Je ne suis pas…

Je ne suis pas « frontiste » et je n’avais guère apprécié qu’une lectrice me traite de « facho » parce que je donnais mon point de vue (qui ne lui convenait pas) lors de la campagne présidentielle de 2012. J’expliquais pourquoi je ne voterai pas François Hollande. Ni Hollande, ni Sarkozy d’ailleurs. Entre la peste et le choléra, je ne peux pas choisir mais je ne crois pas au sauvetage par Le Pen ; encore des promesses intenables. 

Pourtant je me dis qu’il faut voter, chaque fois ; il faut se déplacer pour dire que l’on n’est pas d’accord. L’abstention est une forme de boycott mais je suis certaine que c’est par lassitude, ignorance ou paresse que la plupart des abstentionnistes ne se rendent pas aux urnes. Moi, je suis une adepte du décompte du vote blanc qui permettrait de faire changer l’organisation des élections en France. Aller voter et voter blanc puis s’organiser pour tout reconstruire différemment. On le voit bien, la démocratie telle qu’elle est ne marche plus : État, élus, administrations… tous pourris (ou presque). Qui peut prouver le contraire ? Il faudrait vraiment tout remettre à plat. Comment ? Je ne sais pas. Je rêve ? Soit !

Les rêveurs peuvent changer le monde. Ils l’ont fait en 1789, ceux qui rêvaient de bonheur, de liberté, d’égalité et de fraternité. Il est vrai que par la suite ça a mal tourné et que c’est devenu sanglant, particulièrement pendant la Terreur, mais aujourd’hui le peuple souffre car les puissances financières et militaires dominent le monde. Il faudrait revenir à des valeurs plus morales, plus humaines. Les lobbies du fric nous empoisonnent la vie et sont contrariés par les démocraties qu’ils veulent déconsidérer pour installer à  la place, ni plus ni moins, des dictatures soumises à l’argent.

Oui, les idées républicaines dérangent les lobbies de la finance, en particulier les principes de liberté d’expression et de laïcité qui laissent aux Hommes la possibilité de la réflexion et de la révolte.

Comment s’organisent-ils pour nous faire taire ces puissants financiers ? Ils abrutissent la population par des jeux, la télévision, ils n’instruisent plus les jeunes, ils prêtent aux riches, ils lancent des miettes aux classes moyennes pour mieux les plumer, les appauvrir, nous menacent en supprimant des emplois en masse. Quand nous serons tous au bord de la misère, ils seront tout-puissants. Et nous, muets à jamais ?

Comment nous appauvrir et nous convaincre que nous sommes coupables ? En répétant que la sécurité Sociale est déficitaire comme les caisses de retraite, que c’est la crise, que tout va mal, qu’il n’y a plus de sous dans les caisses de l’État et que nous sommes la cause de la ruine en avalant trop de médicaments, en achetant de trop jolies lunettes,  en devenant trop vieux, en ne travaillant pas assez, etc.

Qui parle des abus des plus nantis ? Pas ceux qui ont gagné de l’argent honnêtement mais ceux qui ont bénéficié et bénéficient d’avantages particuliers ? Je n’attaque ni les employés de la SNCF et EDF qui sont privilégiés mais rien en comparaison de certains élus ou hauts fonctionnaires.

Nos gouvernants s’arrangent entre eux et avec le ciel… Ils offrent des avantages à un grand nombre de personnes et laissent tomber des citoyens français modestes.

Pourquoi des étrangers en situation irrégulière sont-ils mieux lotis que certains de nos concitoyens  ? Les jeunes sont dans la galère, les vieux dans la misère.

Dans le domaine de la santé, les sans-papiers ont le droit d’accéder aux dispositifs gratuits de santé publique assurant la prévention et le dépistage de certaines maladies alors que des Français n’ont plus les moyens de se soigner et depuis 2000, l’IVG est accessible à toutes les femmes étrangères, sans condition de séjour ou de durée de résidence. La consultation médicale est gratuite dans un centre PMI et ouverte à tous sauf que, si l’on travaille (même pour un salaire de misère), on n’a pas le temps d’y aller.

Dans le domaine de l’instruction et de la famille, tous les enfants ont le droit d’aller à l’école (classes hétérogènes dans lesquelles le niveau baisse), les prestations de l’aide sociale à l’enfance sont accordées sans condition de régularité de séjour, ni de résidence.  L’accès aux crèches n’est pas conditionné à la régularité du séjour et les femmes qui travaillent ne sont pas prioritaires. La plupart des collectivités locales (communes, départements, régions) ont décidé de leur propre initiative de créer des aides ou des prestations sociales particulières et n’exigent aucune condition de régularité de séjour.

Dans le domaine de l’emploi : un travailleur sans papiers est couvert par l’assurance accident du travail. Même non déclaré, il n’est pas privé pour autant des droits liés à son travail. Qui gagne et qui perd avec de telles décisions ?

De même, pour les pensions vieillesse, la régularité de séjour et/ou la résidence en France ne sont pas nécessaires pour liquider et percevoir la plupart des avantages retraite.  Combien de femmes françaises doivent-elles vivre avec moins de 600€ par mois ?

Pour être généreux, il faut en avoir les moyens. Alors pourquoi deux poids, deux mesures ? Être solidaire, oui, mais pas de la terre entière, c’est impossible.

Si 30% seulement de la population a voté pour un président, doit-il être considéré comme élu représentatif ? Quand sa côte de popularité atteint péniblement 15 %, doit-il rester en place ? La dictature n’est pas loin.

Ce qui arrive à me désespérer à certains moments, c’est que nous ne sommes plus dans une république mais bel et bien, je le crains, dans une pétaudière, et plus trivialement , vulgairement, dans une « ripoux-blique ».

 

Share

7 réflexions au sujet de « Je ne suis pas… »

  1. si ce n’est que je n’ergote pas sur une priorité de soin selon une classification nationale, ethnique, socio-professionnelle… et que la solidarité la plus élémentaire ne peut qu’être étendue à tous et non réduite à un ensemble quel qu’il soit
    >> ce qui suppose évidemment qu’on intervienne sur la classe pauvre intermédiaire qui n’est pas assez pauvre pour la solidarité mais trop pour l’autonomie complète
    >> et non qu’on revienne sur les prestations aux plus démunis au couvert d’une odieuse catégorisation à la légitimité à être là! avec l’éternel troncage du propos de rocard à «  »la France ne peut accueillir toute la misère du monde » …qui était suivi « mais elle doit en prendre sa part »! merci de ne pas une fois encore de ne pas inverser les proportions, non il n’y a pas plus de démunis étrangers que nationaux couverts par notre solidarité nationale, arrêtons de grossir les chiffres …
    bientôt on va euthanasier nos handicapés au couvert que l’argent leur revenant va manquer aux travailleurs pauvres et méritants donc…
    non la ripoux-blique n’est pas telle à cause des politiques, mais à cause du système inégalitaire de rétribution de l’esclavage salarial, qui consiste à voler l’essentiel du potentiel d’activité des humains au profit exagérés de quelques tiers qui font un usage pervers des bénéfices… et qui détiennent eux, réellement le pouvoir
    non la ripoux-blique n’est pas la cause des inégalités, elle est inféodés à ces pouvoirs, et nous, si conscients des écueils de notre système de vote*, nous nous retrouvons comme des c… à promouvoir avec conviction qu’il faut « travailler contre salaire pour être méritants »…
    As-tu conscience Françoise de l’aberration, du non sens dans cette interpellation à la ripoux-blique, à classifier la population en terme de mérite à être esclave d’un tiers contre rétribution esclavagiste? (la seule différence étant que l’esclave avec la même ressource recevait son logement sa pitance et ses guenilles au lieu de se soucier de les acquérir)
    tant que les diverses activités à exercer collectivement (du fait de nos choix de vie organisée en villes et mégalopoles…) ne peuvent faire l’objet d’une échelle de salaire? qu’on ne peut choisir/comparer la valeur intellectuelle à la valeur manuelle, la pénibilité à responsabilité, parler d’égalité quand les études garantissant plus sûrement un salaire élevé ne sont pas également accessibles à tous (et pas que pour cause matérielle et sociale),…?
    le problème est plus lourd encore
    non seulement le vote est une entourloupe (cf les possibles intéressants avec la « révolution des casseroles en Islande récemment)
    mais en plus dans de ce système financier où le capitalisme s’est étendu au vivant, nous ne pourrons plus jamais faire passer la vie, l’écologie et le plus simple humanisme avant les intérêts virtuel des 98% d’échanges non matériels, pour le profit de quelques saigneurs…

    bon après, les pourcentage de la popularité… on peut très bien faire dans un contexte qui dégringole indépendamment de nos bonnes intentions et de nos bons agissements, tant qu’on est de gauche dans un système capitaliste de droite… hein… tout ne sera jamais que pansement sur la jambe de bois… et les forces de perversion même du pouvoir de l’information feront le reste…
    non ce n’est pas charybde ou scylla, je préfèrerai toujours l’utopie humaniste quasi impuissante économiquement (mais qui rétablit tant que faire ce peut les équités intra-sociétales) à l’esclavage capitaliste décomplexé et assumé qui creuse les injustices et lèvent les uns contre les autres
    Quant à l’ethno-socialisme fascisant …il est la tentation du pire, bête et aveugle, qui laisse espérer dépenser des sommes folles à se protéger de tout et de tout le monde et préserver ses maigres acquis de tout partage, tout en diminuant les impôts… le tout en gardant bonne conscience parce qu’on décidera à qui profitera la solidarité … en regardant crever les « étrangers » qui n’avait qu’à crever chez eux fièrement et pacifiquement ou se révolter à coups de machettes sans nous faire ch… à réclamer quelques miettes des produits finis fabriqués avec les ressources de leur pays que nous exploitons depuis le temps des colonies… en toute iniquités, les confinant au statut de gueux, d’esclaves du monde…

    (*voire sur caplibre ici:
    http://caplibre.over-blog.com/article-on-en-est-ou-121109921.html
    http://caplibre.over-blog.com/article-un-autre-mode-de-scrutin-116864616.html
    http://caplibre.over-blog.com/article-les-enjeux-117526172.html)

    oui je comprends que certains paragraphes puissent assez lapidairement te valoir l’implacable qualification de facho… c’est pas le fait d’aborder le sujet qui est facho, mais les réductions et causalités un peu rapides qui y mènent trop évidemment.
    je crois qu’il faut aborder ces sujets qui fachent (qui fachent pour se risque-là justement), avec une précision ciselé qui s’interdit les amalgames et les raccourcis faciles… qui auront tôt fait d’apporter des solutions simplistes et délétères qui n’en sont pas, dans les faits, …. et contreviennent à nos principes républicains mêmes.

    à suivre…
    belle journée à toi

  2. Voilà tu viens d’approfondir ce que dit en général Marine Le Pen mais ce n’est pas en votant blanc que cela changera quelque chose. Le vote blanc ne sera jamais comptabilisé ce qui est normal car voter blanc c’est comme ne pas s’exprimer. Le vote blanc ne sera jamais un vote contestataire mais celui au profit du RBM si. Se dire que Marine Le Pen ne changera rien se discute, je le pense aussi mais la choisir serait le seul moyen de pousser les autres à réfléchir. D’autre part, que sait-on ? Qui sait si elle ne nous surprendrait pas ?
    De Gaulle était un militaire et non un homme politique et pourtant sa politique a redressé la France avec l’aide des français évidemment qui avaient un autre sens des valeurs qu’actuellement.
    Ce que dénonce Marine, je l’ai dénoncé avant qu’elle ne soit en âge d’entrer en politique mais cela se limitait à mon entourage car internet n’existait pas.
    Quand l’électeur va aux urnes il est trop tard pour réfléchir, c’est avant qu’il doit peser la situation. Il était clair que monsieur Hollande ne tiendrait pas ses promesses. Son but était simplement de manœuvrer afin d’être élu. Il s’estime élu par la majorité du peuple qu’il n’a donc pas à consulter même face aux manifestations de masse. Sa démocratie s’applique à la soviet et, s’il quitte l’Elysée, ce ne sera que par la force des baïonnettes.
    Bonne fin de journée !

  3. Bon constat que j’approuve totalement
    C’est pas pour rien que je suis devenu régionaliste conservateur et … en le disant vite un anti-français converti car j’ai honte d’avoir cette nationalité imposée qui est synonyme d’esclavagisme. La france ne joue plus son rôle de rassembleur elle ne cesse de diviser les communautés, les travailleurs, les citoyens avant d’être une Nation, un pays autonome et indépendant.
    Elle n’a pas su se faire réformer et bien qu’en étant en démocratie le Roi est encore présent, au même titre que le Pape au vatican ça prône le partage et la solidarité alors que ça continue de baigner dans l’or avec des sbires et des valets pour servir sa richissime grandeur.
    Je n’ai aucune solution mis à part redéfinir les fonctions de ces élus qui ne cesse de dépenser l’argent qui ne leurs appartiennent pas. De nouvelles lois devraient être imposés à ces représentants tels que :
    – Responsabilité engagé sur les dépenses publique ce qui reviendrai à dire qu’un président ou élu pourrai être obligé de devoir rendre une partie de leurs dépenses si celle-ci n’est pas justifié d’intérêt public pour le pays.
    – Rendre chaque poste vacant en cas de perte de popularité (à définir)

    Et qu’on arrête de nous faire croire en la séparation de l’état et de l’église si on doit payer pour les mosquées à venir, de dire que la justice est indépendante alors qu’il y’a une garde des sots, et enfin qu’on arrête de prendre les français pour de vulgaires ploucs qui n’ont d’intérêt que la valeur de leur travail ou de leur nombre afin de s’assoir sur une prochaine élection …

  4. Contre l’ euro, contre l’ Europe, et pour un arrêt de l’ immigration, je ne vois que le Fn qui corresponde à ma façon de voir.
    Je ne crois pourtant pas qu’ il changera les choses, ne serait ce que parce qu’ il aura tout le monde contre lui, ce qui n’ est évidemment pas très démocratique.
    On va comptabiliser les bulletins blancs, mais ça s’ arrêtera là !
    je trouve qu’ aucun élu ne devrait l’ être s’ il n’ atteint pas 50 % des votes exprimés, et je trouve aussi qu’ il faut réintroduire la proportionnelle !
    Ces dernières années, on a vu comment les choses peuvent basculer en quelques semaines, récemment en Ukraine !
    Ces messieurs devraient en tenir compte !
    Bonne journée Françoise
    bisous

  5. Bonjour ma Françoise,

    Tant pis pour elle
    Tant pis pour lui
    Aujourd’hui c’est mercredi !

    C’est un petit bout de comptine que je trouve trop
    mignonne et comme nous sommes mercredi tant pis
    pour toi je te la dédie lol !

    Ça va bien par chez toi ? Bon c’est ce qu’il faut !
    Ben oui je fais les questions et les réponses car
    je veux que tout le monde aille bien.

    Allez on monte dans le taxi et en route pour une
    petite balade du côté de ma p’tite Clairette la fée.
    Dans son monde magique de très belle créations
    et un monde animé que j’apprécie beaucoup.
    Tu es prêt(e) ? Alors on démarre.
    http://clairette-petitefee.eklablog.com/a-bientot-a107246410
    Elle est parfois absente mais je pense qu’elle te répondra
    quand même à son retour.

    Prends soin de toi

    Lolli

  6. @ Jules,
    Je m’explique encore puisque nous ne sommes pas d’accord sur ce point : « Voter blanc« , c’est exprimer son désarroi ou son dégoût, ce n’est pas « ne pas s’exprimer ». Il faut voter blanc plus que s’abstenir mais reste à savoir ce que ‘on fait ensuite de ce vote blanc pour améliorer la situation. Tout reconstruire. Comment ?

    Le problème essentiel est comme tu le soulignes, qu’il faut réfléchir avant les votes et ne pas écouter le chant des sirènes, les promesses que l’on sait impossibles à tenir si on a deux sous de jugeote.

    Quant à Monsieur Hollande, ta dernière phrase me parait de plus en plus vraie : il ne partira pas comme ça, la place est trop bonne, on peut se faire du lard et du blé sans trop suer.

  7. @ mamalilou, caplibre

    Je ne comprends pas tout ce que tu as si longuement écrit mais je laisse tout paraître sur mon blog, toutefois, je reprends paragraphe par paragraphe ta prose. (en italiques ce que tu écris, mes réponses ou commentaires en lettres droites)

    « la solidarité la plus élémentaire ne peut qu’être étendue à tous et non réduite à un ensemble quel qu’il soit » : je te réponds que pour aider tout le monde il faut en avoir les moyens donc quitte à faire des choix aidons d’abord nos plus proches, non ? Nos voisins, nos parents, nos enfants, nos amis ceux qui font partie de  » la classe pauvre intermédiaire qui n’est pas assez pauvre pour la solidarité mais trop pour l’autonomie complète », ce en quoi je te rejoins avec « l’éternel troncage du propos de rocard à « »la France ne peut accueillir toute la misère du monde » …qui était suivi « mais elle doit en prendre sa part »! » J’insiste même : SA PART ! Où s’en vont les millions d’aides que l’on envoie en Afrique ou ailleurs. L’exemple de Madagascar est tellement proche et visible à La Réunion que je ne peux que me mettre en colère quand je vois des jeunes diplômés, français, perdre espoir et toute indépendance étant réduit à se faire entretenir par leurs parents pendant combien de temps ? et que des dirigeants pourris à Mada et ailleurs paradent dans des voitures de luxe, arborent des vêtements de prix et des bijoux voyants, tout en se constituant des fortunes. Où est l’erreur ?

    Tu écris ensuite « on va euthanasier nos handicapés« , je te rappelle qu’un certain Attalivoulait faire la même chose avec les vieux, les retraités. Sur quelle base fera-t-on le choix de l’un ou de l’autre ? (humour noir, bien sûr !)

    Tu ajoutes « non la ripoux-blique n’est pas telle à cause des politiques, mais à cause du système inégalitaire de rétribution de l’esclavage salarial, qui consiste à voler l’essentiel du potentiel d’activité des humains au profit exagérés de quelques tiers qui font un usage pervers des bénéfices… et qui détiennent eux, réellement le pouvoir« , j’insiste, ne sont-ce pas les mêmes de droite ou de gauche qui abusent des salariés et ont la main-mise sur le capital, les postes politiques, le pouvoir ? Les politiques sont en majorité des ripoux, il n’y a plus aucun doute maintenant. Combien de politiques sont à la tête de fortunes de famille ou récentes ?

    Je suis d’accord sur les deux points suivants «  le vote est une entourloupe » et « qu’on ne peut choisir/comparer la valeur intellectuelle à la valeur manuelle, la pénibilité à responsabilité »
    mais pas du tout avec «  parler d’égalité quand les études garantissant plus sûrement un salaire élevé ne sont pas également accessibles à tous (et pas que pour cause matérielle et sociale), ». Je suis issue d’un milieu ouvrier (je passe les détails), je me suis débrouillée pour faire des études sans aide aucune de l’État, sans aucun bourse et ensuite, en ma qualité de « nouvelle nantie », j’ai envoyé mes enfants à l’école publique, j’ai financé, toujours sans aucune aide, loin de leur île natale, les études supérieures de mes trois enfants, métis, qui avaient la chance de ne pas être sots, et qui sont exploités aujourd’hui tous les trois par un système pourri : mal payés malgré leurs diplômes (ingénieurs « grandes écoles » parce qu’ils sont de sexe féminin (2), soit de sang mêlés (les 3) mais ni noirs, ni arabes simplement des yeux trop bridés, soit de parents citoyens lambda (les 3 toujours) et pas grandes gueules, ni vantards… Comme je suis aussi à moitié petite-fille d’immigrés espagnols, je sais ce que sont les iniquités. et eux le savent aussi.

    Moi j’aimais cette république qui proclamait « À chacun selon son mérite ». Nous sommes d’accord pour ça au moins, j’espère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *