Politesse, respect, hypocrisie

« Ôte-toi de mon soleil »

L’art de dire la vérité ?

C’est Diogène de Sinope ou Diogène le cynique, ou Diogène (tout court), philosophe grec  le plus célèbre représentant de l’ école cynique, qui a prononcé cette phrase.

La légende a accumulé énormément d’anecdotes et de bons mots, cette abondance rendant leur authenticité (un peu ?) douteuse. Les portraits de Diogène divergent : présenté une fois comme un philosophe, clochard, débauché, hédoniste, irréligieux, une autre fois comme un ascète sévère,  voire même héroïque. Il est évident que le personnage a  marqué, dans un premier temps, les Athéniens, puis, la postérité.  Il vivait dehors dans le dénuement le plus total, vêtu d’un simple manteau, muni d’un bâton, d’une besace et d’une écuelle (et même sans gamelle plus tard). Dénonçant l’artifice des conventions sociales, il prêchait la nécessité d’ une vie simple,  proche de la nature, et vivait lui-même dans un tonneau ou plus probablement d’une jarre (la terre cuite protège mieux des intempéries que le bois ; quand il fait chaud ? je ne sais pas. Le bois est moins « cuisant »).

Par contre, Diogène avait l’art de la parole mordante. Il ne se privait pas de critiquer ouvertement les grands hommes et les autres philosophes de son temps dont Platon faisait partie.

« Je cherche un homme » était une phrase qu’il répétait en parcourant la ville (il cherchait un homme, un vrai, un courageux). « Ôte-toi de mon soleil », fut sa réponse à Alexandre, roi de Macédoine, qui lui demandait s’il avait besoin de quelque chose. Le roi aurait répondu « N’as-tu pas peur de moi ? » Avancée de la réflexion par question (méthode philosophique) : « Qui es-tu donc ? Un bien ou un mal ? » Que pouvait répondre le roi interrogé ? Sa réponse fut bien évidemment « Un bien ! », ce qui permit à Diogène de conclure en demandant « Qui donc pourrait craindre le bien ? »

Ce n’est pas une réponse que j’ai pu donner pour le moment, mais je la garde en mémoire. On ne sait jamais. Ca peut servir.

Je ne crois pas être asociale, ni même misanthrope,  non je crois que je suis lucide et quelque peu philosophe. La lucidité m’accompagne depuis si longtemps… depuis toujours, je crois (pas facile tous les matins). Quant à la philosophie, pas celle du lycée, la philosophie naturelle, celle de la sagesse, de la vie , elle me vient, comme à tout un chacun, avec l’âge. Je me dis que le soleil devrait briller réellement  pour tout le monde. Pas facile non plus d’y arriver ! C’est cette part de rêve qui m’empêche sans doute de trop vieillir, au moins dans la tête et qui me pousse à continuer à me rebeller, à contester.

Je ne veux pas être hypocrite. Tant pis si ça dérange. « On » me dérange, je ne vois plus pourquoi je devrais tout accepter et ne rien demander. J’ai donné. Assez !

Comme ma grand-mère m’a plutôt bien élevée, je connais le b.a.ba de la politesse et des bonnes manières, j’essaie d’être la plus courtoise possible, au risque de passer pour une idiote, mais sans jamais être obséquieuse. Je n’oublie pas que la politesse est « la plus acceptable des hypocrisies », selon Ambrose Bierce dans son Le Dictionnaire du Diable, 1911 mais aussi l’expression de la lâcheté ; c’est toujours ce besoin de ne pas être dérangé dans ses habitudes, son ronron quotidien qui domine : paresse et peur. Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir,1882, a écrit : « « Il est si poli ! » – Oui, il a toujours dans sa poche une douceur pour le cerbère et il est si craintif qu’il prend tout le monde pour un cerbère, toi tout autant que moi, — voilà sa « politesse ». »

Je ne vous conseille pas de mordre (encore que, si c’est vraiment nécessaire),  je vous dis de vous faire entendre et respecter et de ne craindre ni dieu ni diable et de vous dire peut-être comme Brassens, Ferrat, Breton, et bien d’autres « Je n’ai ni Dieu ni maître ! », en tous cas pas un Dieu codifié dans des musées dorés, mais  un Dieu à moi, un « Dieu de tous les êtres, de tous les mondes et de tous les temps » , celui proposé par Voltaire.

Même si vous vous sentez très civilisés, ne soyez pas hypocrites, soyez courtois mais n’oubliez pas d’être respectueux envers VOUS d’abord.

Share

Solitude

L’homme est un animal social. Il a un besoin fondamental de communiquer, besoin indispensable à son équilibre (très variable selon les individus).

Dans le monde actuel où les moyens de communiquer se multiplient et sont à la portée de presque tous, où les techniques et les sciences de communication sont au programme de nombreuses formations, il semble paradoxal de constater que les individus se sentent de plus en plus seuls et  isolés.

Le trop plein d’informations nuit ; il encombre notre vie, notre cerveau et limite en fin de compte la communication interpersonnelle.

Nous prenons en pleine face des mots et surtout des images choc. Comme si les journaux, la télévision et la radio ne suffisaient pas, nos téléphones portables, tablettes électroniques, micro-ordinateurs nous donnent encore plus de nouvelles.  Elles arrivent en continu de partout (même les fausses) et nous n’y prêtons plus attention sauf quand elles sont extraordinaires, exceptionnelles, révolutionnaires… et ça ne dure pas longtemps car il y a toujours plus nouveau. On a oublié Laurent Bagbo en Côte d’Ivoire en quelques jours. Il y a eu depuis : la Tunisie, l’Egypte, la Libye, un tremblement de terre en Nouvelle Zélande. Nous attendons presque la mauvaise nouvelle suivante. Nous devenons insensibles à force de revoir et de réentendre les mêmes choses ; les guerres (surtout quand elles ne se déroulent pas chez nous), les catastrophes se banalisent et pourtant nous sommes écrasés par le poids des informations, surtout si nous sommes sensibles. Comment rester impassible devant les larmes, le sang, la violence ? Et comme si la réalité ne suffisait pas, on en rajoute un peu : du catastrophisme par là, de la démagogie ici, du dramatique ailleurs, de l’exceptionnel plus loin. Il me semble que les journalistes devaient être objectifs. Pourquoi  sont-ils de plus en plus friands de sensationnel ?  La recherche du fric ou de la « gloire » ? Pourquoi les journaux et magazines, la télévision  nous abreuvent-ils de « news people », de concours et de jeux débiles ? Pour nous occuper ? Pour nous faire vivre par procuration ?

La vie par procuration. J.J. Goldman

La vie citadine nous rend encore plus solitaires. Combien d’entre nous sont seuls dans de grandes villes sans autres contacts que ceux qu’ils ont avec leurs collègues de travail ? La famille est éloignée géographiquement (mobilité oblige) et le grouillement des autres , leur présence « collective » nous isole dans notre espace intérieur) sans compter que nous devons faire face au bruit incessant. Quand on vit et qu’on travaille en ville, c’est une agression permanente : bruits de la circulation, sonneries des téléphones portables, musique d’ambiance, animations commerciales…

Nous ne parlons pas à l’inconnu que nous croisons dans la rue (nous ne voulons pas l’entendre, nous avons quelquefois même des écouteurs fichés dans les oreilles), ni à notre voisin quasi inconnu, ni à la caissière du supermarché, ni à la vendeuse qui nous sert (les avons-nous seulement regardés ? juste entrevus). Nous ne parlons presque pas aux membres de notre famille que nous retrouvons, harassés, en fin de journée. Les repas familiaux sont de plus en plus souvent « amputés » par l’omniprésent écran de télé.

« Ultra moderne solitude » chantait Alain Souchon, il y a quelques années et ça ne s’arrange pas ! Ultra moderne solitude : chanson

Dans cette fourmilière humaine, nous courons en tous sens, perdus, sous un masque social qui nous empêche de parler. Les signes de vie disparaissent sous des gestes mécaniques, normalisés. Le soir, nous rentrons, souvent seuls, dans nos espaces cloisonnés, de plus en plus hermétiquement fermés. Robots humains stockés en alvéoles.

Comment arriver à nouer des relations interpersonnelles quand nous avons peur de l’autre et que nous nous en tenons éloignés?

Nous croyons être ouverts mais en réalité, nous sommes bloqués, enfermés, nous appartenons à des clans à géométrie variable, rarement poreux. Nous scindons bien l’appartenance à chacun de ces groupes : la famille, les collègues, le club de gym, les enfants, les ados, les jeunes, celui du troisième âge plus tard,  etc ; chacun son groupe. Surtout pas de mélange ! Nous ne comprenons pas l’autre et n’avons ni le temps ni l’envie de le connaître. Nous créons une nouvelle forme de ségrégation sociale qui nous isole insidieusement.

Même si nous ne l’avouons pas, la solitude nous pèse. Nous essayons de la rompre par n’importe quel moyen. Internet nous donne l’impression d’avoir des relations, des amis, mais ce ne sont que des « amitiés » virtuelles et nous ne pouvons nier que la réalité tangible manque. Je crois qu’inconsciemment nous regrettons les lieux de rencontre d’autrefois : le perron de l’église, la place du marché, la  fête municipale, le bal des pompiers…

Ce que j’évoque ici  relève plus de l’isolement que de la solitude. Le sentiment semble le même, mais l’isolement est une sensation actuelle, propre au monde contemporain, (adieu la famille traditionnelle, le clan ou la tribu), alors que la solitude est inhérente à la condition humaine : on naît et on meurt seul.

On vit les uns avec les autres. Version originale Fabienne Thibault

Trois insertions de chansons pas vraiment gaies mais que j’aime beaucoup. Vous pouvez les écouter en lisant.

Share