Épidémies d’hier et d’aujourd’hui

Les épidémies d’antan, nous les avions oubliées pourtant elles ont été nombreuses et meurtrières. Je me souviens de mes livres d’Histoire à l’école primaire qui me narraient ces périodes noires, du Moyen-Âge aux guerres incessantes (dont l’une dura même cent-treize ans), de famines, de maladie : peste, choléra, lèpre, variole… J’ai appris, plus tard que la période médiévale n’était pas aussi sombre qu’on me l’avait racontée et que les épidémies perduraient avec de nouveaux virus.

Aujourd’hui, avec les médicaments dont on dispose, on peut avoir le sentiment d’être à l’abri d’une grande épidémie comme celles qui ont endeuillé le passé mais c’est une erreur : une hécatombe est possible. Les mouvements incessants des biens et des gens à travers toute la planète augmentent les risques d’autant plus que, rassurés parce que les autres se vaccinent, trop de personnes négligent de se vacciner ou de faire vacciner leurs enfants. Attention danger lorsque le taux de vaccination tombe sous le seuil qui assure l’immunité collective. Cette fois avec le Covid-19, pas de vaccin il n’y a que le bon sens contre le virus.

Comme le bon sens est (plutôt) mort… Danger !

Rappel des épidémies et pandémies plus ou moins récentes. (Les épidémies mondiales de grippe saisonnière sont des « pandémies »).

 1 – La variole

La variole, ou petite vérole, est de loin la maladie infectieuse d’origine virale la plus mortelle de toute l’Histoire. Extrêmement contagieuse, elle était provoquée par le “poxvirus“.

En Europe, l’épidémie de variole fut responsable de millions de morts, seulement au XVIIIème siècle 60 millions. Elle emporta Louis XV le Bien Aimé (qui finit « mal aimé » et fut enterré de nuit). La dernière épidémie de variole  en France eut lieu en 1955, elle débuta à Vannes.

La variole fut responsable de la disparition de plus de 75% de la population amérindienne de l’époque (de 1518 à 1650 environ). Alors qu’elle avait déjà été éradiquée dans la plupart du monde, la variole toucha plus de 100 000 personnes et fit 20 000 morts en Inde, au milieu des années 1970.

La variole a été totalement éradiquée en 1977 grâce à la mise au point d’un vaccin et la campagne massive de vaccination organisée par l’OMS. En 1980, ce n’est pas si vieux,  je me souviens m’être battue pour ne pas faire vacciner mes enfants contre cette « disparue » ; j’en ai eu des crises d’angoisse pendant la guerre du Golfe avec la crainte d’une guerre bactériologique).

2 – La peste

La peste a fait de multiples apparitions dans le monde et contraiement à ce que l’on peut croire, elle existe toujours.

  • La peste antonine

La peste antonine, ou peste galénique, frappa l’Empire romain à la fin de la dynastie antonine. d’où son appellation (entre 165 et 190). Selon certains historiens, cette pandémie aurait pu provoquer le déclin de l’Empire romain d’Occident… D’après de récentes estimations, elle aurait considérablement réduit la population romaine, faisant près de 10 millions de morts entre 166 et 189.

  •  La peste de Justinien

La peste de Justinien frappa la population méditerranéenne d’Asie, d’Europe et d’Afrique de 541 à 767. Elle aurait été provoquée par l’agent pathogène Yersinia pestis , au printemps 542 où elle fait plus de 10 000 morts par jour et aurait causé la mort de la moitié de la population du monde de l’époue soit 25 millions de personnes. L’épidémie aurait débuté en Égypte en 541 pour rejoindre ensuite le pourtour méditerranéen, suivant les voix du commerce. Il s’agit de la première occurrence historique de la peste bubonique.

  • La peste noire

La peste noire est une pandémie de peste qui sévit au Moyen-Âge. Elle débuta aux abords de la mer noire vers 1340 et s’étendit rapidement en Europe et dans certaines régions d’Asie, faisant 75 millions de morts. Elle aurait tué entre 30 et 50 % de la population européenne de 1347 à 1352 faisant environ 25 millions de victimes

La peste noire est une peste bubonique, provoquée par la piqûre de puce infectée et se traduit par l’inflammation d’un ganglion et une tension douloureuse des tissus : le « bubon ». Aux stades avancés, les ganglions enflammés finissent par s’ulcérer et suppurer. La peste bubonique provoque de la fièvre, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de tête et une fatigue importante.

Probablement apportée par des bateaux en provenance des Pays-Bas, la peste bubonique a tué 20 % de la population de Londres durant l’hiver 1664-1665, soit presque 100 000 personnes. (C’est une autre catastrophe, le grand incendie de Londres, qui aida à éradiquer définitivement la maladie, détruisant de nombreux quartiers insalubres, bien que cette hypothèse soit contestée.)

ATTENTION une pandémie de peste est en phase dormante, Une épidémie majeure a eu lieu à Madagascar en 2017, avec 2 417 cas confirmés ou suspects et 209 décès par peste pneumonique. Neuf pays en relation avec Madagascar ont dû se placer en alerte de peste. Les maladies anciennes disparaissent très rarement de façon définitive comme la fièvre jaune ou le choléra : 40 épidémies de choléra sont signalées chaque année à l’OMS, la plus importante étant l’épidémie de choléra en Haïti de 2010.

3 – Le choléra

Considérée comme la plus dévastatrice des grandes pandémies historiques, la troisième pandémie de choléra a sévi de 1852 à1860. Auparavant concentré dans les plaines du Gange, le choléra s’est répandu dans toute l’Inde, puis a fini par atteindre la Russie, où il a fait plus d’un million de morts et le reste de l’Europe.

Le choléra est une infection intestinale provoquée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés. Il provoque de violentes diarrhées, parfois accompagnées de vomissements. En l’absence de traitement, cette infection très contagieuse peut tuer en quelques heures.

L’OMS estime que que le choléra entraîne chaque année environ 100 000 décès pour 4 millions de cas recensés. C’est aujourd’hui l’Afrique qui est la principale victime de la septième pandémie connue de choléra, qui a débuté l’Indonésie en 1961.

4 – La lèpre 

La lèpre est citée dans la Bible, non pas comme une maladie de peau mais comme un châtiment divin. Les lépreux étaient écartés de la communauté or Jésus va se rapprocher d’un lépreux et le guérit, ô miracle ! Après avoir fait des ravages dans le monde gréco-romain, la lèpre réapparaît en Europe autour de l’an mil et provoque de grandes terreurs. Les lépreux sont isolés dans des maladreries, à l’extérieur des villes et des villages. Les lépreux devaient signaler leur présence en agitant une crécelle.

La lèpre est une maladie dont on peut guérir et le traitement à un stade précoce permet d’éviter les incapacités. Elle a pratiquement disparu au XVIème siècle mais des foyers infectieux sont restés dans certaines zones géographiques dont Madagascar. En 2016, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a recensé 216 108 cas dans le monde.

Dans le monde, on compte encore près de 3 millions de lépreux avec des infirmités ou des mutilations. Une personne est touchée toutes les 2 minutes par l’infection. Ces chiffres étant globaux, la pathologie est surtout surreprésentée dans certains régions du globe.  

En effet, si ces 20 dernières années, plus de 12 millions de lépreux ont été guéris, et la maladie éliminée dans 108 des 122 pays où elle était considérée comme un problème de santé publique, elle demeure toutefois un enjeu majeur dans 14 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine. Plus précisément pour six d’entre eux qui regroupent 83% de la prévalence mondiale et 88% des nouveaux cas annuels mondiaux : Inde, Brésil, Indonésie, Népal, République Démocratique du Congo, Mozambique. D’autre part, la lèpre reste endémique dans de nombreux autres pays (Angola, Madagascar, République Centrafricaine, Tanzanie,…) ainsi qu’à Mayotte !

5 – La grippe espagnole

Elle aurait tué 240 000 personnes en France et entre 50 et 100 millions de personnes dans le monde entre 1918 et 1919. 50% de la population mondiale a été touchée.

Elle a été baptisée ainsi parce que l’Espagne, non concernée par le secret militaire, fut la première à en parler publiquement. Cette grippe caractérisée par de la fièvre et un affaiblissement des défenses immunitaires causait l mort par surinfection bactérienne au bout d’une dizaine de jours après les premiers symptômes grippaux.

Selon de récents travaux, la maladie serait née de la combinaison d’une souche humaine (H1), provenant de la grippe saisonnière H1N8, en circulation entre 1900 et 1917, et de gènes aviaires de type N1. De ce croisement aurait émergé une souche H1N1 entre 1917 et 1918, variante de celle qu’on a connue en 2009.

6 – La grippe asiatique

Identifiée pour la première fois dans la province du Guizhou en Chine, la grippe asiatique (grippe A, H2N2) s’est répandue un peu partout dans le monde, de 1956 à 1958, causant de 1 à 4 millions de décès selon l’OMS. Les États-Unis furent l’un des pays les plus touchés avec 69 800 de morts.

Sa souche a ensuite évolué en H3N2 antigénique, entraînant une autre pandémie de 1968 à 1969, la grippe de Hong Kong, tuant environ 1 million de personnes.

7 – La rougeole

Infection virale qui n’a pas encore été totalement éradiquée malgré une vaccination généralisée, elle touche essentiellement les jeunes enfants de moins de 6 mois et les adolescents. En France, le vaccin contre la rougeole est obligatoire, afin d’éviter les séquelles et les complications.

Le virus aurait fait environ 200 000 000 morts durant ces 150 dernières années dans des zones moins bien médicalisées. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, 142 000 personnes sont décédées de la rougeole dans le monde en 2018, soit 15% de plus qu’en 2017.

La République démocratique du Congo (RDC) fait face à la pire épidémie de rougeole au monde en ce début 2020, avec plus de 6000 personnes décédées en l’espace d’un an.

8 – Le SIDA 

Le SIDA ou VIH, ou virus de l’immunodéficience humaine, est une infection qui atteint le système immunitaire, c’est-à-dire les défenses naturelles du corps contre la maladie. Les premiers signes de la pandéme sont apparus à la fin des années 1970, en Amérique du Nord. Dans les premières semaines qui suivent l’infection initiale, le sujet peut rester asymptomatique ou présenter un syndrome grippal avec de la fièvre, des céphalées, un érythème ou une irritation de la gorge à mesure que l’infection affaiblit le système immunitaire, d’autres signes et symptômes peuvent apparaître ; en l’absence de traitement, de graves maladies peuvent survenir.

Le VIH peut se transmettre par le contact étroit et non protégé avec les liquides organiques d’un sujet infecté : sang, lait maternel, sperme et sécrétions vaginales.

Il n’existe pas de moyen de guérir de cette infection, mais des traitements à base de médicaments antirétroviraux peuvent permettre aux personnes atteintes de mener une vie « normale ». À ce jour, le VIH a fait plus de 36 millions de morts et continue d’être un problème majeur de santé publique.

9 – La tuberculose (et son grand retour)

La tuberculose est l’une des 10 premières causes de mortalité dans le monde ; due à une bactérie qui touche le plus souvent les poumons. Les symptômes courants sont une toux accompagnée d’expectorations sanguinolentes, des douleurs thoraciques, un état de faiblesse, une perte d’appétit, de la fièvre et des sueurs nocturnes. Elle se transmet d’une personne à l’autre par voie aérienne lorsque la personne infectée tousse, éternue ou crache.

En 2015, 1,8 million de personnes sont mortes de la tuberculose et 480 000 personnes ont développé une tuberculose multi résistante.

On peut traiter et soigner la tuberculose à l’aide d’un traitement antibiotique mais on peut surtout se faire vacciner par le BCG.

Depuis 2007, il a donc été décidé de suspendre la vaccination systématique des enfants avant leur entrée en maternelle et les 800 000 enfants qui naissent chaque année en France ne sont donc plus soumis à cette obligation. Cela ne veut pas dire que le vaccin n’est plus indiqué .

Pour vous inquiéter un peu plus (comme si besoin était) , n’oublions pas :

10 – La diphtérie

La large utilisation du vaccin antidiphtérique dans le cadre des programmes de vaccination systématique a permis d’éliminer cette maladie respiratoire infectieuse dans la plupart des parties du monde. Cependant, la diphtérie fait un retour alarmant dans des pays où la prestation de soins présente des lacunes importantes : le Venezuela, l’Indonésie, le Yémen et le Bangladesh ont rapporté des flambées de diphtérie en 2017, sollicitant l’aide de l’OMS  et la fourniture de médicaments et de vaccins contre la diphtérie.

