Où t’as mis le corps ?

« Où t’as mis le corps ? » J’ai envie de commencer par une chanson dont vous vous souvenez peut-être.  C’est une chanson comique écrite en 1958 par Boris Vian, mise en musique par Louis Bessières, qui raconte l’histoire d’une bande de malfrats voulant se débarrasser du corps de leur victime, mais Arthur, à qui cette mission a été attribuée, a égaré le cadavre. « Arthur, où t’as mis le corps ? » Voilà la grande question !

Cette chanson a été enregistrée pour la première fois en 1964 par Serge Reggiani qui débute avec elle une carrière de chanteur alors qu’il était connu pour sa carrière d’acteur.

Ce fut un forfait parfait
Un vrai forfait bien fait
Car on est des fortiches

La question du début ne d’adressait pas à Arthur comme dans la chanson mais à Hubert C., le beau-frère de Pascal Troadec qui a assassiné les quatre membres d’une famille. Mais bon sang, où sont les corps ?

Vous savez sans doute que rien dans le droit français ne dit qu’il est nécessaire d’avoir un cadavre sous les yeux pour établir la réalité d’un meurtre. En effet, s’il suffisait de faire disparaître le cadavre pour qu’il n’y ait pas crime, ce serait une incitation pour tous les meurtriers à faire disparaître leur victime.

Dans l’affaire Troadec, le beau-frère a avoué, durant sa garde à vue,  avoir tué les quatre membres de la famille en raison d’un différend concernant un héritage mal partagé selon lui. Il a tué les deux parents, Pascal et Brigitte, 49 ans et leurs deux enfants, Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans pour une histoire de sous. Horrible ! Les journalistes avaient « brodé » bien des histoires autour du fils. Que penser de ces méthodes ? Et toujours la même question : « Hubert, où t’as mis les corps ? » Il en disparait des cadavres. C’est inquiétant, non ?

Je reviens à plus gai, oui on peut rire de tout, j’adore les textes de Boris Vian. Pour tout vous dire, depuis mon adolescence et depuis que j’ai lu « L’écume des jours » et « L’arrache-cœur », j’aime cet auteur même si certains de ses romans m’ont surpris. Et ses chansons ! Comment ne pas aimer « Le déserteur » et sa non-violence ?

S’il faut donner son sang,
Allez donner le vôtre,
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le président.
Si vous me poursuivez,
Prévenez vos gendarmes
Que je n’aurai pas d’armes
Et qu’ils pourront tirer. 

Un côté anarchiste.  Oui Boris Vian était un doux anarchiste, un militant de l’anticonformisme, de la dérision poétique, maître dans l’art de la fête et de la joie de vivre, un créateur de mots… La chanson à laquelle je pense en ce moment, est une chanson utile, est « La java des bombes atomiques ». Ça doit vous parler. Non ?

Mais je jur’ devant Dieu
En mon âme et conscience
Qu’en détruisant tous ces tordus
Je suis bien convaincu
D’avoir servi la France
On était dans l’embarras
Alors on l’condamna
Et puis on l’amnistia
Et l’pays reconnaissant
L’élu immédiat’ment
Chef du gouvernement

Voilà une manière pour arriver à changer le monde ou au moins la France.

Share

9 réflexions au sujet de « Où t’as mis le corps ? »

  1. Idem. J’adore Boris Vian. Son écriture est poétique et puissante.
    l’Ecume des Jours est mon livre fétiche.
    Joli billet, Françoise.
    Est-ce vous qui avez signé « Franswaze » un commentaire sur un de mes derniers billets?
    ¸¸.•*¨*• ☆

  2. Chère Célestine,
    Merci pour votre commentaire.
    Dire que vivant, Boris Vian n’a guère eu de succès comme écrivain. Toujours des histoires de lobby dans l’édition. C’était un précurseur et déranger n’est jamais bien vu dans certains milieux.

    Et pour vous répondre : non, je n’ai pas écrit en (quasi) phonétique Kréol « Franswaze » par contre j’ai cherché le commentaire laissé et j’ai suivi la piste laissée. J’ai bien aimé ce que j’ai lu, un peu trop rapidement mais j’y retournerai.
    À bientôt.

  3. Et de quatre ! J’adore boris vian !!!
    En son temps, j’avais aussi dévoré ses bouquins.
    J’aime beaucoup les chansons, aussi, tirées de ses vers …
    Bon mardi avec un vent un peu apaisé mais toujours la grisaille …
    Mais des bisoux quand même !
    PS : cet après-midi : acupuncture pour m’aider au sevrage …;-)

  4. J’ ai failli ne pas reconnaître la voix de reggiani !
    Dénoncer la société ne réussit pas à grand monde, et même Coluche en a souffert !
    Il n’ empêche, Vian avec ses talents d’ écrivain, de peintre et de trompettiste m’ avait aussi ouvert des horizons à la henry Miller avec son  » j’ irai cracher sur vos tombes  » !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  5. Décidément, tout va de travers ! Je viens d’écrire un commentaire, mais il est parti dans la nature !
    Où sont les corps ?…mystère ! Bien des mystères en cette période d’élection. ! Comment pouvons-nous résister ? l’ambiance n’est pas bonne… Que de questions on peut se poser.
    Bonne journée Françoise et à bientôt « au fil » …. Bises.

  6. Bonjour Françoise. Je suis grande admiratrice de Boris Vian dont j’ai lu tous les romans, mon préféré étant l’arrache-coeur. C’est là que j’ai trouvé mon écureuil bleu « Il sourit à son tour d’un sourire timide comme un écureuil bleu ».
    Cette histoire d’assassinat de toute une famille pour quelques pièces d’or est horrible.
    Bonne journée

  7. Un tit coucou pour te souhaiter un bon mercredi … et à vendredi : demain, journée hôpital.
    Hier, acupuncture : ça m’a fait un bien fou !
    Bisoux, bisoux, chère françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *