Femme, femme, femme…

Une femme de trente ans est morte ce dimanche 23 décembre 2018,  vers 7h30 du matin, près de Montargis (Loiret), après avoir été frappée et  avoir reçu au moins un coup de couteau. L’agression a eu lieu à son domicile, en présence de sa fille, âgée de cinq ans. L’ex-conjoint de la victime est considéré comme le principal suspect ; il a été interpellé à Nemours en Seine-et-Marne, après avoir pris la fuite. Placé en garde à vue, il avait déjà été condamné à une peine de prison pour des faits de violence sur sa compagne. Lire la suite

Share

Etienne Roda-Gil

Premier août : un anniversaire encore ! Celui de quelqu’un que j’aime beaucoup : Etienne Roda-Gil.

Étienne Roda-Gil est né dans un camp de réfugiés espagnols à Montauban, près des Pyrénées, le 1° août 1941. Il est mort à Paris le 28 mai 2004. Il a beaucoup écrit, essentiellement des chansons. Lire la suite

Share

N’écris pas

N’écris pas ! Tiens donc, il ne manquerait plus que ça ! C’est un peu comme si on me demandait de me taire, ceux qui me connaissent confirmeront.  Mais cette prière ne m’était pas adressée. C’est la première phrase d’un poème de Marceline Desbordes-Valmore, auteur du XIX° siècle.

Cette supplique est très émouvante. Elle est devenue chanson et a été intitulée « Les séparés » dans l’album du même nom. Parce que je ne lis pas le dos des boîtes de CD, j’ai toujours cru que le titre de cette chanson était « N’écris pas ».

J’écoute Julien Clerc,  et j’aime ça surtout quand la chanson a été écrite par mon parolier préféré : Etienne Roda-Gil ; il n’en reste pas moins vrai que j’ai adoré celle-là  (dont les paroles sont de Marceline Desbordes-Valmore et la musique de Julien Clerc). Je dois vous avouer que j’ai « quitté » Julien Clerc pendant toute la période qu’il a passée loin de Roda.

Pour vous faire partager mon plaisir d’entendre cette chanson et de voir Julien Clerc : la vidéo, merci YouTube ! Vous verrez des paysages que je crois être d’Irlande et le beau pull irlandais de Julien Clerc.


Tout ça, ce sont de jolis souvenirs et des petits bonheurs que j’apprécie.

Paroles : Les séparés.

N’écris pas ! Je suis triste et je voudrais m’éteindre.
Les beaux étés, sans toi, c’est l’amour sans flambeau.
J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre
Et frapper à mon cœur, c’est frapper au tombeau.

N’écris pas ! N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.
Ne demande qu’à Dieu, qu’à toi si je t’aimais.
Au fond de ton silence, écouter que tu m’aimes,
C’est entendre le ciel sans y monter jamais.

N’écris pas ! Je te crains, j’ai peur de ma mémoire.
Elle a gardé ta voix qui m’appelle souvent.
Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire.
Une chère écriture est un portrait vivant.

N’écris pas ces  deux doux mots que je n’ose plus lire.
Il semble que ta voix les répand sur mon cœur,
Que je les vois briller à travers ton sourire.
Il semble qu’un baiser les empreint sur mon cœur.

N’écris pas ! N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.
Ne demande qu’à Dieu, qu’à toi si je t’aimais.
Au fond de ton silence, écouter que tu m’aimes,
C’est entendre le ciel sans y monter jamais.

… N’écris pas !

Ajout du 23 juillet 2011 : Il faut noter que dans la version enregistrée dans le CD « Julien », le texte est erroné. Julien Clerc chante: « n’écris pas ces deux mots que je n’ose plus lire« . Le petit livret accompagnant le CD reproduira également la même erreur. Julien se rendit compte qu’il s’agissait bien de douceurs et non de chiffres, et se corrigea lors de sa tournée pour chanter: « N’écris pas ces doux mots que je n’ose plus lire  » comme l’auteur l’avait initialement écrit.

Share

Perdre sa vie à la gagner

Depuis quand a-t-on pris conscience de ce paradoxe ?

Et pourquoi aller gagner sa vie puisqu’on l’a déjà ?

C’est une expression vraiment bizarre, une fois encore un problème de fric. Peut-on faire marchandise de tout, même de la vie ? Ceci nous ramène au temps de l’esclavage. Est-il vraiment fini ce temps-là ?  Ne vend-on pas, très cher, au vu et au su de tous, des joueurs de football…? Je ne parlerai pas de tout ce qui se vend autour des footeux et ailleurs, je m’éloignerai de mon propos.

Pour gagner sa vie, le quidam travaille et comme je le disais autrefois à mes élèves, ce n’est pas une partie de plaisir, dans la plupart des cas c’est une torture. Le mot travail vient du latin populaire tripalium, «machine à trois pieux », instrument de torture destiné à immobiliser les chevaux pour les ferrer. Ca veut tout dire. Le travail est souvent associé à la peine et à la souffrance ; pour les Chrétiens, la difficulté remonte au péché originel. Dieu a chassé Adam  et Eve du jardin d’Eden, en les obligeant à cultiver une terre stérile : «Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front» a-t-il dit à Adam. Pour faire bonne mesure, ce « bon » Dieu a dit à Eve «Tu enfanteras dans la douleur. » Et on veut me faire croire en un Dieu miséricordieux…

Actuellement, il nous faut gagner notre vie, je n’ose pas écrire en travaillant car les salaires attribués aux uns et aux autres n’ont plus aucun rapport avec le travail fourni, une production tangible,  un effort physique ou un apport intellectuel (cf :salaires des golden boys et « stars » plus ou moins éphémères…). Nous obtenons de l’argent en échange de notre liberté. Nous aliénons du temps, du temps qui n’est plus libre puisque nous le consacrons à notre « travail ». Nous nous privons de liberté, volontairement, pour faire comme tout le monde et nous sommes au désespoir lorsque, sans travail, sans argent, nous ne sentons même pas libres.

Or, être libre, pour moi ça commence par être libre de son temps. Comment ai-je pu , des années durant, imaginer être heureuse en courant après le temps ? Il me fallait à travailler au lycée, à la maison, faire la cuisine, le jardin, le ménage, la peinture, les comptes, préparer les vacances… Liste non exhaustive. Je ne levais jamais le pied et je sais où ça m’a menée. Aujourd’hui, j’ai compris. Je ne veux plus répondre aux contraintes communément acceptées, je ne veux plus être comme ces plantes sous serre ou ces animaux en batteries dopés aux produits chimiques, je veux respecter mes rythmes et mes saisons biologiques. Je veux disposer de mon temps, pour le (peu  de ?) temps qui me reste.

Je veux être une mauvaise herbe ou une herbe folle dans un monde bétonné car je sais qu’un jour la nature reprendra le dessus. Et je chante Zucayan de Julien Clerc :

Les sales et mauvaises fleurs
Ont envahi les rues
Les plantes carnivores,S’installent sur les balcons…

Je veux être plus libre que je ne l’ai jamais été… et prendre le temps d’apprécier ce qui m’entoure.

Je suis surprise de constater qu’en ralentissant, j’ai l’impression de faire plus de choses. Peut-être est-ce parce que je prends plus conscience de ce que je fais et que je retire immédiatement des satisfactions. J’accepte sans remords ce penchant à procrastiner et ce besoin de me faire plaisir. Je prends le temps de réfléchir et d’écrire. Ecrire, vieux plaisir oublié…

Je ne vais plus gagner ma vie, je suis retraitée. Je laisse aux autres le choix de perdre leur vie, de passer à côté d’elle et de tas d’autres choses. J’explique ce que je ressens et ne force personne à adopter mes idées et ma façon de voir, mais mes enfants sont grands et tous les trois, presque, indépendants alors, je veux vivre, libre, herbe folle, non aliénée aux normes, aux contraintes et aux autres.

Share