffrit le plus : le matin d’un tournage, les oiseaux mécaniques ne fonctionnant plus, elle dut affronter des oiseaux réels (et ce, pendant cinq jours). Les acteurs reçurent des « sérums antitétaniques », compte tenu du nombre de blessures superficielles qu’ils subirent. Vous comprenez maintenant pourquoi Hitchcock n’a pas choisi des acteurs connus… Ce n’était pas par philanthropie, non, non, simplement par économie.

Et le film, alors ?

Les Oiseaux, c’est d’abord une nouvelle de Daphné du Maurier, parue en 1952 dans un recueil intitulé The Birds and other stories, nouvelle d’environ cinquante pages dont l’action se déroule sur une île britannique, peu de temps après la seconde guerre mondiale. Les habitants de l’île, dont l’ouvrier agricole Nat Hocken et sa famille, sont la cible d’attaques organisées d’oiseaux de toutes sortes.

Alfred Hitchcock est fasciné par cette histoire, d’autant plus que peu de temps après l’avoir lue, il découvre, dans la presse américaine, le récit de véritables « accidents « impliquant des oiseaux. Cependant cette nouvelle, ne fournit pas suffisamment de matière pour un long-métrage,  il fait donc appel à l’écrivain Evan Hunter pour étoffer l’histoire.  Le metteur en scène ne veut conserver que le titre et l’idée de base. Les personnages du film n’auront rien à voir avec ceux créés par Daphné du Maurier et seront nettement plus nombreux. L’action se déroulera  en Californie au lieu des îles britanniques.

Le scénario : Melanie Daniels, une belle et riche jeune femme de San Francisco rencontre l’avocat Mitch Brenner chez un marchand d’oiseaux. Il fait semblant de la prendre pour une employée. Le lendemain matin, Melanie se rend à l’appartement de Mitch avec un couple d’inséparables qu’il doit offrir à sa petite soeur, mais il est parti pour le week-end à  Bodega Bay. Elle décide d’aller là-bas en voiture, pour livrer les oiseaux. Sur place, elle loue un bateau pour déposer discrètement la cage à la ferme des Brenner mais une mouette fonce sur elle. Mitch assiste à l’attaque, la soigne, puis l’invite à dîner ;  elle accepte et décide de rester. Elle loue une chambre pour la nuit chez l’institutrice. Dehors, les fils télégraphiques sont couverts d’oiseaux.  Chez l’institutrice, une  mouette s’écrase contre la porte. Le dimanche, des enfants jouent  quand, soudain, des mouettes piquent droit sur eux. La panique s’installe. Les adultes font rentrer tout le monde à l’abri. Le soir, alors que Melanie dîne chez les Brenner, des moineaux en grand nombre font irruption par la cheminée. Ils envahissent la pièce, volettent et piaillent ; tandis que les femmes tentent de se protéger, Mitch essaie, sans grand succès de faire fuir les oiseaux. Le matin, le voisin est retrouvé mort, les yeux atrocement becquetés. Devant l’école, des corbeaux se rassemblent. Craignant une attaque, on fait sortir les enfants en leur demandant de courir s’abriter en ville. Les oiseaux prennent leur vol et attaquent les enfants qui s’enfuient en hurlant. Après cette agression, les oiseaux s’en vont. Plus tard, un pompiste est attaqué par une mouette et a lieu une nouvelle attaque d’oiseaux.  Melanie trouve refuge dans une cabine téléphonique, elle est sauvée par Mitch, qui la ramène dans le restaurant où se trouve un groupe de femmes rassemblées loin des fenêtres. Une mère accuse Melanie d’avoir causé cette malédiction à la ville.  Une nouvelle attaque brutale et violente survient. Elle cesse aussi soudainement. Tôt le lendemain matin, Melanie, seule éveillée, entend un bruit  et découvre un trou dans le toit. Des dizaines d’oiseaux l’assaillent, elle s’effondre bloquant la porte. Mitch la sauve à nouveau. Sérieusement blessée, elle doit être conduite à l’hôpital, Mitch parvient à atteindre le garage, à sortir la voiture et à la garer devant la porte d’entrée pour emmener sa mère, sa soeur et Mélanie loin de Bodega Bay. Tous quatre réussissent à s’installer dans la voiture… avec les inséparables. La voiture s’éloigne très lentement, parmi des milliers d’oiseaux massés partout sur le sol et les bâtiments.

Pas de mot « Fin » à l’écran. Imaginez celle que vous voulez.

L’angoisse vient du comportement totalement inexpliqué des oiseaux, c’est une ambiance  apocalyptique tout au long de ce film qui illustre ainsi l’une des plus anciennes angoisses de l’humanité : sa propre destruction dans des circonstances totalement inexplicables. Des météorites, le nucléaire, on veut bien y croire, mais les oiseaux. Non, ils sont si mignons quelquefois, on veut les protéger et même, pour notre plaisir, les mettre en cage : adieu la liberté ! Dans ce film, les oiseaux incarnent la peur de l’anéantissement par une force qui nous dépasse,  en raison de motivations insondables.

Depuis que j’ai vu ce film, je ne  peux plus regarder les oiseaux sans une pointe d’angoisse, surtout s’ils sont très nombreux face à moi ou s’ils me regardent de manière peu aimable.

Voilà des colonies de fous de Bassan à l’île de Bonaventure, en Gaspésie, Québec, Canada. Beaux, pacifiques avec les humains…pour le moment.

 

Des fous de Bassan, à droite, des fous de Bassan à gauche, des fous de Bassan devant…

Je vous l’ai dit, il y en avait de partout. C’est fou comme on se sent seul dans ces moments-là.

Et un autre jour, un drôle d’oiseau, sur l’île aux Oiseaux Cocos, près de Rodrigues, petite île perdue au  milieu de l’Océan Indien. Pas très courtois , ni très aimable  cet oiseau-là  ; moi j’ai compris « casse-toi ! », ce que j’ai fait, vite, et pas rassurée.

 

Il faut dire qu’il n’était pas tout seul et que  :

l’île est toute petite, et qu’on y va en barque,

qu’on repart de la même manière,

et que ce jour-là l’atmosphère était étrange, orageuse.

Je me posais des questions : ils sont vraiment gentils, même quand on vient les déranger ? Pas rassurée, je vous dis.

Ils étaient posés, comme à l’affut. Chacun son tour !

Puis j’en ai vu arriver quelques uns, en rase-mottes ; je n’allais quand même pas me jeter à terre, ou plutôt dans le sable (la tête dans le sable, c’est un truc d’autruche pour ne pas regarder la vérité en face). Oui, je suis restée droite, enfin presque. J’ai fermé les yeux et baissé la tête (ça fait soumis mais ça protège.) Pense pas aux « Oiseaux », je te dis ! Mouais…

Bien fait !

Raté !

 

Même s’ils sont roses, s’ils me font penser à Alice aux pays des Merveilles, s’ils vivent à San Diego sous le soleil de Californie, les flamands roses sont quand même des oiseaux…

Il y en a vraiment « très beaucoup » des oiseaux autour de nous…

Share

Société de l’éphémère

L’éphémère  est ce qui dure un jour… ou moins.

Et pourtant l’éphémère dure plus longtemps qu’il n’y parait.

L’éphémère s’inscrit dans la mémoire, et dans les photographies qui capturent l’instant pour en faire un souvenir. La photo est un  souvenir plus durable que la vision fugitive captée par l’œil et enregistrée dans le cerveau ou … l’âme.

Voilà ce qui pour moi est une représentation de l’éphémère : à Pékin, dans les Jardins de la Colline de charbon, un peintre d’eau. Je ne sais pas comment l’appeler. Il écrit, avec de l’eau, sur le bitume. Avec la chaleur, bien qu’écrits, les mots s’envolent … N’est-ce pas symbolique ?

Face à ça, le durable, en Egypte : le temple d’Hatchepsout (1480 ans avec Jésus-Christ). Bien caché, bien protégé ce temple. Une longue histoire à raconter. Une autre fois, peut-être ?

Aujourd’hui, que se passe-t-il ? Quelles traces laisserons-nous ? A part, les saletés : pollution, irradiation…

La technologie en général et les technologies de l’information plus particulièrement ont accéléré le temps. Tout savoir immédiatement ; le scoop en direct ; voilà comment tout va plus vite et comment naît une société de l’éphémère et du provisoire. Même les guerres n’ont plus l’air sérieux : ça a commencé en 1991 avec la première guerre du Golfe et les images de la CNN façon jeu vidéo. La vague noire du tsunami au Japon, vue et revue pendant 72 heures, a été mise aux archives : informations trop nombreuses, vite enterrées.

Mais tout est conçu sur le même modèle. Les jeux, les chansons, les chanteurs, même les livres se démodent vite. Les mariages sont à l’essai, les PACS les remplacent ; la famille est recomposée, à géométrie variable. Le travail est partiel, intérimaire ; même les travailleurs les plus diplômés deviennent des « intello-précaires » : des free-lance, des « prestataires »… Les appareils électroménagers ne se réparent plus, il faut  les changer. Pour les voitures, c’est tout juste si on ne nous demande pas d’avoir le même comportement. Société « kleenex », société du « prêt à jeter » !

Voilà une nouvelle manière de donner à l’Etat une occasion de nous taxer davantage.

S’il faut récupérer, recycler : il faut taxer !  Obligé ! Et nous nous laissons faire. Pourquoi ne boycottons-nous pas les jetables : lingettes, canettes, serviettes, bouteilles plastique, tous les produits jetables ?

Quelques bémols : les mouchoirs, les serviettes hygiéniques et les couches, s’il faut les laver, nous serons obligées (ées, bien sûr, c’est les nanas qui s’y colle-ro-nt) de gaspiller de l’eau du savon, nous polluerons aussi et en plus nous perdrons du temps tout en ayant des haut-le-cœur (c’est un mot invariable). Pour ça, restons au jetable.  Pour tout le reste, changeons de comportement : gardons, réutilisons.

Les pots, bouteilles, bocaux de verre, c’est moins polluant, plus sain bien souvent. Plus lourd toujours. Soit ! Mais il faut faire quelques efforts et quelques sacrifices pour améliorer notre condition. Et vous, les hommes costauds, faites-les courses, c’est aussi efficace que la salle de sport pour se faire les muscles et ça dégagera du temps pour votre compagne.

Share

Choc des photos

C’est un piège ! Pas de photos. Juste des mots.

Des photos, il y en a plus qu’il n’en faut à la télévision, partout…

Le nombre de morts au Japon ne cesse de croître après le tsunami. Quel est ce monde où l’on additionne les morts, les millions de dollars, d’euros ? Il faut montrer, raconter, chiffrer, vite, vite… Monde de l’immédiateté. Qui se pose, regarde, réfléchit, pleure, plus de… une journée ? Nous regardons le sang, la souffrance, nous sommes au spectacle ; c’est tout ! Je ne peux plus accepter cela.

Je vous ai montré, dans mon article « le poids des mots, le choc des photos », les images qui m’avaient marquée à jamais : il y en a quatre. Vous les avez vues.

En réfléchissant, d’autres événements m’ont bouleversée. En 1991 : la première guerre du Golfe et son côté jeu vidéo puis l’horreur absolue, en 1985, le Nevado del Ruiz, ses 27 000 morts et Omeyra Sanchez.

Qui s’en souvient ? Qui se souvient de cette gamine dont l’agonie a duré 72 heures sous la boue, devant les caméras ? Je ne comprends pas ce besoin de voir à tout prix. Je ne veux plus de ça. Des informations, oui mais plus d’horreurs comme celle-là, sur toutes les chaines, à la même heure, à la une sur tous les journaux, tous les magazines. STOP ! Je n’achèterai plus jamais un magazine avec des photos de ce genre. Je ne veux pas être un charognard !

Je vous rappelle ce qui m’a choquée : en 1985, le volcan Nevado del Ruiz, en Colombie est entré en éruption, en pleine nuit, créant dans les vallées avoisinantes des fleuves de boues et de cendres dévastateurs. La nuit de l’éruption, la grand-mère d’Omeyra tombe dans une cavité et la jeune fille tente de la sauver ; malheureusement Omeyra est emportée par la coulée et se retrouve, à son tour, plus loin, coincée, les jambes bloquées par un enchevêtrement de matériaux. Des volontaires essaient de la dégager mais n’y parviennent pas.

L’agonie d’Omeyra dura soixante heures et fut filmée par un caméraman de la télévision espagnole. Les images furent diffusées quelques heures plus tard sur les chaînes de télévision du monde entier alors que la petite fille était encore en vie.

Un photographe prit des clichés du drame, ils seront récompensés par le prix World Press Photo en 1986.

La focalisation sur la mort de la jeune fille a fait oublier  l’ampleur de la catastrophe : 27 000 morts, des centaines de milliers de sans-abris et 8 000 autres enfants morts dans cette tragédie.

Reportage ou voyeurisme. Comment définir les limites ?

Il faut informer mais la pudeur, l’intimité doivent être respectées. Stop au spectaculaire  !

Share

Couchers de soleil

Comment vous sentez-vous quand le soleil se couche ?

Moi, j’ai l’âme romantique à ces heures-là, je me sens tourneboulée, souvent au bord des larmes. Je regrette une fois de plus de ne pas être peintre ou poète.  Heureusement, j’ai mon appareil photo pour immortaliser ces instants inoubliables. Dans ces moments-là, quelques poèmes me reviennent en mémoire.

Je ne résiste pas plus et j’en insère un dans ce billet. Il est de Charles Baudelaire, grand tourmenté devant l’éternel. J’aime ce poète. Même si le recueil « Les fleurs du mal » ne m’a pas permis d’avoir une excellente note au bac (trop brouillon mon commentaire ; ben oui, j’avais tant à dire !), je ne peux  en vouloir à son auteur. Vous reconnaitrez le style : beauté des mots simples, des images et chute finale… angoissante.

« Coucher de soleil romantique »

Que le soleil est beau quand tout frais il se lève,

Comme une explosion nous lançant son bonjour !

– Bienheureux celui-là qui peut avec amour
Saluer son coucher plus glorieux qu’un rêve !

Je me souviens ! J’ai vu tout, fleur, source, sillon,
Se pâmer sous son oeil comme un coeur qui palpite…
– Courons vers l’horizon, il est tard, courons vite,
Pour attraper au moins un oblique rayon !

Mais je poursuis en vain le Dieu qui se retire ;
L’irrésistible Nuit établit son empire,
Noire, humide, funeste et pleine de frissons ;

Une odeur de tombeau dans les ténèbres nage,
Et mon pied peureux froisse, au bord du marécage,
Des crapauds imprévus et de froids limaçons.

—-

Les couleurs sont si belles avant la nuit, je ne veux pas les laisser disparaître comme ça. Même en ville, la lumière magnifie tout. Toulouse, la ville rose est encore plus belle quand l’or du soir fond sur elle.

Place du Capitole à Toulouse.

La nuit tombe sur l’Océan Indien. Saint Denis de la Réunion.Là, le ciel a l’air un peu sali. Où était-ce ? Je ne note jamais. Mais, c’est beau, non ?

Bord de l’Océan Atlantique, Pater Noster en Afrique du Sud.

J’ai de nombreuses photos de couchers de soleil : en Afrique du Sud, sur Table Moutain au Cap, sur Robben Island (l’île où était emprisonné Nelson Mandela), aux Etats Unis… De partout, le soleil se couche en splendeurs. Petit à petit, je vous les montrerai.

En dessous, trois crépuscules sur le Nil, en Egypte.

En Afrique du Sud, près de Tsitsikamma, c’est sur la route en allant vers… Knysna (mais il vaut mieux ne plus parler de cette ville, si on pense à l’équipe de France de foot).

Je ne sais plus du tout d’où vient cette photo. C’est la grosse pagaille ! Je m’en fiche, l’important, ce n’est pas de savoir où c’était mais de se dire : « c’est beau ! »

A nouveau, l’Afrique du Sud à Pater Noster. Les couchers de soleil étaient splendides et les langoustes excellentes. Il ne faut pas oublier les nourritures terrestres.

Et quelques vers de plus, dédiés à Thibault, surtout celui en caractères gras.

Le coucher du soleil de Gérard de Nerval
(Recueil : Odelettes)

Quand le Soleil du soir parcourt les Tuileries
Et jette l’incendie aux vitres du château,
Je suis la Grande Allée et ses deux pièces d’eau
Tout plongé dans mes rêveries !

Le plus beau contresens de l’histoire. Mort de rire !!! Les verbes être et suivre, à la 1° personne du singulier du présent de l’indicatif : JE SUIS ! Au lieu de suivre la grande allée, il a été la grande allée (sur les conseils non éclairés de sa mère, ce jour là). Licence littéraire, prosopopée, personnification des choses : je me demande ce que la prof de français a crû ? Un mystère éternel sans doute… Moi, je vous avoue le contresens le plus gros ! Désolée… Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent pas.

Share

Pas morte mais bien silencieuse !

Plus d’un an après mon dernier passage et après quelques réalisations supplémentaires à la poterie, je vais essayer de me mettre vraiment à l’écriture sur ce blog.

Par quoi commencer ? Mes réalisations à en terre ? Les événements marquants des ces longs mois silencieux ? Les voyages ? Les projets ? Dur, dur de mettre de l’ordre quand il y a tant à dire. Je vais essayer de trier et surtout de voir comment ça fonctionne dans un blog.

Peut-être vais-je d’abord parler de la pluie et du beau temps… Ca peut être un début. Ou alors de mon statut de grand-mère… Si je me souviens bien, la dernière visite sur ce blog date du 14 septembre 2009, et je suis devenue officiellement grand-mère le 15 septembre, soit le lendemain de cette visite !

Le 15 septembre 2009, un petit Raphaël est venu agrandir ma tribu. Petit, c’est vite dit car le jeune homme pesait 4,430 kilos et mesurait 55,5 cms. Un an plus tard, il a continué à grandir, il a tout plein de dents et tout plein de cheveux (la coiffeuse fait des affaires), il est très très mignon et il occupe bien sa place. Je ne suis pas totalement gaga devant ce petit bout de chou mais j’en suis très fière.

2010 a vu un autre événement marquant : le mariage d’Amandine, ma deuxième fille, et ce, en deux épisodes : le premier épisode en août en métropole, le second épisode en octobre à la Réunion.

L’année du Tigre a été dure pour mon compte en banque mais l’argent est fait pour circuler, non ?

L’année du Lapin approche. Voilà encore de quoi bavarder avec les années chinoises…

Je vais mettre de l’ordre dans mes idées et je reviens dans un moment.

Share

Coup d’essai

Voilà bien longtemps que je voulais ajouter quelques mots dans mon blog pour essayer de le faire vivre, mais difficile quand on est novice, blonde, et bientôt grand-mère de se lancer. Ce soir, Thibault m’a montré comment mettre une photo dans un texte alors, je vais essayer.

Deux photos d’un coup… Deux de mes oeuvres de potière destinées à la chambre de mon petit-fils (qui tarde à arriver).

Pour éclairer la chambre donc un soleil et plus tamisée la lumière d’un nuage d’orage.

Nuage d'orage pour éclairer doucement la chambre de Bébé

Nuage d'orage pour éclairer doucement la chambre de Bébé

Un soleil pour éclairer plus vivement la chambre de Bébé

Un soleil pour éclairer plus vivement la chambre de Bébé

Share

En métropole, c’est le printemps depuis un moment déjà.

Ca y est, c’est le mois d’avril qui se termine et toujours rien sur ce blog.
Je n’ai pas vraiment honte, mais quand même… Je vais sans doute passer pour une demeurée si ce blog ne vit pas un peu. Il est vrai que j’ai des tas d’excuses. Outre le fait que je ne suis pas compétente, ni vraiment férue d’informatique, j’ai beaucoup bougé ces derniers temps. Je n’étais pas trop à la maison. J’ai en effet quitté mon île (La Réunion) pour rendre visite à deux de mes enfants, accompagnée par la troisième (qui est l’aînée, en vérité). Lire la suite

Share