La panade

Nous sommes dans la panade en France (métropolitaine et dans les DOM-TOM). Mais pourquoi n’y a-t-il pas un seul mot dans les média nationaux sur les mouvements d’humeur des jeunes sans emploi et  des dégradations commises à l’île de La Réunion ? Les Réunionnais seraient-ils des Français entièrement à part pour qu’on les oublie si souvent ? La télévision française a-t-elle mieux à raconter ? Continuer la lecture

Share

Générosité, etc

En se promenant sur le net, on trouve des tas de choses dont des blogs pourris (mal écrits, injurieux, racistes, etc), mais à mon grand étonnement et pour mon plus grand plaisir un nombre incalculable de blogs bien écrits, intelligents, intéressants, attirants, de quoi me rendre jalouse et en tout cas modeste.

Je les remercie tous ces bloggeurs inconnus, sans visage, pour ce qu’ils écrivent et parce qu’ils me donnent des tonnes d’espoir. Je ne suis pas la seule indignée, la seule révoltée pour un motif (que je juge) valable. C’est donc très personnel mais il me semble que nous sommes nombreux à contester dans notre coin. Comment nous unir pour changer la face du monde ? Commençons par changer la France. Ils y ont cru nos aïeux de 1789. Pouvons-nous les oublier et nous laisser faire sans rien dire ?

Nous n’avons plus de roi de droit divin, par qui l’avons-nous remplacé aujourd’hui ? Des représentants élus qui ne nous représentent plus puisqu’ils ont été choisis par un très petit nombre de votants, des représentants qui s’accrochent à leur(s) siège(s), souvent ils en occupent plusieurs, des représentants qui défendent les intérêts de leur famille, leurs parents et alliés et non plus les nôtres, des représentants qui ne sont plus ni de gauche ni de droite quand il s’agit de s’accorder des avantages, des représentants qui rient des citoyens qu’ils regardent de trop loin, de trop haut. Ils ne connaissent plus le prix du ticket de métro, de la baguette de pain, du litre d’essence…

Ils n’ont guère à compter. Pas comme nous ! Les salaires sont bloqués, les retraites diminuent, les emplois disparaissent, les factures s’envolent comme le prix de l’essence et des produits alimentaires de base. Quand on a payé son loyer, ses frais de transport pour aller travailler, sa facture d’eau, sa facture de gaz, sa facture d’électricité, celles du téléphone, que reste-t-il pour manger ? pour se soigner ? Je ne parle pas des soins dentaires, ni des lunettes. Et chaque année, « on » quête. Les Français donnent aux « Restos du Coeur » (on ne sait jamais), à la Croix Rouge, à la Fondation de France, et aux recherches diverses, ils donnent aussi des vêtements, des meubles, de l’électro-ménager, leur sang et des parties de leur sang (plasma, plaquettes) voire leurs organes, même s’il faut reconnaître que sang et organes ne créent guère l’enthousiasme.

Jusqu’à  présent, le porte-monnaie s’ouvrait facilement. C’est d’ailleurs ce qui incitait, sans aucun doute, l’Etat à nous ponctionner davantage. Depuis six mois, la générosité recule. Entre les dons pour Haïti et ceux pour le Japon, il y a un an et une grande différence. Pourquoi ? Peut-être les Français se sont-ils dits les Japonais sont riches. Aux riches, on prête mais on ne donne rien… Et si tout simplement, les Français n’avaient plus de quoi être généreux. Pourquoi les vide-greniers, les braderies, les trocs se multiplient-ils ? Goût du vintage ? Nécessité d’économie plutôt. Jusqu’à quand ? Jusqu’où ?

Et pendant ce temps-là, le peuple est abruti et se laisse faire. Poudre aux yeux, « starisation » d’inconnus incultes et stupides (chacun peut avoir sa chance) dans des télé-réalités multiples, jeux débiles, feuilletons à l’eau de rose ou sur des super-médecins ou des super-flics. Ne vous inquiétez pas, vous êtes bien soignés, bien protégés,  bien défendus. Euh… Ca se passe aux Etats-Unis, chez les super héros. Nous sommes en France. La vérité est toute autre. A Saint Denis de la Réunion, il y a quelques jours, à l’hôpital, un chirurgien a enlevé le bon rein d’un patient (le rein sain et non le rein malade) Voir cet article http://www.lepoint.fr/societe/un-chirurgien-suspendu-pour-avoir-enleve-a-un-patient-un-rein-sain-07-03-2011-1303606_23.php. Quant à la police, si vous tapez « flics ripoux », vous ne trouverez pas le film.

Vous êtes rassurés ? Pas moi !

 

Share

Désobéissance civile, résistance fiscale

“La parole n’a pas été donnée à l’homme, il l’a prise. ” Louis Aragon

Une fois de plus, je prends la parole, je m’exprime. Tant que je peux le faire.

S’insurger ne signifie pas casser ou détruire mais manifester sa désapprobation, son indignation par le moyen que l’on juge bon. La désobéissance civile en est un.

La désobéissance civile est le refus de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation, un pouvoir jugé inique. Ce terme de désobéissance civile fut créé vers 1850 par un Américain, Henry David Thoreau dans son essai « Résistance au gouvernement civil », à la suite de son refus de payer un impôt destiné à financer la guerre contre le Mexique.

En Europe, même si le recours au concept de désobéissance civile a tardé à être formulé, l’idée de la résistance à une loi inique existe depuis longtemps, il suffit de penser à la Révolution Française, à Robespierre (qui a une mauvaise réputation, injustifiée à mon sens ; pour moi, il est « l’Incorruptible » de l’époque), et  plus près de nous, au Général De Gaulle. Quand il lança son appel, le 18 juin 1940, il ne faisait rien d’autre que s’insurger contre une décision du gouvernement, décision qu’il jugeait infâme, déshonorante.

« L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! …. Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. » Extraits du discours du général, consultable dans son intégralité, sur internet à l’adresse suivante http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1940-1944-la-seconde-guerre-mondiale/l-appel-du-18-juin/documents/l-appel-du-18-juin-1940.php

Aujourd’hui, nous devons nous révolter contre un ennemi plus insidieux puisqu’il est partout et que nous l’avons accepté sans rien dire, ni rien faire, que nous l’avons même aidé et encouragé, espérant ainsi gagner une place au soleil un peu plus confortable. Nous avons pensé «c’est le Progrès », mais cet ennemi que nous avons fini par repérer, c’est le capitalisme sauvage : faire du fric sur tout, pas n’importe comment, mais de manière radicale sur les opérations bancaires, boursières et commerciales. En fin de course, les très riches sont encore plus riches, les pauvres plus pauvres et les classes moyennes en voie de paupérisation. Devons-nous nous laisser faire ?

NON. Il faut nous révolter. « Indignez-vous ! a écrit Stéphane Hessel. (Il va falloir que je lise dès que possible cette brochure.) Indignons-nous, manifestons-nous, soyons des désobéissants.  Le concept de désobéissance civile s’est étendu notamment par les actions très médiatiques des « altermondialistes » ou par celles des mouvements écologistes ou anti-publicité. Certains ne voient dans ces actions que la dégradation de biens, d’autres un acte salutaire, visant à faire modifier la politique des autorités. Et nous qui ne sommes pas inscrits dans un parti, dans une association, que pouvons-nous faire pour être entendus ?

Je pense que, puisque le vote n’a que peu d’effet, il faut en arriver à la résistance fiscale. C’est un acte politique consistant à refuser de participer à la fiscalité de son pays au nom de valeurs morales.

Mon argent étant gaspillé par une bande d’irresponsables qui sont accrochés à leurs sièges comme des sangsues (je me retiens car d’autres images moins élégantes me viennent à l’esprit), je refuse de donner davantage d’euros à des élus qui vont les dépenser pour de la frime, de la poudre aux yeux (cocktails, voyages en première classe…).

Je suis à la fois gênée, car cette idée n’est pas neuve, et contente parce que, finalement, mon raisonnement n’est pas si tordu. Bien sûr, vous pouvez dire aussi qu’entre tordus, on se comprend. D’accord et vous, vous proposez quoi de constructif ?

Voilà un précédent dans cette idée de résistance fiscale : dans les années 1960, un groupe d’Américains (USA) a élaboré un prototype de loi qui permettrait aux objecteurs de conscience de payer leurs impôts à l’UNICEF au lieu du Trésor américain. Proposé depuis 1972 sous le nom de Peace Tax Fund, elle se nomme aujourd’hui Religious Freedom Peace Tax Fund Act .

Je crois que ce n’est pas le seul. Il me semble que Ghandi avait proposé la même chose pour lutter contre l’oppression britannique.

Et nous, aujourd’hui que pouvons-nous faire pour être entendus et comment ? Comment être des résistants fiscaux ?

1 – Nous pourrions verser notre argent (nos impôts) à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), qui est un « établissement financier public créé en 1816 pour gérer en toute sécurité des dépôts d’origine privée réclamant une protection particulière et les employer à des finalités sociales ou économiques d’intérêt public. »  Je m’explique, en cas de désaccord avec son propriétaire, le locataire n’a pas le droit de ne plus payer son loyer, mais il peut le verser à la CDC pour faire entendre ses doléances. Nous pourrions agir de la même façon. Notre argent n’étant pas utilisé comme nous le voulons, nous le « consignons » à la CDC . C’est toujours l’Etat qui encaisse mais ça met un peu la pagaille : transfert entre deux organismes publics. Tiens, ça pourrait être créateur d’emplois…

2 – Nous pourrions refuser de payer certains impôts (comme les impôts locaux, le pourcentage correspondant à la partie de l’impôt qui ne nous plait pas : défense par exemple, ou la journée de travail « gratuit » pour les personnes âgées) car l’utilisation de notre argent ne correspond pas à ce que nous sommes en droit d’attendre.

3 – Nous pourrions faire comme les plus nantis, de l’évasion fiscale en mettant de côté notre argent ailleurs que dans des banques françaises (encore faut-il pouvoir épargner !).

4 – Nous pourrions écrire des lettres de protestation avec notre déclaration de revenus, notre chèque de paiement. Personne ne lit les lettres et personne ne répond. Alors, bof…

La solution 1 me paraît la meilleure, mais qui serait d’accord avec moi pour entamer cette procédure ? Et comment s’y prendre ? J’attends des idées.

Je bous toute seule dans mon coin en regardant ce monde qui va de plus en plus mal. Que vais-je laisser à mes enfants et petits-enfants sinon le poids d’un endettement monstrueux de mon pays qu’il leur faudra rembourser ?

Comme je ne suis pas encore morte, je peux peut-être faire encore quelque chose.

Et comme disait Charles F. Kettering « Je m’intéresse à l’avenir parce que c’est là que je vais passer le reste de ma vie. »

 

Share