Monde violent et aseptisé

Aseptisé : débarrassé de toute impureté. Faut-il redéfinir violent ? Qui est brutal, impulsif, agressif, qui utilise la force pour s’accomplir. Notre monde est vraiment bizarre, il se veut quasi aseptisé et rassurant avec ses nombreuses règles, ses assurances, son « principe de précaution » et dans le même temps on ne peut que constater des violences en tous genres, ça commence sur la route, dans les rues et ça se termine à l’intérieur des maisons. Je n’aime guère notre époque.

Y a-t-il seulement eu une seule bonne époque ?

La Belle Époque n’était pas belle pour tout le monde, en ce temps-là ma grand-mère était une petite fille à laquelle on a coupé les cheveux, deux fois, pour les vendre ; je passe les détails. Aujourd’hui il existe des aides sociales, je ne nie pas les progrès économiques et techniques qui pourraient nous rendre plus heureux mais je suis choquée par les comportements de nos contemporains. Notre époque est celle de la décadence, il suffit d’allumer son téléviseur pour s’en rendre compte : jamais l’image n’a été aussi omniprésente et jamais elle n’a autant menti : images en boucles, images trafiquées… Avant, on disait qu’une image valait cent mots, un magazine titrait même « le poids des mots, le choc des photos » ; c’est fini. Trop d’images nous agressent et nous rendent insensibles ; quant aux mots, de moins en moins nombreux, ils perdent leur sens tant on cherche à les édulcorer. Je ne fais pas l’apologie de l’agression verbale mais il faut comprendre que certains mots doucereux blessent tout autant que les mots brutaux, acides et que la langue de bois ne doit pas dominer les discours, il faudrait de la sincérité et de la vérité.

La récente campagne de dénonciation des harcèlements sexuels, des viols et des agressions est légitime mais je n’aime pas cette surenchère démagogique. Je déteste ce hashtag #balancetonporc. Ces dénonciations réconfortent-elles les victimes ? Combien de femmes se sont tues, véritables proies, ne voulant pas rejoindre ce mouvement vengeur ? Je n’aime pas ces mouvements de masse ; l’union fait la force certes, mais il est des situations où les excès ne sont pas bons. Les chasses aux sorcières sont des manifestations symptomatiques de l’obscurantisme, de la violence populaire, institutionnalisée quelquefois. C’est la haine qui se manifeste pas la raison et la haine me dérange.

Dans le cadre de la campagne #balancetonporc, la victime a-t-elle besoin de devenir bourreau pour se défendre ? Il suffit qu’on l’entende. Il suffit qu’on la laisse s’exprimer et tout ce bruit a sans aucun doute encore empêché des femmes de parler.

Manœuvres de féministes excitées ? Que dire et que penser ? Je n’aime pas cette idée d’écriture inclusive, ni ces refontes de classiques au théâtre ou à l’opéra. Il paraît que Carmen de Bizet, dans une mise en scène farfelue à Florence, a vu sa fin modifiée : Carmen tue Don José d’un coup de révolver. De femme assassinée , elle devient assassine. La violence reste la même, elle a juste changé de camp.

Dans notre société, l’Homme solitaire évolue dans un monde sans valeurs sauf celles de l’argent et le féminisme a fait du mâle un ennemi oubliant que la parité, l’égalité fonctionne dans les deux sens : faire valoir ses droits, ce n’est pas nier ceux de l’autre..

Même si la différence entre le Bien et le Mal a marqué les sociétés, cette vision dichotomique est erronée, nous sommes le bien et le mal en même temps. Il n’y a pas d’innocents purs. Avez-vous vu les enfants jouer entre eux ? Les avez-vous vu maltraiter un insecte ou même un animal plus gros : chat ou chien ? Innocence ? Curiosité ? Méchanceté ?

Tous les hommes ne sont pas de sinistres bourreaux et toutes les femmes ne sont pas de tendres victimes soumises.

Share

3 réflexions au sujet de « Monde violent et aseptisé »

  1. Je suis bien d’ accord, les enfants ne sont pas forcément gentils, et naturellement ils se moquent des différences.
    C’ est l’ éducation qui devrait leur apprendre la différence entre le bien et le mal .Seulement voilà, il n’ y a plus de morale nulle part, ni dans l’ enseignement où des profs font de la politique, ni dans la justice qui nous démontre sans cesse qu’ elle a ses préférences, encore moins au gouvernement dont le seul but est de nous extorquer !
    La seule règle, c’ est le fric !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. Hé oui, tout est monté en épingle et on en fait toujours trop !
    Mais il arrive un moment où trop c’est trop.
    Et, comme le dit pierre, le maître qui nous gouverne est toujours le pognon.
    Tout le monde porte plainte pour un oui ou pour un non et il y a toujours une assos’ pour les défendre !
    S’il n’y en a pas, pas grave, on en créé une !!!
    On rêve de sérénité … mais c’est une douce utopie.
    Bon mardi, avec l’orage seulement en fin d’après-midi, hier, mais de jolis rayons de soleil, dans la journée …
    Bisoux, ma françoise

  3. je ne peux qu’acquiescer à tes propos et ceux de nos amis, ce monde sans morale ne me convient pas du tout , on laisse tout aller à vau-l’eau, l’education, la morale, la stigmatisation à des limites comme tu le dis si bien, allons nous vers plus de violence, je le crains ! je te souhaite une bonne journée, porte toi bien grosses bises , chère Françoise …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *