Grand-Mère Kalle (1)

Je me promène avec les fées, de temps en temps, depuis quelques jours.  Je parlerai de Morgane la fée sans doute bientôt, mais pour l’heure, en évoquant la fée Carabosse dans un récent billet (clic), je me suis souvenue qu’ici, à la Réunion, nous avons aussi une sorte de sorcière : grand mère Kalle. Ce n’est pas une sorcière de l’école d’Harry Potter, elle n’a pas de grand chapeau noir, ni de balai volant, ni de baguette magique,  elle ne  sort pas de Poudlard, elle est réunionnaise. Blanche ou noire ? Les avis sont partagés…

Grand-Mère Kalle ou Kal est un personnage légendaire de l’île de la Réunion, effrayant dont on continue (encore un peu, si peu) à menacer les enfants désobéissants. Grand mère Kal, c’est un peu le croque-mitaine réunionnais, utile pour faire peur aux enfants mais qui effraie parfois les adultes. C’est surtout un souvenir de l’époque où il n’y avait pas la télévision, ni l’électricité, ni beaucoup de livres, c’était il y a moins de cinquante ans. Grand-Mère Kalle a repris un peu du poil de la bête ces dernières années ; en réaction contre l’importation commerciale d’Halloween, quelques personnes ont tenté de ranimer Kalle ; ça frémit…

Grand-Mère Kalle est plutôt une vieille femme aux allures de sorcière ; elle apparaît souvent sous cet aspect, mais les contes créoles, de tradition orale, varient d’une nénène* à l’autre, d’une famille à l’autre… Légende obscure et maléfique qui oppose le mythe terrifiant des noirs marrons sanguinaires à celui des chasseurs blancs (chasseurs de nègres), son rôle est d’effrayer… pour calmer.

* Le mot nénène signifie en créole de la Réunion, bonne d’enfants ou nourrice. Autrefois, il s’agissait souvent de jeunes filles, parfois d’enfants, pauvres ou orphelines, placées par leur propre parenté dans des familles plus ou moins aisées. Elles perdaient leur prénom pour devenir « Nénène ». Elles y étaient préposées à la surveillance des enfants mais participaient aussi à toutes les autres tâches ménagères. Elles demeuraient au sein de la famille jusqu’à leur mariage. Parfois elles n’en partaient jamais. On pourrait dire aujourd’hui qu’elles étaient exploitées mais dans le contexte social de l’époque, cela évitait à bien des fillettes l’humiliation d’être « ramassées » par l’Assistance Publique. Avec l’avènement des lois sociales, les nénènes sont devenues des employées de maison et ont perdu leur rôle affectif. Evolution de la société et du langage.

Le personnage  de Grand-Mère Kalle est associé à l’esclavage et au volcan : le Piton de la Fournaise, où elle côtoie souvent Grand Diable, qui est son époux dans certaines histoires. Est-elle blanche ou noire ? Qui sait ? Au choix du narrateur ou de l’imagination des enfants.

Grand-Mère Kalle aurait bien existé mais les versions divergent. Kalla ou Kalle étant selon les versions soit une esclave marronne* qui se serait suicidée et  qui hanterait la côte ouest de l’île, soit une méchante propriétaire, ce qui explique que l’on évoque quelquefois, à tort, Madame Desbassyns.

* marronne : marron(ne) qui s’est marronné, qui s’est enfui.

On la dit originaire de Mahavel, dans le sud de l’île, Mahavel  qui passe pour être un des hauts lieux de la sorcellerie à la Réunion. Kalle se manifeste encore, longtemps après sa mort, dans la croyance populaire, tantôt sous les traits d’une affreuse vieille sorcière, tantôt sous ceux d’un grand oiseau noir qui vient planer, le soir au-dessus des maisons.

Grand Mère Kalle, c’est aussi un jeu « ti marmaye » (jeu d’enfant). Un enfant est désigné pour être grand-mère Kalle, il prend une « toile » (foulard, serviette, paréo) qu’il met sur sa tête pour se cacher et ne pas voir. Les autres enfants  lui demandent : « Grand-mère Kalle, quelle heure il est ? » et Grand-mère Kalle de répondre une heure de son choix, disant qu’il n’est pas très tard, etc. L’heure avance et lorsque Grand-mère Kalle dit « minuit», elle se rue sur le joueur le plus proche. Celui-ci devient Grand-mère Kalle à son tour s’il est touché.

Influence de la Mère-Patrie et créativité locale… Ici, tout est mélange : population, cuisine et langue. Vous pouvez relire mon billet sur la langue créole en cliquant LA.

Share

11 réflexions au sujet de « Grand-Mère Kalle (1) »

  1. Bonjour Françoise,
    En fait, partout on retrouve les mêmes légendes avec des variantes.
    On peut parler de croque-mitaine ou autre mot, mais le but était surtout de faire peur aux enfants.
    Tu me demandes au sujet des toits de chaume si cela se fait toujours. Alors, c’est oui, car j’ai vu il y a quelques temps déjà que la chambre des métiers du département avait relancé cette formation pour les charpentiers et il y en a qui sont spécialisés.
    Mais comme cela coûte très cher, certains toits en effet, sont remplacés par des ardoises ou des tôles.
    Voilà, je te laisse en souhaitant une excellente journée.
    Bisous.

  2. Bonjour Françoise,
    J’aime bien ces légendes.
    La tienne est belle et joliment racontée.
    En Alsace nous avons les sorcières et le Père Fouettard qui m’a laissé des souvenirs amers, mais maintenant j’en rigole.
    Bonne journée
    Amitiés

  3. dans le nord aussi, nous avons le père et la mère fouettard, dont les anciens menaçaient les enfants trop turbulents !
    parfois aussi, on parlait du loup qui attendaient les enfants au coin de la rue !
    il y a le noir et le blanc, le chaud et le froid, le mal et le bien, alors, c’ est presqu’ évident qu’ aux bonnes fées, il fallait opposer les mauvaises .
    bonne journée
    bises

  4. Bonjour
    C’est vrai il faut un peu partout ces histoires…
    Ma mère étant contre ces légendes, cela n’avait pas lieu chez nous…
    C’est pas le réel disait-elle..; cela nous trompe….
    Amitiés
    Jean

  5. J’ai lu aussi les commentaires et ça m fait rire parce que ayant des racine dans plein de région je les connais bien ces légendes sous tous leurs noms, mais la tienne je ne la connaissais pas 🙂

  6. Ma douce amie merci pour ton mot qui malgré les aléas du Net s’est bien inscrit sous mon grand-père…J’aime beaucoup tout ce que t’écris sur cette île si chère à mon cœur… Moi aussi je pense souvent à toi

  7. Ping : Halloween | FrancoiseGomarin.fr

  8. Ping : Hommes célèbres de la Réunion… | FrancoiseGomarin.fr

  9. Ping : Une enfance en exil | FrancoiseGomarin.fr

  10. Ping : Coulrophobie | FrancoiseGomarin.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *