Au cimetière du Père Lachaise

Le cimetière du Père-Lachaise est le plus grand cimetière de Paris intra-muros et certainement le plus célèbre car de nombreuses personnalités y sont enterrées. C’est un lieu de promenade pour beaucoup de touristes et même de Parisiens. Je n’ose dire que c’est gai mais c’est verdoyant, fleuri, ombragé l’été et plein d’Histoire et d’histoires.

On peut y voir la tombe de Victor Noir. Je passe sous silence, aujourd’hui, celles des autres célébrités : Henri Salvador, Edith Piaf, Modigliani, Adolphe Thiers… Mais pourquoi Victor Noir est-il une célébrité ?

Pas de biographie complète de ce personnage, devenu célèbre malgré lui. Victor Noir, dont le vrai nom était Ivan Salmon, est né un 27 juillet (moi aussi) 1848, dans les Vosges ; il a été assassiné par un descendant des Bonaparte à Paris. C’était un journaliste de vingt deux ans.

Il fut d’abord apprenti horloger, puis fleuriste. Son frère Louis Noir, l’attire à Paris, il fait alors ses débuts de journaliste au Corsaire, ensuite on le retrouve au Journal de Paris, au Satan, il collabore après à la Marseillaise fondée par Henri Rochefort. Il n’eut pas le temps de se faire vraiment connaître, vingt-deux ans, c’est bien jeune, surtout pour mourir.

C’est donc sa mort qui l’a rendu célèbre ; vous trouverez beaucoup de détails sur Wikipedia ou dans le guide du cimetière du Père Lachaise.

Un bref résumé de cette affaire :

Pascal Grousset, rédacteur en chef à la Marseillaise, charge ses collaborateurs Ulrich de Fonvielle et Victor Noir de se rendre au domicile du prince Pierre Bonaparte (neveu de l’Empereur Napoléon Ier)  pour y présenter une demande de réparation par les armes, se jugeant offensé par un article signé par le prince. Pierre Bonaparte s’est déjà, à plusieurs reprises, rendu coupable de violences irraisonnées. Ce matin du 10 janvier 1870, alors que Victor Noir lui remet le courrier, le prince le soufflette violemment, sort un revolver de sa poche et lui tire dessus à bout portant. Victor Noir a eu la force de sortir, il tombe sur les genoux, on le porte chez un pharmacien voisin qui constate presque aussitôt la mort du jeune homme.

Lorsque Paris apprend la nouvelle, le vieil esprit de révolte et d’émeute n’est pas loin de réapparaître. Le garde des Sceaux fait arrêter et emprisonner le prince Pierre Bonaparte à la Conciergerie. L’Empereur Napoléon III approuve la décision.

Un article  parait le lendemain : « Assassinat commis par le prince Pierre Napoléon Bonaparte sur le citoyen Victor Noir » dans les colonnes de la Marseillaise. A midi, le journal est saisi, mais trop tard, 145 000 exemplaires ont déjà été vendus.

Mort et enterré, on a mis un gisant sur sa tombe et l’œuvre a été conçue de manière très réaliste. La bouche est ouverte et les mains gantées inertes, le chapeau à côté, les vêtements dégrafés et la virilité évidente. Ce réalisme anatomique entraîne certaines personnes superstitieuses à toucher le gisant depuis des années, d’où la patine et une érosion du bronze sur le relief du visage, l’impact de balle, la partie virile et les chaussures.J’ai d’autres photographies, coincées dans mon ordinateur défaillant.

Une légende urbaine veut  que les femmes en mal d’enfants touchent le gisant afin d’être rendues fertiles. C’est surtout par cette tradition, toujours en vogue, qu’est connue la sépulture de Victor Noir.

En 1885, les restes de Victor Noir ont été transférés de Neuilly au Père Lachaise au cours d’une cérémonie commémorative. La République honore un martyr de la foi républicaine. Son tombeau est élevé par souscription nationale. Jules Dalou, ancien élève de Carpeaux, devenu le statuaire de la République, est chargé de la réalisation du monument qui sera achevé en 1886.

Au moment de ce transfert se déroule un événement curieux, macabre : Louis Noir, le frère du défunt, assiste à l’exhumation et demande de se recueillir quelques instants sur la dépouille. Dévissant rapidement le couvercle du cercueil, il s’empare du crâne qu’il cache dans un panier  pour lui parler régulièrement, le soir, chez lui. La relique est conservée sous globe. Drôle de décoration et idée saugrenue.

Le crâne fut finalement restitué et a rejoint depuis le reste de la dépouille au Père Lachaise.

Pourquoi le Père Lachaise aujourd’hui ? Sans doute parce que j’ai entendu à la radio, dans ma voiture, quelqu’un qui posait des questions sur le transfert des cendres d’un Réunionnais mort en métropole et qui voulait « reposer » sur sa terre natale. Pourquoi pas ? D’autres l’ont fait. Ainsi, Auguste Lacaussade qui a été inhumé le 2 août 1897 au cimetière Montparnasse voulait rentrer chez lui. Ce fut chose faite en février 2006 ; ses restes ont été ramenés à La Réunion et inhumés dans le cimetière paysager d’ Hell-Bourg, dans le cirque de Salazie, aux côtés de ceux de son ami le poète écossais William Falconer. J’en ai parlé dans un article sur saint Denis de la Réunion, cliquez ICI pour aller le lire.

20 réflexions au sujet de « Au cimetière du Père Lachaise »

  1. Bonjour,
    J’y suis allé plusieurs fois lorsque j’habitais Paris(9ém), c’est immence et il y a beaucoup de célébrités qui reposent.
    Bon samedi.

  2. Un lieu où il doit faire bon s’y reposer , il y a tant de personnalités connus pour converser.
    Mais on a encore le temps , du moins je le pense
    Bon weekend , Françoise
    Bisous

    TIMILO

  3. Bonjour Françoise,
    Je déteste les cimetières et celui-là autant qu’un autre !
    J’y suis allée et n’ai pas aimé, mais ça c’est personnel.
    Je ne connaissais pas l’histoire que tu nous racontes, j’en apprends toujours avec toi.
    C’est quand même étrange que beaucoup de gens croient à des sornettes comme de toucher les parties du gisant, pour obtenir ce qu’ils souhaitent.
    Passe un bon samedi et bisous.

  4. …quarante ans à Paris, nous connnaissons un peu le père Lachaise, mais sans l’avoir visité ! nous ne connaissions evidemment pas Victor Noir, et les pratiques curieuses sur sa tombe, par contre nous connaissons tres bien le « Mur des Fédérés » , tu devrais en parler, toi qui écrit si bien ! merci Françoise, pour ce bel article ! bonne journee et bisous

  5. Allez, je fais un effort ! pas trop la « pêche » avec cette jambe qui ne veut pas guérir et me fait très mal….
    Mais le Père Lachaise, c’était mon quartier pendant des années. J’y ai promené mes enfants comme dans un square…Les allées sont agréables et je n’ai jamais eu l’impression d’être dans un cimetière ! mes enfants y couraient et se défoulaient !
    Et c’est le rendez-vous de tous les chats « sans maîtres » du quartier, auxquels les « mémères chats » apportent à manger très régulièrement….Et en même temps, elles font la parlotte !
    La tombe de Victor NOIR se trouve dans la 92ème division.
    Je vous recommande un livre très intéressant : « Au Père Lachaise » de Michel Dansel, livre que je possède et que je me ferai un plaisir de vous prêter quand vous viendrez dans « mes murs » !
    Et il y a toutes les célébrités plus récentes…Mais je préfère les tombes anciennes qui représentent une promenade dans l’Histoire….
    Bisous.

  6. un cimetière est d’ évidence l’ histoire du passé des morts !
    c’ est aussi le lieu où chacun est enfin à égalité avec les autres !
    J’ ai aussi remarqué, qu’ en Allemagne, de nombreux cimetières intra muros ou non, étaient forts boisés !
    bonne journée
    bisous

  7. ☸-ڿڰۣ- ♥☸-ڿڰۣ- ♥☸-ڿڰۣ- ♥☸-
    Coucou Françoise,
    Oh ce matin je n’ai pas la tête à penser au cimetière…lol !
    Vivement demain que je puisse rire un bon coup chez toi hi hi !
    Doux samedi et de gros bisous mon amie.

  8. Bonjour
    Un dernier lieu qui marque encore les différences…
    Mais de l’autre coté… plus de riche, plus de pauvre… plus de malin… plus de puissant…
    Bon, on aime pas dire, mais il faudrait s’y préparer…
    Amitiés
    Jean

  9. Je ne fréquente pas les cimetières, je vis avec la vie et non avec les morts; Mais certains lieux funèbres m’attirent pour leur architecture, leurs croix, leur âme, leurs mystères, … Le père Lachaise en est un.
    Bon WE

  10. Bonjour Françoise,
    Ce n’est pas très ma tasse de thé les cimetières.
    Je me fais incinérer.
    Je sais, ce cimetière est très beau.
    Je vais au cimetière, j’ai le cafard.
    Je connais des personnes qui aiment.
    Peut-être que la mort me fait peur, je n’en sais rien, je n’y pense pas.
    Très bon billet comme toujours.
    Bon week-end, bisous.

  11. Hello la « diaspora » des anciens Parisiens! Paris est une ville extrèmement vivante et le Père Lachaise lui aussi! J’y suis allée souvent avec maman, jusqu’à ce qu’elle tombe si gravement malade que ce n’était vraiment pas un endroit pour aller se promener avec elle. J’avoue que mis à par le « mur des fédérés » où j’allais me recueillir de temps en temps lorsque j’étais mobile, je n’y ai pratiquement plus remis les pieds. Trop de souvenirs douloureux de ma pauvre maman.

  12. bonjour Françoise si j’aurai un rêve a realiser ce serai celui d’aller visiter ce cimetière
    mais j’y consacrerai une journée entière j’adore ce genre d’endroits
    bisous
    Marcel

  13. Bonjour Françoise,
    J’y suis allée il y a déjà de très nombreuses années.
    Passes un doux week end ensoleillé.
    Amitiés

  14. Bonjour Françoise,

    Après ta visite sur mon blog, je découvre ton environnement… Un cimetière, pour aujourd’hui… Je ne peux pas dire que je les aime, loin s’en faut, mais celui-là je l’ai déjà visité deux fois et j’avoue qu’il y règne une atmosphère différente.

    Bonne soirée et à bientôt,
    Cathy.

  15. Bonjour ma belle Françoise beaucoup de détails historiques dans cet article Bravo ! je te souhaite un bon dimanche tout en douceur Bisous bisous et prends soin de toi

  16. Une équipe de la Tv Alemande est venue tourner un reportage sur les célébrités qu il y enferme, ils ont montré la tombe de Piaf qui est toujours une grande vedette là bas (ainsi que mireille Mathieu) et sur les chats nourris par les personnes agées. Ils ont aussi insisté sur le coté promenade du cimetiére dans un Paris qui ne compte pa trop d espaces verts de grande surface.
    Amicalement Latil

  17. Ping : Le mur des Fédérés | FrancoiseGomarin.fr

  18. Ping : Hommes célèbres de la Réunion (1) | FrancoiseGomarin.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *