Charles Baudelaire, le nomade

Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas écrivait Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris.

Pauvre homme, c’est sans doute pour cette raison qu’il déménagea aussi souvent. Un nomade, un SDF, c’est bien ça  : Sans Domicile Fixe.

Il aurait occupé plus de quarante logements dans Paris et surtout des hôtels. Connaissez-vous ses adresses successives ? En voilà quelques-unes.

Au début, il n’y était pour rien. C’est la vie qui veut ça. Il perd son père ; sa mère doit laisser son logement pour un autre plus modeste, puis elle se remarie… Puis, c’est une autre longue histoire ; le poète se cherche…

– 13 rue Hautefeuille, dans le quartier latin, où il naît le 9 avril 1821,
– 50 rue Saint-André-des-Arts (1827),
– lycée Louis-le-Grand (mars 1836-avril 1839),
– 22 rue du Vieux-colombier (été 1839),
– 15 puis 17 quai d’Anjou (Ile Saint-Louis), dans l’hôtel de Pimodan devenu hôtel de Lauzun, où demeurait Théophile Gautier,
– 6 rue de la Femme-sans-tête, devenue rue Le Regrattier ; c’est l’adresse de Jeanne Duval (maitresse mulâtre de Baudelaire),
– 25 rue des Marais-du-Temple (devenue rue Albert Thomas),
– 11 boulevard Bonne Nouvelle (mai-juillet 1852)
– 60 rue Pigalle (octobre 1852 – début 1854)
– 19 quai Voltaire (1856- 1858)
– 22 rue Bautreillis, à nouveau chez Jeanne Duval (1858-1859)
– 1 rue du Dôme, dans le quartier de Chaillot, où se trouve la clinique du docteur Duval.

Baudelaire entre dans cette clinique en juillet 1866 et y meurt le 31 août 1867. Il est inhumé le 2 septembre 1867 au Cimetière Montparnasse, à Paris. Voilà sa dernière demeure.

Charles Baudelaire est le premier poète qui parle de Paris « en damné quotidien de la capitale » (Jules Laforgue). Baudelaire aime et déteste tout à la fois cette ville. Moi aussi, j’aime Paris, surtout au mois d’août, mais j’aime cette ville car je me balade la plupart du temps ; je n’y travaille pas, je profite des rues, des vitrines de magasins, des façades, des jardins, des musées, des monuments… et je la hais quelquefois, cette cité qui me vole ma fille et lui vole sa jeunesse, sa vie, son temps dans les rames et les couloirs du métro, le RER… et ça, parce que capitale du pays, Paris concentre les emplois et la population. Ma  fille des îles blanchit dans la grisaille.

Pour en revenir à Baudelaire, le parisien, lui, le poète a voyagé au soleil ; il a vécu quelques mois à la Réunion et à l’île Maurice et son oeuvre porte l’indélébile empreinte de ce voyage et de ce séjour de neuf semaines dans les îles soeurs, que sont l’île Maurice (ex île de France) et l’île de La Réunion (ex île Bourbon).

La vie antérieure. C. Baudelaire

C’est là que j’ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l’azur, des vagues, des splendeurs
Et des esclaves nus, tout imprégnés d’odeurs,

En 1841, cet adolescent inconnu n’a que vingt ans. Cette découverte des tropiques, du soleil, des odeurs, des couleurs, de la lumière imprègne sa sensibilité, son imaginaire et nourrira un grand nombre de ses créations poétiques. Les tropiques inspirent.

A une malbaraise... C. Baudelaire

Pourquoi, l’heureuse enfant, veux-tu voir notre France,
Ce pays trop peuplé que fauche la souffrance,
Et, confiant ta vie aux bras forts des marins,
Faire de grands adieux à tes chers tamarins ?

La France doit aux Réunionnais une large contribution dans le domaine des arts et des lettres, de la politique, du sport, des sciences, du patriotisme…

L’île a donné cinq académiciens : les poètes Evariste de Parny (fauteuil 36) et Leconte De Lisle (élu au siège de Victor Hugo, le siège 14), le journaliste Edouard Hervé, le meilleur médiéviste français, Joseph Bédier et un ministre de la Guerre (1915 à 1917), l’amiral Lucien Lacaze (fauteuil 40) mais aussi, dans un autre domaine, le plus célèbre réunionnais du tennis, qui était en réalité un aviateur : Roland Garros.

Eugène-Adrien-Roland Garros est né à Saint-Denis de La Réunion le 6 octobre 1888. Il quitte ses parents à 11 ans pour aller étudier en France métropolitaine. Après une licence de droit, il devient agent commercial, mais son ambition cachée est de devenir aviateur. Son brevet de pilote en poche, il réalise de nombreux records d’altitude, de traversées et des spectacles d’exhibitions aériennes. Il est le premier à effectuer la liaison France-Afrique du Nord sans escale en 1913. Cet athlète de haut niveau tutoyait la mort avec audace. On dit de lui qu’il peut « se poser sur des oeufs sans les casser« . Vaillant pilote, il s’engage en 1914 lorsque la guerre éclate. Il est plusieurs fois décoré pour ses actes héroïques mais disparait abattu par l’ennemi le 5 octobre 1918 à la veille de ses 30 ans.

Oui, nous sommes de vrais Français à la Réunion, même si, souvent, nous nous sentons un peu trop déconsidérés, délaissés, oubliés, maltraités et que nous ne sentons pas alors des « Français à part entière » mais plutôt des « Français entièrement à part ».

J’en ai déjà parlé et j’en reparlerai. Nous sommes bien trop gentils ici.

Partager/Marquer

16 réflexions au sujet de « Charles Baudelaire, le nomade »

  1. Bonjour Françoise,
    J’aime beaucoup Baudelaire évidemment !
    Je comprends que vous vous sentiez délaissés sur votre île, déjà que c’est comme ça pour un grand nombre de personnes en métropole ! C’est que vous êtes si loin qu’on ne peut pas bien se connaître. Il en est de même je pense pour les autres DOM, je pense par exemple à St Pierre et Miquelon, qui sait réellement où ça se trouve ?
    C’est dommage et pour vous et pour nous. Heureusement qu’on a ce lien par Internet et que tu peux nous faire partager certaines choses.
    Bonne journée à toi et bien amicalement.

  2. bonjour
    j’ai toujours considéré les habitants des doms comme des français
    île de la réunion est une belle
    mes enfants la connaisse et ma nièce a été professeur
    comme à Mayotte la vie est très cher
    ton flux n’as pas marché,je ne reçois pas les nouveaux articles,mais j’ai ton lien
    il fait froid en métropole on se croirait en automne
    je te souhaite une bonne journée et je te fais de gros bisous
    janine

  3. j’ai oublié de commenter ton article
    j’ai appris beaucoup de choses sur Charles Baudelaire en lisant ton article
    bisous
    janine

  4. Très intéressant ton article sur Baudelaire ! J’aime beaucoup le poète. Je me repose et là je suis assise pour répondre et trier toutes mes photos. Bisous

  5. Comme Charles Baudelaire, mes grands-parents avaient beaucoup déménagé!!!Mon père me racontait que c’était ainsi jadis…On se promenait un dimanche, on voyait une affiche « appartement à louer » et on se disait qu’on pourrait voir…Vite fait bien fait….C’est ainsi que mes grands-parents ont « fait » à peu près tout le 5ème arrondissement ! boulevard St Michel, rue St Jacques, Bd St Germain etc….pour enfin se fixer provisoirement Place Dauphine (là, je m’en souviens !)….C’était dans les moeurs de l’époque….et on trouvait très facilement des appartements à louer !
    La Réunion, je ne connais pas, bien que l’aînée de mes petites-filles y ait sa situation…Pour l’instant et encore pour 2 mois, elle se trouve à St Pierre et Miquelon (changement de climat) ! et ensuite retour à La Réunion où elle se trouve très bien ! Elle se trouve très bien également à St Pierre et Miquelon où les habitants sont très accueillants parait-il…mais la « chaleur » extérieure lui convient moins !
    Par la force des choses, mon mari et moi avons beaucoup déménagé aussi….toujours pour agrandir notre environnement ! après la guerre, il fallait accepter ce qui se trouvait libre !
    Je ne vais pas vous raconter « avant » ! il y en aurait pour trop longtemps !
    Votre article est comme toujours, très documenté….Quand dormez-vous ?????

  6. A Geneviève
    Je dors tous les soirs, mais pas très longtemps il est vrai.
    Dormir m’a toujours semblé du temps perdu, au grand désespoir de ma mère et surtout de ma grand-mère qui aurait aimé me voir faire la sieste pour être un peu tranquille.
    Voilà pourquoi je peux écrire.
    Un jour je vous raconterai comment et quand je faisais mes devoirs de philo en terminale.

  7. il faut dire que les obligations familiales, prennent beaucoup de temps, et qu’ en métropole, on pense fort peu aux îles, sauf pour ceux qui peuvent y aller en vacances.
    Peut être devrait on programmer ce sujet en histoire géo, plutôt que de supprimer certaines pages de notre histoire !
    as tu aussi remarqué, le nombre de chanteurs et politiques ayant vécu hors de la métropole, avant d’ y revenir ?
    bonne journée
    bises

  8. merci de nous parler avec tant d’amour de ce ggrand poète, Françoise
    belle journée

  9. Et bien, je vais revenir pour cet article.
    Un peu d’humour : tu devrais bien t’entendre avec Janine, nénette206, sa petite fille fai des études en Chine ! Une fois, j’avais parlé des poulets morts ramassés le matin par quelqu’un et « retravaillés » avec photos à l’appui. Elle m’avait écrit, ma petite-fille n’a jamais vu ça. C’est sûr que sa petite-fille ne doit pas vivre dans la campagne et la Chine c’est grand ! (rire)
    à toute à l’heure, bises.

  10. Bonjour Françoise ou bonsoir je ne sais pas la différence d’heure avec ton ile merveilleuse ! J’aime bien Baudelaire quoique je l’ai lu surtout des poémes ! J’apprend beaucoup ce soir sur cet écrivain , je vais aimer venir lire ton blog , merci ! Mon neveu se marie en aout avec une jeune femme de la Réunion , la famille va venir , cela va étre une belle féte avec des plats réunionnais ! Je mettrais des photos le mois prochain ! A bientot Françoise , bisous !

  11. Il a aussi neigé et il a fait moins de 0° mais on a eu aussi 17°, tu as raison le climat est rude ! Bonne journée, bise

  12. Bashung rêve d’être ailleurs lorsqu’il est à Ostende; mais Beaudelaire joignait le geste à la parole. Quelle bougeotte!

  13. Bonjour Françoise ..
    Charles Baudelaire , ses écrits et ses poèmes je ne me lasse jamais de les relire ,
    Comme lui nous avons beaucoup voyager et comme vous je ne dors pas beaucoup ( sourire) .Avez vous un grand décalage horaire avec les US ..?
    Je vous souhaite un bonne journée . Merci pour vos visites .
    A très bientôt ..
    Nicole .

  14. Bonsoir Digresse . J’aime bien Baudelaire Censuré du temps de mes études . Au bac j’ai eu à commenter :
    Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle ……
    Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir .

    En sortant de l’exercice, je ne savais plus quel temps il faisait ! ….

  15. (( chanson écrite dans la forêt du Labrador au Québec))

    NOUS FÛMES NOMADES CASSANDRE

    nous fumes nomades Cassandre
    nous fumes nomades Cassandre

    hier j’ai dormi
    dans la forêt du labrador
    j’ai fais un feu
    mais j’avais froid
    sans toi dehors

    nous fumes nomades Cassandre
    Nous fumes nomades Cassandre

    hier on m’avait
    donne deux sandwichs au poulet
    j’aurais aimé les partager
    tu me manquais

    REFRAIN

    tes 19 ans Cassandre

    c’etait la vie
    avant l’barrage de Manic 5

    c’etait l’mont Wright Cassandre
    avant l’enfer
    d’la mine de fer
    en plein hiver

    c’était surtout
    la jeune femelle caribou
    et le vieux mâle encore debout

    c’etait surtout
    la jeune femelle caribou
    et le vieux mâle
    vagabond fou

    COUPLET 2

    vieux mâle au doux regard
    celui d’monsieur Bernard

    qui s’est battu
    pour sauver son chalet du feu
    avec son fils
    4 nuits sans fermer les yeux

    c’est fascinant à voir
    un bout d’forêt toute noire

    y a des souvenirs de jeune femme
    qui s’enflamment au fond de soi
    se consumant tout comme
    un ancien feu de joie

    COUPLET 3

    debout je marche la vie
    debout je prie la vie

    pour que la riviêre de tes rêves
    soit aussi belle
    que la petite Manicouagan

    devant laquelle j’écris
    la tendresse de mes cris

    parce qu’une nuit
    t’as pris l’bateau
    qui t’a conduite
    de Bécomo à Rimouski

    Pierrot
    vagabond céleste

    Pierrot est l’auteur de l’Île de l’éternité de l’instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l’un des tous premiers chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs…

    http://www.reveursequitables.com

    http://www.enracontantpierrot.blogspot.com

    http://www.demers.qc.ca
    chansons de pierrot
    paroles et musique
    nous fûmes nomades Cassandre

    le vagabond celeste
    youtube, simon gauthier conteur

    MONSIEUR 2.7K

    roman phénoménologique

    http://www.reveursequitables.com, presse, monsieur 2.7k

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>