11 – Le paludisme

Chaque année, l’OMS estime à plus de 200 millions le nombre de cas de paludisme dans le monde avec plus de 400 000 décès par an. Environ 90% des décès imputables à cette maladietransmise par des moustiques se produisent en Afrique subsaharienne, tandis que le reste de la mortalité se répartit entre l’Asie du Sud Est, l’Amérique du Sud, le Pacifique occidental et la Méditerranée orientale. En République centrafricaine et au Soudan du Sud, le paludisme fait plus de victimes que la guerre. N’oubliez pas que le palu sévit largement à Madagascar et qu’il n’a pas disparu de l’île Maurice et qu’il revient à la Réunion (par manque de suivi comme c’était encore le cas dans les années 1980).

  • Fièvre hémorragique de Crimée-Congo
  • Fièvre Ebola
  • Virus Marburg
  • Fièvre de Lassa
  • Coronavirus SRAS (SRAS-Cov)
  • Coronavirus MERS (MERS-Cov)
  • Infection à virus Nipah
  • Fièvre de la vallée du Rift
  •  Infections à virus Zika,
  • Chikungunya dont j’ai beaucoup parlé il y a quelques années à La Réunion, , LÀ, LÀ, (cliquez sur les liens en bleu) quand un certain monsieur Perrin affirmait que le moustique ne piquait pas dans les maisons et que l’ARS certifiait que le Chikungunya n’existait pas, que c’était une élucubration de simples d’esprit vivant sous les cocotiers, paresseux et sans doute hypocondriaques.
  • Syndrome de fièvre sévère avec thrombocytopénie

J’en oublie sans doute. Il n’y a donc pas que la peste et le choléra à craindre.

Si nous redoublons d’efforts lorsque la menace est grave, nous les oublions rapidement lorsque la menace diminue. N’est-il pas grand temps d’agir plus intelligemment ? Être enfin rationnels : mieux vaut prévenir que guérir et appliquer le principe de précaution là où sont les plus grands dangers souvent invisibles.

Nos politiques ont aujourd’hui des comptes à rendre.

Une petite chanson pour finir :

Share

3 réflexions sur « Épidémies d’hier et d’aujourd’hui »

  1. Les épidémies reviennent périodiquement et ont parfois pour origine une manque d’hygiène, ou des pratiques dangereuses !
    Mais au final, malgré les millions de morts, y compris ceux dus aux guerre, nous sommes 7,7 milliards sur terre !
    Pour le Covid 19, je me demande d’où il sort, j’espère pas d’un laboratoire !
    J’imagine qu’on finira par trouver un vaccin, mais lorsqu’on l’aura, d’autres maladies apparaîtront !
    On comprend le  » vous ne connaissez ni le jour ni l’heure « , comme le  » qui vivra verra  » !
    Et que dire des dirigeants censés prévoir !!
    Comme tu dis il faudra demander des comptes aux criminels par parole, par action et par omission !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. magnifique collection de maladies et pandémies, ne soyons pas surpris, par cette derniere attaque de virus , ecoutons si possible ceux qui savent, et mefions nous de ceux qui nous dirigent , le nombre de c…qu’ils ont pu nous assener, depuis les debuts de ce virus, est tres inquiétant ! je retiendra particulierement ta conclusion :
    « Nos politiques ont aujourd’hui des comptes à rendre ». on a beaucoup critiquée Mme Bachelot sur ses achats demesurés de vaccins, je vais finir par croire qu’elle avait raison, ceux d’aujourd’hui non seulement n’ont pas prevu , les masques, les equipements respiratoires, les tests, mais ils pretendent donner des conseils ! porte toi bien ainsi que ta famille, grosses bises
    pour moi, ça va ma fille va arriver avec le ravitaillement et j’ai pu avoir mes medicaments à la pharmacie ce matin !

  3. Pas très réjouissant ? Ou bien réconfortant ? C’est selon l’humeur du moment…
    La différence, c’est que nous allons avoir une sacré crise économique et financière en plus de la crise pandémique… Et tant que tout le monde n »aura pas contracté le covid19, cela durera et la crise économique aussi…
    Très bonne journée à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *