Scatterlings of Africa

Aujourd’hui malgré le soleil et le ciel bleu, je suis d’humeur chagrine (ça fait quelques jours que ça dure pour tout vous dire). Et Johnny Clegg vient de mourir (nous avons un mois et demi de différence, ça ne rassure pas). J’ai envie de vous faire partager une vidéo, son premier tube, chargé de souvenirs. J’espère que vous l’aimerez.

J’ai boycotté des années durant les oranges d’Afrique du Sud et quand le 27 avril 1994, l’apartheid a pris fin, j’ai fait partie des heureux. Je suis donc partie visiter le pays, un an plus tard, avec mes trois enfants et ce fut une expérience… intéressante. (J’ai testé ambulance, hôpitaux, police, hôtels…) Pensez que pour être considéré comme blanc, il fallait être blond aux yeux clairs, que j’avais les cheveux bruns et que mes enfants sont métis asiatiques alors devant l’entrée des commerces quand il était écrit « Blancs » « Colorés », où fallait-il passer ? À la question posée, on m’a répondu : « C’est fini, ça ! »

Il n’empêche qu’à travers le pays on sentait le poids des années de « développement séparé. Pas facile d’être blanc ou noir à cette époque et surtout pas facile de lutter contre les lois en vigueur. J’en ai des choses à raconter… 

Scatterlings peut se traduire par S.D.F.

Voilà les paroles de « Scatterlings of Africa » :

Copper sun sinking low
Le soleil de cuivre se couche
Scatterlings and fugitives
Dispersés et fugitifs
Hooded eyes and weary brows
Aux paupières tombantes et aux fronts las
Seek refuge in the night
Cherchent un refuge dans la nuit

They are the scatterlings of Africa
Ils sont les dispersés de l’Afrique
Each uprooted one
Tous déracinés
On the road to Phelamanga
Sur la route de Phelamanga
Where the world began
Là où le monde a commencé
I love the scatterlings of Africa
J’aime les dispersés de l’Afrique
Each and every one
Chacun d’entre eux
In their hearts a burning hunger
Dans leurs coeurs brûle un ardent désir
Beneath the copper sun
Sous le soleil de cuivre

 

Ancient bones from Olduvai
Des vieux os de Olduvai
Echoes of the very first cry
Font écho aux tous premiers pleurs
« Who made me here and why
« Qui m’a fait naître ici et pourquoi
Beneath the copper sun ? « 
Sous le soleil de cuivre ? « 

African idea
Une idée africaine
African idea
Une idée africaine
Make the future clear
Rend le futur limpide
Make the future clear
Rend le futur limpide

And we are the scatterlings of Africa
Et nous sommes les dispersés de l’Afrique
Both you and I
Aussi bien toi que moi
We are on the road to Phelamanga
Nous sommes sur la route de Phelamanga
Beneath a copper sky
Sous un soleil de cuivre
And we are the scatterlings of Africa
Et nous sommes les dispersés de l’Afrique
On a journey to the stars
En route pour les étoiles
Far below, we leave forever
Loin derrière, nous quittons pour toujours
Dreams of what we were
Les rêves dont nous étions fait

We are the scatterlings of Africa…
Nous sommes les dispersés d’Afrique…

Deux précisions :
Olduvai : les gorges d’Olduvai sont l’un des plus importants complexes de sites préhistoriques d’Afrique.

Phelamanga (Peh la manga) est un endroit (imaginaire) où le mensonge n’existe pas, un paradis ; référence à la vie après la vie, sans doute…

Aujourd’hui, dans la frange la plus pauvre de la population noire du pays, une partie des citoyens est animée d’un esprit de revanche sur l’ancien oppresseur. L’apartheid, qui a duré près de cinquante ans, a laissé des traces profondes dans la société. Pas facile de pardonner ! La rancune est tenace. (La rancune est le souvenir que l’on garde d’une offense, d’un préjudice, avec de l’hostilité et un désir de vengeance.)

Comme j’aime à le dire, je ne suis pas rancunière mais j’ai bonne mémoire et je ne dois pas être la seule. Certes la rancune est mauvaise mais oublier n’est pas bon non plus. En clair, j’ai le devoir de mémoire bien chevillé à l’âme.

 

Share

3 réflexions sur « Scatterlings of Africa »

  1. Je dirais que si noirs et blancs étaient comme ce zoulou blanc, le racisme n’ existerait pas et il n’y aurait jamais eu l’ apartheid !
    Aujourdh’ui, c’ est un zoulou noir qu’ il faudrait pour faire cesser les crimes contre les boers !
    Merci pour ce clip que j’ apprécie beaucoup !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. J’ai repris mon ordi pour pouvoir lire tes articles et écouter tes vidéos.
    Encore une fois, merci pour la traduction.
    Et toujours des ressemblances entre nous deux : j’ai une excellent mémoire mais moi, hélas, j’aurais tendance à être rancunière … contrairement à toi !
    Chez moi, si on me fait une vacherie, c’est rare si un jour ou l’autre, l’auteur n’en paye pas les frais, augmentés, bien souvent, des intérêts générés par le souvenir …
    Trop long (et trop personnel) à raconter mais y’en a une qui vient, il y a peu, de payer pour une connerie d’il y a plus de 10 ans !
    Et là, elle doit regretter … mais moi, ça m’a fait du bien !

     » Bon jeudi en attendant la canicule de la semaine prochaine.
    On va encore passer nos journées dans le noir mais pour moi ce sera ma semaine sans ordi !
    Nouveauté qui me dira si c’est bénéfique pour mon dos et mes yeux.
    Gros bisoux ma françoise chérie ♥ « 

  3. j’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour Nelson Mandela et Johnny Clegg, je ne suis jamais allé en Afrique du Sud, mais on eut comprendre que les rancœurs peuvent être tenaces, l’apartheid a laisser des traces ! il faudrait un autre Mandela, pour redresser la situation, mais ça c’est une autre histoire ! esperons que ce pays saura trouver la paix , j’ai beaucoup aimé cette video, où Johnny Clegg rencontre Mandela , peut etre ne la connais tu pas ? bonne soiree bises
    https://www.youtube.com/watch?v=BGS7SpI7obY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *