Expressions pour popopopo

Quand j’ai écrit mon billet « casse-toi ! » j’ai pu lire ce commentaire d’un autre blogueur popopopo : « ton article est intéressant, fais-en un autre s t p sur : DES MOTS RIGOLOS « ma choute » « un chouchou » « mon gros chou » Arrêtons avec « va-t-faire chatouiller par les grecs » ». J’espère aujourd’hui lui faire plaisir en lui offrant le fruit de mes recherches.

« Ma choute », « un chouchou », « mon gros chou », on entend aussi « mon chou », « mon petit chou » ou « mon gros chou » et quelquefois « mon pauvre chou », ce sont des appellations populaires, affectueuses équivalentes de chéri ou chérie mais qui peuvent devenir choquantes quand elles sortent de la bouche de dames de petite vertu ; elles sont admises comme termes d’affection à l’adresse d’enfants. De Bob, le dictionnaire de l’argot populaire j’ai tiré cette phrase pleine de bon sens quand ces dames doivent faire du chiffre : « Elles disposent du savoir-faire et, selon la formule consacrée «on ne va pas y passer la nuit, hein mon chou ?» 

Quant à chouchou, c’est un dérivé hypocoristique (qui sert à exprimer une intention caressante, affectueuse) de chou dans le sens de chéri, c’est la personne préférée ou celle à qui toutes les attentions sont portées, on parle de chouchou de la maitresse dans une classe. Souvenez-vous de Sempé et du Petit Nicolas.

Le mot chouchou a encore d’autres sens mais je m’éloigne de la demande initiale :

  • le chouchou est un nom courant à La Réunion d’une  cucurbitacée appelée séchion, dite aussi chayote ou christophine (Antilles), chouchoute (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française). Chouchoute prend le sens de sexe féminin à La Réunion.
  • un chouchou est un nœud qui permet de maintenir les cheveux unis comme dans une queue de cheval ou des nattes.
  • un chouchou peut aussi être une confiserie espagnole un beignet ou, sur les plages, des cacahuètes enrobées de sucre caramélisé.

À la Réunion encore, on parle de Yab Chouchou, un(e) blanc(he) des hauts, certainement cultivateur(trice) de champs de chouchous.

Pour ce qui est de « va-t-faire chatouiller par les grecs », je n’ai jamais entendu cette expression, je ne connais que  « va-t-faire voir chez les grecs » équivalent du « Casse-toi » dont je vous ai parlé.

Share

7 réflexions au sujet de « Expressions pour popopopo »

  1. là tu m’as assis, ou pluto tué, mieux assissiné
    je savais tout tout tout sur la chouchoute
    mais pas son côté péripaticien ne :
    tu veux voir ma chouchoute ?
    je réponds : cheu nous on l’appelle un chou de Bruxelles
    mais pourquoi ? dirait toto à sa tata…
    PASQUE LE MANNEQUEN PIS, à la volée
    je répète, là tu m’as tué , allez tchin tcnin,
    pasque chou de chine et abondonnons brussels
    Qt aux mots rigolos de la longue fronçaise
    c’est Rabelais qui a inventé les plus mieux :
    malotru, concupissant, concubinage,
    et j’en passe…
    Inutile que les élèves se marraient en apprenant le français
    Et le sexe des mots ?

  2. allons il me faut donc conter le sexe des mouts
    * un fauteuil une chaise
    un tapis une carpette
    un chameau une gazelle
    un bel amour des amours coupables et cachées
    un grand père une grand mère
    etc…….

  3. ah popopo est un rêveur qui a connu les îles et ses expressions !
    en terre cht’ i mon chou, ma choute sont des expressions réservées à celles qu’ on aime bien, et chouchou, c’ est ce que j’ étais aux yeux d emaman !
    Bonne soirée Françoise
    bisous

  4. Y’a eue aussi la blague Carambar sur le chou

    Devinette : « Quel légume va très vite et rigole dans les virages ?
    Réponse : le chou marreur » Arhem. Un jeu de mots plus si drôle maintenant

  5. @ realkiller
    Ah oui, c’est vrai ça, « chou marreur »… Pas drôle, là. On en parle plus d’ailleurs de cet homme. Y a le Boeing disparu et les élections et tant d’autres choses… Toujours à l’hôpital de Grenoble, dans le coma ?
    Réponse sur internet (20 minutes): « Cela fait maintenant trois mois – 88 jours exactement – que Michael Schumacher est plongé dans un coma artificiel à l’hôpital de Grenoble« .

  6. @ popopopo
    Rabelais est un auteur truculent que j’adore. Jamais je n’ai pu oublier les moments de délectation que j’ai connus en classe en lisant « Frère Jean des Entommeurs ». Voilà deux petits extraits que j’aime.

    Jean des Entommeurs, jeune, galant, frisque, de hait, bien à dextre , hardi, aventureux, délibéré, haut, maigre, bien fendu de gueule, bien avantagé en nez, beau dépêcheur d’heures, beau débrideur de messes, beau décrotteur de vigiles….

    Il leur transperçait la poitrine par le médiastin et par le cœur ; à d’autres donnant sur la faute des côtes, leur subvertissait l’estomac, et mouraient soudainement ; ès autres tant fièrement frappait par le nombril qu’il leur faisait sortir les tripes. Croyez que c’était le plus horrible spectacle qu’on vit onques.

    Les uns criaient : « Sainte Barbe ! », les autres « Saint Georges ! », les autres « Sainte Nitouche ! », les autres « Notre-Dame de Cunault, de Lorette, de Bonnes Nouvelles, de la Lenou, de Rivière ! ». Les uns se vouaient à saint Jacques ; les autres au saint suaire de Chambéry … Les uns mouraient sans parler, les autres parlaient sans mourir, les uns mouraient en parlant, les autres parlaient en mourant. Les autres criaient à haute voix : « Confession ! confession ! Confiteor, miserere, in manus ».

  7. Je ne connaissais pas la cucurbitacée chouchou Merci de l’info, bon weekend !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *