Tenue de soirée

Non, je ne vais pas vous parler cinéma ou télévision. Je vais vous raconter une histoire qui s’est déroulée non pas près de chez nous mais en Californie.  Encore une histoire,  une histoire que je ne trouve pas très morale, mais je suis d’une autre époque déjà. Lire la suite

Share

Des morts bien vivants

Samedi soir… A une époque, jadis, il y a quarante ans (jadis est vite là maintenant), à la télévision, étaient programmés des films d’épouvante. Samedi ou dimanche soir ? Peut-être était-ce le dimanche d’ailleurs… Je me souviens avoir vu «Nosferatu le Vampire» de Friedrich W. Murnau. Lire la suite

Share

Consommateurs engagés : les locavores

Connaissez-vous les «locavores» ?
Le mouvement locavore est un mouvement responsable prônant la consommation de nourriture produite dans un rayon allant de cent (100) à deux-cent-cinquante (250) kilomètres maximum autour de son domicile. Il faut enfin penser collectif pour vivre sans détraquer la planète. Lire la suite

Share

Faire bonne chère

Quoi de plus agréable que de s’assoupir ou de se laisser aller aux rêves après avoir fait «bonne chère», pris un bon repas ? Petite fille, avant d’entrer au collège, j’ai cru que « faire bonne chère » s’écrivait  «bonne chair» et avait un rapport avec la viande (que je n’aimais pas). En fait le mot «chère» est un dérivé du mot plus ancien et aujourd’hui oublié «chière», qui vient du latin «cara», le visage. Lire la suite

Share

Locution proverbiale

Ca y est, je suis rentrée chez moi, enfin là où m’attendent une de mes filles, mon fils, mon gendre et deux de mes petits-enfants (le troisième – une fille – est en préparation à Paris). Je vais donc reprendre le cours normal de mes activités de mère, grand-mère, blogueuse… J’ai fait des réserves d’idées et de photos pour les jours qui viennent. Aujourd’hui je commence par cette locution proverbiale que vous connaissez tous : « faire contre mauvaise fortune bon coeur ». Lire la suite

Share

Tourisme sexuel

Difficile d’aborder le sujet du tourisme sexuel. Certains nient son existence, d’autres se voilent la face mais le tourisme de la honte existe bel et bien. Cette (nouvelle ?) forme de tourisme consiste à se rendre à l’étranger pour avoir des relations sexuelles avec les habitants du cru. Lire la suite

Share