C’est dimanche (132)

C’est ou plutôt c’était dimanche, hier mais… avec trois petits-enfants de moins de cinq ans, on est très occupé ; moi je le suis, c’est pourquoi je suis un peu loin du blog ces derniers jours et ça va continuer jusqu’au 15 août au moins. Après ?  J’essaierai de revenir à la normale. Des histoires pour vous faire sourire (je l’espère) en ce début de semaine.

*****

Une dame achète une armoire en kit chez un marchand de mobilier suédois très connu. Comme son mari se moque souvent de ses qualités de bricoleuse, elle décide de monter toute seule ce nouveau meuble. Elle retourne donc chez elle avec ses colis, les déballe, lit la notice et commence. Malgré quelques difficultés, elle se débrouille assez bien et le résultat est honorable. Pourtant, au moment où elle croit avoir tout terminé, un bus passe dans la rue ce qui provoque des vibrations qui suffisent à faire s’écrouler l’armoire.

Elle recommence avec davantage d’application mais quand un bus passe à nouveau, tout s’écroule encore. Même résultat après une troisième tentative. Elle appelle donc un voisin qui vient lui donner un coup de main. En deux temps trois mouvements, l’armoire est montée mais un autobus passe et une fois de plus, l’armoire s’écroule. La fierté du voisin en prend un coup ; il décide d’entrer dans l’armoire pour voir quelle pièce cède quand le bus arrive.

À ce moment, le mari rentre :

– “Tiens tu as acheté une nouvelle armoire ?”

Il ouvre la porte, tombe sur le voisin qui lui explique :

– “Vous ne me croirez pas si je vous dis que j’attend l’autobus…”

*****

Un fermier aperçoit un jeune garçon sur un de ses pommiers.

Rouge de colère, il crie :

– “Descends de là tout de suite ou je vais dire deux mots à ton père !”

Alors le garçon lève la tête vers les branches au-dessus de lui et dit :

-” Papa. Descends ! Il y a quelqu’un en bas qui veut te parler.”

(On dit bien que l’exemple vient d’en-haut, non ?)

*****

Un vendeur de journaux parcourt les rues en criant : “Une astucieuse escroquerie : trente-sept victimes.”

Alléché par cette annonce, un promeneur l’arrête et lui achète un exemplaire. Aussitôt, le porteur de journaux reprend son chemin, en criant :

“Une astucieuse escroquerie : trente-huit victimes. “

*****

Un homme vient d’acheter une voiture neuve, mais faute de garage, il est obligé de la laisser la nuit dans la rue. Comme il sait aussi que les voleurs d’autoradios n’hésitent pas à briser les vitres et à fracturer les portières, il pose sur son pare-brise l’écriteau suivant :

– IL N’Y A PAS DE RADIO DANS CETTE VOITURE.

Le lendemain matin, il ne retrouve plus sa voiture mais à la place où elle se trouvait, il reste l’écriteau sur lequel quelqu’un a rajouté :

– “Ce n’est pas grave, on en fera mettre un.”

*****

Un prêtre reçoit en confession un vieux fermier.

L’homme dit : – “Pardonnez-moi mon Père, car j’ai péché. Durant la deuxième guerre mondiale, j’ai caché un homme riche dans mon grenier.”

– “Je ne comprends pas, c’est une bonne action si cet homme était en danger ! “

– “Mais, ce n’est pas tout… J’ai fait payer un loyer chaque mois pour la location de mon grenier. “

– “Humm . Vous avez profité et abusé de lui. Mais j’imagine que cela peut vous être pardonné. “

– “Oh mon Père, vous m’ôtez un gros poids sur la conscience. Une dernière petite question…”

– “Oui mon fils…?”

– “Est-ce que vous pensez que je devrais lui dire que la guerre est terminée ?”

*****

Pour rester dans des histoires de religion, en voilà une qui met en scène un Anglais, un Français et un Russe. Les trois hommes se trouvent devant un tableau d’Adam et Eve dans le Paradis Originel.

L’Anglais dit : – “Regardez leur réserve, leur calme… Ils doivent être anglais.”

Le Français dit alors : – “Je ne pense pas. Regardez les comme ils sont beaux et impudiques. À mon avis, ils sont français.”

Le Russe termine en leur disant : – “Vous n’y êtes pas du tout. Regardez mieux. Ils n’ont pas de vêtement, pas de maison, seulement une pomme à manger et on leur dit que c’est le Paradis ! Ils sont Russes évidemment.”

*****

En résumé, vous l’avez constaté, il ne faut jamais se fier aux apparences.

Share

5 réflexions sur « C’est dimanche (132) »

  1. Bonjour
    L’histoire des pommes me fait bien rire, car j’ai vécu presque la même…. j’étais pas très fier d’ailleurs !!!
    Bonne journée
    Jean

  2. bien mignonnes tes histoires !
    elles font du bien ce qui est un luxe aujourd’ hui !
    Bonne semaine avec tes trois petits enfants
    Bisous

  3. Merci, ça fait un peu oublier la grisaille!
    L’armoire me fait penser à l’histoire du lit vertical. Tu la connais? non? c’est juste une histoire à dormir debout!
    Bonne journée A+

  4. Bonjour Françoise ! Je lis avec retard mais ça ne m’empêche pas d’apprécier…
    Dimanche j’étais occupée…Vous n’avez pas le temps de vous ennuyer avec vos trois petits-enfants ! Je pense que tout ce petit monde va vers la piscine ?
    A bientôt au fil. Je vous embrasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *