Couillon

Savez-vous ce qu’est un couillon ? Je suis sûre que oui puisque vous vous dites souvent, comme moi j’en suis sûre : « On nous prend pour des couillons !  »  (ou pour des cons – clic).

Oui, le gouvernement et nos élus d’une manière générale s’écrasent devant les lobbies, les banquiers (attention à Macron !)  et tant d’autres ; nous ne connaissons pas les arcanes du pouvoir mais nous avons bien compris que nous payons toujours  au final.

Pourtant êtes vous-sûr de bien connaître ce mot ?

Voilà les définitions que j’ai trouvé dans le dictionnaire du CNTRL :

A – Vieilli et  populaire : Testicule,

B – Au figuré.  :

      1. Sot, imbécile (Ne fais pas le couillon)

       2. Poltron, lâche.

C – Terme de marine : tampon d’étoupe, ficelé dans la toile de la voile et permettant de l’empoigner pour la serrer. Le sens maritime est un emprunt à l’italien coglione.

Le sens adjectival de « lâche », puis « peureux » est une antiphrase sur le côté pendant des testicules, il a pour antonyme, sur le même radical, couillu.

Maintenant que j’y pense, j’ai envie de vous faire connaître l’oiseau couillon de l’île de La Réunion. Oui, c’est bien comme cela que dans cette île de l’Océan Indien, on appelle l’échenilleur cuisenier (Coracina newtoni) un oiseau qui appartient à la famille des Campéphagidés. Il est nommé aussi Echenilleur de la Réunion , « Tuit-tuit », Oiseau couillon, Merle blanc, Gros tec-tec des hauts. Il a un vaste choix de noms.

L’espèce a été beaucoup chassée d’où sa rareté actuelle. Son surnom « d’oiseau couillon » lui vient de sa facilité à se faire capturer.

C’est un petit passereau forestier qui vivait autrefois à plus basse altitude et dans d’autres massifs forestiers de l’île. Aujourd’hui, il ne subsiste qu’une trentaine de couples de cet oiseau échenilleur, probablement dispersés sur le massif de la Roche Ecrite (les hauts de Saint-Denis), et une cinquantaine dans une forêt indigène située entre 1000 et 1800 mètres.

L' »oiseau couillon » est donc une espèce endémique extrêmement rare,

Tuit-Tuit mâle, femelle et oisillon (source photographique : SEOR)

Tuit-Tuit mâles et femelles sont très différents par leur plumage. Leur taille adulte est d’environ vingt centimètres.  Le mâle a un plumage gris pâle sur le dos et sur la tête, les ailes et la queue noires avec des tâches blanches vers les extrémités, le ventre est blanc, parfois barré légèrement de gris. La femelle est brun roux sur le dos et d’un brun pâle sur le ventre, barré de brun foncé. Les jeunes, au moment de l’envol, ressemblent à la femelle avec un plumage plus ponctué et strié de noir.

Cet oiseau tient son nom des chants du mâle, dominés par des « Tuit-tuit-tuit » sonores, la femelle ne pouvant pas chanter et se contentant d’émettre de temps en temps un « Kwek » sonore pour signaler sa position au mâle. Essentiellement insectivore, il consomme occasionnellement des fruits.

La période de reproduction s’étend d’août à mars et deux œufs sont pondus dans un nid en composé de brindilles et de lichens assemblés par des toiles d’araignées. Les œufs sont bleu-vert tachetés de brun rouge. Le mâle et la femelle les couvent et ils participent à deux au nourrissage des oisillons .Les cyclones représentent une menace puisque la reproduction a lieu au moment de leur passage.

Les oiseaux couillons sont une espèce menacée. Quid des couillons que nous sommes ? On peut se le demander de temps en temps, non ?


Je reprendrai bientôt le cours de mon voyage sud-américain mais là, en ce moment, j’ai quelques obligations urgentes. À bientôt.

Share

9 réflexions sur « Couillon »

  1. Bonsoir Françoise. Le mot « couillon » était souvent utilisé en Lot-et-Garonne où j’ai vécu 20 ans et c’était plutôt gentil.

  2. Il me semble que j’avais déjà entendu parler de cet oiseau.
    Tu me rafraichis la mémoire.
    Heu, je reconnais que ‘couillon’, c’est un mot que j’emploie assez souvent … 😳
    Et j’en connais, des couillons !
    Bon, je fais une tite balade sur mes blogs préférés en attendant le VSL qui va m’emmener à l’hôpital …
    Merci pour l’info sur le couillon, reçue par mail : JE SIGNE !!! Et fais suivre, naméo …
    Gros bisoux, chère françoise

  3. Jouyet, bergé, attali, minc, collomb, geneviève de fontenay, line renaud, delanoé, voilà les amis de maqueron, et ça suffit à mes yeux pour le discréditer !
    il veut poursuivre la politique de grassouillet, c’ est vraiment nous prendre pour des couillons !
    Pauvre oiseau trop confiant, c’ est une bonne comparaison, et les français sont aussi à sauver de ces sycophantes de la politique !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  4. Juste un tit coucou pour te souhaiter une bonne fin de semaine … un peu dans le cirage (pour moi).
    Et toujours des bisoux !

  5. Tiens, tiens, ma tit’ fra qui devient paresseuse ou … manque d’inspiration ? Lolll
    Allez, bon dimanche et gros bisoux !
    Moi, j’ai ma fille et gendrounet : c’est le pied.

  6. Pas paresseuse. HS ! Pas Bien :pas de voix, le nez qui coule, les yeux qui pleurent… Attaquée violemment par les divers miasmes parisiens lors de mon incursion dans la capitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *