Pour tous

Quand j’entends parler d’égalité, de transparence, de solidarité, j’ai tendance à sourire. Suis-je devenue cynique ? Je ne crois pas. Simplement réaliste. Quand j’entends parler de formation pour tous, d’université pour tous, de mariage pour tous, de travail pour tous, je suis contrariée.

Ce « pour tous » si facile  à utiliser me semble écarter la réalité et surtout se substituer à la notion d’effort et ou à celle de mérite. Je conçois bien qu’une société idéale donnerait à chacun le bien-être, le confort sinon le bonheur mais c’est une utopie. Il suffirait de revenir aux bases de la démocratie « à chacun selon son mérite » (si c’était vraiment possible).

Article premier de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 – Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. (A chacun selon son mérite, c’est ça, ce qui est souligné.)

Aujourd’hui, tout le monde revendique des droits mais personne ne se sent de devoirs envers la société. C’est là que le bât blesse. Ceux qui ont été éduqués en bons citoyens comprennent bien que, dans un groupe, il faut tirer tous ensemble dans le même sens ; ils se plient aux contraintes mais quand ils se rendent compte qu’ils sont peu nombreux à être intègres, ils désespèrent, se révoltent ou espèrent un mieux qui risque de se faire attendre longtemps.

Comment peut-on croire à l’égalité, aux mêmes droits pour tous quand on voit la dérive du capitalisme financier quand certains gagnent en un jour ce que d’autres ne gagneront jamais dans toute leur vie ? Cependant égaliser ce qui est inégal est à la fois injuste et proche de l’illégalité comme ces 75% d’impôts font fuir certains de nos concitoyens mais dont sont exonérés les possesseurs d’œuvres d’art, n’est-ce pas Monsieur Fabius ? Et les autres.)

Pour en revenir à ce mariage pour tous, en lui-même il ne me dérange pas. Si deux personnes s’aiment et vivent ensemble, peu nous importe comment est composé leur couple mais je ne comprends pas cette précipitation du gouvernement à vouloir faire adopter une loi qui irrite encore tant de Français. N’y a-t-il pas plus urgent à traiter ? Sans compter que le mariage homosexuel nous entraine dans des discussions sans fin sur le thème de la filiation : PMA (procréation médicalement assistée), GPA (gestation pour autrui) et clonage. Une question me chagrine : pense-t-on véritablement aux enfants ? Je crains que cette lutte égalitaire ne vise qu’à la satisfaction de besoins de reconnaissance sociale et  de reproduction. Ne sommes-nous pas assez nombreux sur Terre ? Il faut laisser les homosexuels adopter des enfants qui seront plus heureux entre deux parents que dans un orphelinat mais il ne faut pas les encourager à utiliser les services de mères porteuses, je crains que ce ne soit la porte ouverte à un commerce supplémentaire.

Je revendique le droit à la différence mais les  «pour tous» me hérissent. L’égalité est un leurre et les «pour tous» des promesses mensongères. Dès la naissance, nous sommes différents : Blanc, Noir ou Jaune, beau, intelligent, bien né, doué pour quelque(s) chose(s), en bonne santé… Personne ne part avec les mêmes atouts, il faut jouer avec ce qu’on a, utiliser ses cartes le mieux possible sans nuire aux autres mais les parties sont inégales, il est malsain de faire croire  que nous aurons tous la même chose en fin de partie.

Et si vous observez bien la société en ce moment, juste en France, vous voyez bien que les dés sont pipés. Oublions l’égalité, pensons plutôt JUSTICE et HONNÊTETÉ.

