La crise

En 2012, c’est la crise, une crise dont on nous rabat les oreilles, la crise, « notre » crise. Même si nous ne l’avons pas créée directement, en tous cas, c’est nous qui la payons, nous le peuple, à travers le monde, que nous soyons travailleurs, chômeurs ou retraités. Nous nous faisons plumer surtout quand nous faisons partie de la classe moyenne. A croire que nous sommes voués à disparaître, destinés à devenir pauvres.

Les riches se pavanent, les très pauvres gémissent et la classe moyenne a peur, elle essaie de résister sans faire trop de vagues. Triste monde ! Ces trente dernières années, la part des salaires dans le PIB a baissé de plus de 10 % ; en clair, la part des salaires a diminué par rapport aux bénéfices, ce qui signifie que le capital est plus rémunéré que le travail. Selon l’Insee, le partage entre salaires et profit est étonnamment stable durant cette même période, mais ce sont des chiffres officiels dont la justesse et l’impartialité restent à démontrer.

Mais au fait, combien de boursicoteurs de plus grâce à internet ? Des Français, moyens, normaux, qui essaient eux aussi de s’enrichir, qui jouent les capitalistes. Et oui… On récolte ce qu’on sème. L’amour du fric mène à tous les excès. Ce n’est  pas moi, pas ma faute, c’est l’autre… Air de plus en plus connu. Irresponsables, je vous dis !

En France, il faut noter que le fossé se creuse entre la faible progression salariale et les profits historiques de certaines entreprises ce qui accentue le ressentiment contre le capitalisme et le marché. Mais les citoyens réfléchissent-ils vraiment ? Sont-ils capables de le faire en prenant en compte tous les éléments ? Quelle est l’influence sur leur moral des annonces de primes et de salaires indécents des footeux ? Des hauts dirigeants de sociétés qu’elles soient nationalisées ou privées ? Des abattements fiscaux et privilèges divers de certains (journalistes entre autres) ?

Je ne veux pas parler des chiffres d’affaires réalisés par certaines sociétés de produits de luxe dont les créateurs ne sont pas de la meilleure moralité. Je pense à Zahia et sa collection de lingerie. C’est une ex-escort, comme le disent les journaux ; soyons clairs, c’est une pute qui a réussi, ni plus ni moins. De quoi être fière ? Je ne crois pas. Mais l’honnêteté et la moralité sont des valeurs qui se perdent comme la politesse.

Combien de « célébrités » paradaient au défilé de présentation ? Adjani, Emmanuelle Béart, JP Gaultier, etc. Karl Lagerfeld a lui a même apporté son crédit dans cet univers fermé, faisant un parallèle entre le parcours de Zahia et celui de Gabrielle dite Coco Chanel (aux débuts douteux elle aussi, ).

Où est la moralité ? La justice poursuit Ribéry et Benzéma pour avoir payé pour user des charmes de Zahia. Mineure, mais putain consentante, faisant partie d’un réseau organisé d’escort-girls. On se fout de nous, je vous dis.

Pendant que certains sans culture ni éducation se pavanent, pleins aux as, insolents, dispensés d’impôts, d’autres inconnus galèrent tous les jours et tirent le diable par la queue malgré tous leurs efforts.

Mais au fait, depuis quand les travailleurs sont-ils si «moutons» en France ? Depuis quand se laissent-ils tondre sans vraiment rechigner ? Je me souviens bien de mai 1968 et du vent de contestation et de liberté qui a soufflé sur le pays et dans le monde… Je me souviens moins clairement des grèves et des manifestations du début des années 60. La contestation existait. Le plein emploi aussi d’ailleurs. Le chômage de masse n’est-il pas le prétexte tout trouvé pour demander un effort aux salariés pour le bien de l’économie nationale ? Les mauvaises langues, dont je fais partie, ont tendance à dire que le chômage est créé et maintenu volontairement pour constituer une armée de chômeurs qui permet de faire un chantage permanent aux salariés encore en poste. Belle mentalité, oui. Combien de fois a-t-on entendu des journalistes et des politiques dire que l’intransigeance des revendications salariales mettraient le pays à genoux ?

La pétition qui circule sur le net, intitulée « Mettons fin aux privilèges fiscaux des journalistes, connait un fort succès qui prouve que la majorité silencieuse a été particulièrement agacée par la manière dont les journalistes français ont caricaturé Nicolas Sarkozy et passé sous silence les aberrations omniprésentes dans le programme de François Hollande, ainsi que les affaires sombres autour du parti socialiste.

Ce discours culpabilisant semble avoir porté ses fruits, de moins en moins de travailleurs se syndiquent et les organisations syndicales ont mis un bémol à bon nombre de leurs revendications. Peut-être aussi que certains travailleurs renient leur appartenance sociale ? Ils ont envie de paraître. Défaut de contemporains !

O tempora, o mores !

Share

6 réflexions au sujet de « La crise »

  1. Contente de te retrouver ainsi que tes paroles très sensées comme celles-ci ! J’entend parler de chômage depuis les années 70 alors que j’étais au collège alors oui, je suis d’accord avec toi, cette situation est entretenue sciemment ! Pour nous faire peur, pressurer les salaires et imposer des conditions de travail de plus en plus indécentes. Jusqu’à quand ? Les magasins vers chez moi et sur internet font de plus en plus de rabais car les gens n’ont plus les moyens…

    Notre équipe de foot a été la honte de la planète entière, ce n’est que du foot mais c’est très symbolique de ce qui se passe ! Ils représentent la France que les grands financiers aiment : sans cervelle et ne pensant qu’à leur apparence…

    J’arrête là car je pourrais en parler pendant des heures ! Merci à toi, bises
    Esclarmonde

  2. Chez nous la crise se fait à peine ressentir , ça va être dur à la rentrée ,
    Espérons que le peuple sera plus solidaire pour influencer le gouvernement ,personnellement je n’y crois pas , alors serrons les dents ,
    Je pars vendanger ma vigne , le raisin est mûr à point.

    Douce journée ,Françoise

    bisous

    timilo

  3. c’ est là qu’ on se rend compte du pouvoir médiatique aux ordres !
    Mais, il me semble, que peu à peu, le peuple se réveille !
    espérons que la liberté soit gardée sur les blogs !

  4. Je partage ton analyse sur notre société . Les classes moyennes et les plus pauvres paient toujours les pots cassés par un Etat dispendieux et qui ne se prive de rien…Il faudra bien que cela cesse un jour !

  5. C’est pourquoi je pense que les célébrités du showbizz sont vraiment mal placées pour intervenir lors des campagnes éléctorales en prenant parti pour tel ou tel…

  6. Ping : Compliqué et inégal (2) | FrancoiseGomarin.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *