Apophtegme (s)

 « La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance. »  Maître Yoda à Anakin Skywalker, Star Wars : épisode I – La Menace fantôme (1999). Voilà des paroles sages et surtout un  apophtegme. Lire la suite

Share

C’est dimanche (132)

C’est ou plutôt c’était dimanche, hier mais… avec trois petits-enfants de moins de cinq ans, on est très occupé ; moi je le suis, c’est pourquoi je suis un peu loin du blog ces derniers jours et ça va continuer jusqu’au 15 août au moins. Après ?  J’essaierai de revenir à la normale. Des histoires pour vous faire sourire (je l’espère) en ce début de semaine. Lire la suite

Share

Réflexion

Je viens de lire une phrase de Saint Augustin qui, à mon avis, mérite réflexion :

« A force de tout voir l’on finit par tout supporter…A force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… A force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » Lire la suite

Share

Honnêteté

Selon mon dictionnaire, l’honnêteté c’est la conformité (quant à la probité, à la vertu) à une norme morale socialement reconnue. C’est la qualité de celui qui est fidèle à ses obligations, à ses engagements, qui ne cherche pas à tromper. C’est le respect de la loi morale, la conformité à la morale. L’honnêteté est généralement considérée comme une qualité humaine. Lire la suite

Share

Silence !

Silence ! Silence, hôpital. Silence, on tourne ! Des impératifs. Ta gueule, quoi ! Faire taire. Voilà qui m’a longtemps révoltée puisque « réduire au silence un adversaire », c’est l’empêcher de parler, de s’exprimer en général et que « passer sous silence un sujet », c’est éviter d’en parler, donc de faire preuve d’hypocrisie et surtout de lâcheté.

Lire la suite

Share

Muté à Grenoble

Muté à Grenoble, serait-ce une punition ? Jadis on limogeait. Quand on destituait un fonctionnaire de sa responsabilité (avec cette idée de disgrâce), on le limogeait, du nom de la ville de Limoges, où en 1914, le maréchal Joffre assigna à résidence des officiers d’état-major qu’il avait relevés de leur commandement.  Lire la suite

Share