Occis-morts

Occis-morts. Non je n’ai pas les idées noires, encore que… mais des mots me trottent dans ma tête : occis-morts. Oui quand on a été occis, on est mort et ceux qui ont voulu occire, qui ont tué délibérément devraient à leur tour être occis et morts pourtant ça ne se fait pas, ça ne se dit pas, il faut juger les gens et les condamner à ce qu’on veut mais pas la peine capitale. Et pourquoi donc ? Par humanité ? Pff… Je laisse les occis-morts pour évoquer les OXYMORES. Je me retrouve… J’aime les mots. Continuer la lecture

Share

Charles Baudelaire, le nomade

Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas écrivait Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris.

Pauvre homme, c’est sans doute pour cette raison qu’il déménagea aussi souvent. Un nomade, un SDF, c’est bien ça  : Sans Domicile Fixe. Continuer la lecture

Share

Charles Baudelaire né un 9 avril

Le 9 avril, c’est la date anniversaire de la naissance de Charles Baudelaire. Bien, me direz-vous et alors ? Je vous répondrai que beaucoup d’autres gens sont nés ce jour-là mais que je ne les connais pas et que j’aime Baudelaire, enfin que j’aime les écrits du bonhomme. Ah, que de bons moments passés entre les pages des « Fleurs du Mal ». Pas vraiment roses mais tellement belles !

Venez un peu vous promener et rêver avec moi.

« L’Invitation au voyage »

« Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble!
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble!
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Invité(e) pour une destination pareille, résisteriez-vous ? Mais où est donc ce pays de cocagne ? Une réponse possible : « Il est un pays superbe, un pays de Cocagne, dit-on, que je rêve de visiter avec une vieille amie. Pays singulier, noyé dans les brumes de notre Nord, et qu’on pourrait appeler l’Orient de l’Occident, la Chine de l’Europe, tant la chaude et capricieuse fantaisie s’y est donné carrière, tant elle l’a patiemment et opiniâtrement illustré de ses savantes et délicates végétations. »(Invitation au voyage, Petits poèmes en proses, Le Spleen de Paris).

Moi je le voyais au sud, ce pays de cocagne, dans le grand sud, le pays aux soleils mouillés, un pays tropical, peut-être. A dix-sept ans, je me demandais où il était allé pour rêver. L’île Bourbon, l’île de la Réunion. J’y suis et j’ai retrouvé ce pays où « Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. »,
« Une île paresseuse où la nature donne
Des arbres singuliers et des fruits savoureux »

Mais là aussi, quoi que vous en pensiez tout n’est pas rose, mais c’est une autre histoire…

Revenez à Paris, où les vers de Charles Baudelaire rendent beaux la grisaille et la contrainte. C’est là tout l’art du poète quand sa sensibilité arrive à vous émouvoir.

Le chant du coq au loin déchirait l’air brumeux ;
Une mer de brouillards baignait les édifices,

L’aurore grelottante en robe rose et verte
S’avançait lentement sur la Seine déserte,
Et le sombre Paris, en se frottant les yeux,
Empoignait ses outils, vieillard laborieux.

Share