C’est un grand agrément que la diversité :
Nous sommes bien comme nous sommes.
Donnez le même esprit aux hommes,
Vous ôtez tout le sel de la société.
L’ennui naquit un jour de l’uniformité.
(Les amis trop d’accord)
Antoine Houdar de La Motte

5 réflexions au sujet de « Pour tous »

  1. Je suis de ton avis. Dans la nature, l’égalité est rarement présente, voire inexistante. La loi de la nature est par essence, la loi la plus puissante. Les espèces les plus fortes sont les espèces dominatrices. Poser que tous les hommes sont égaux en droits, c’est poser que tous les hommes sont à traiter comme des personnes, des sujets, mais ce n’est pas dire qu’ils sont tous pareils, identiques. Enfin la « différence » est ce qui permet de souligner que tous les objets comparés ne sont pas identiques, qu’il ne s’agit pas des mêmes objets. Par exemple, on dit que des vrais jumeaux, pourtant égaux sur le plan génétique, sont différents. Contrairement à la nature, nos sociétés occidentales, tendent à réduire cette injustice originelle, en établissant le droit pour les puissants et misérables. Le droit n’est pas inné. Bonne soirée. Amicalement, Pimprenelle.

  2. Bonjour Françoise, ça me fait trop réfléchir tout ça…

    Ces gens qui courent au grand galop
    En auto, métro ou vélo
    Vont-ils voir un film rigolo
    Mais non, ils vont à leur boulot.

    C’est ce que dit une chanson…, mais qui la chante ?
    Tu sais toi ?
    Ca t’amuse ce petit jeu ? On peut le faire tous les jours si tu veux.
    Mais pas de triche hein ! Je viens d’inventer cette idée printannière, ça changera un peu, qu’en dis-tu ?

    Bon alors avant ça, ne ratons pas notre café ou thé, pour bien commencer la journée.
    J’aime ta compagnie et tes gentils messages quotidiens.
    J’espère que tu vas bien et que le soleil continue de briller.
    Comme hier je passerai en deux fois chez tout le monde.

    Bonne journée et prends soin de toi.

    Lolli

  3. Nous naissons tous différents, alors, je ne vois pas comment il pourrait y avoir la même égalité pour tous !
    Il faudra toujours des patrons et des ouvriers.
    Tel que je vois la démocratie actuellement, je constate surtout qu’ elle divise les français dans leur idéal, et attise les jalousies.
    bonne journée
    bisous

  4. Je viens de lire, relire votre article et j’en ai pesé tous les termes. Je ne peux qu’être d’accord avec vous sur tous les points. Dès la naissance, nous sommes différents, même au sein de la famille. Nous ne mettons pas au monde des enfants en tous points semblables…La même éducation n’empêche pas les différences ressenties au cours de la vie…Pourquoi vouloir « normaliser », avec un seul modèle ? On « donnera » (c’est le terme exact) les diplômes, dont ce fameux bac, à 80% ou plus des lycéens…Mais combien seraient vraiment capables de l’obtenir ? Il y a les doués pour les études supérieures, les doués pour le technique, les doués pour exercer un bon métier manuel que des « têtes » jugées supérieures ne pourraient pas faire ! Nous sommes tous différents et c’est très bien ainsi.
    Quant au mariage pour tous…à la procréation etc…il s’agit d’un coup d’épée dans l’eau ! il n’amènera rien de bon…Et les enfants ? il y en a tant à adopter, qui seraient aimés par des couples quels qu’ils soient… Et ci cette décision était juste bonne à cacher tout le restant qui ne va pas ? Et là, il y a du boulot et surtout, il y a urgence…
    Ah oui, oublions l’égalité et pensons JUSTICE et HONNETETE. Cherchons la définition exacte de ces deux mots qui sont devenus obsolètes..

  5. En 1789, ils ont fait la révolution, et bien elle serait à refaire…
    Car finalement c’est ailleurs que se trouve le problème, c’est dans le cœur de l’homme que se trouve le problème… et nos belles déclarations ne conduisent pas très loin… liberté, j’en doute, égalité aucune, fraternité je ne trouve guère…. Et sur le fronton de la mairie de Troyes, il est rajouté ou la mort…. et bien ici je ne trouve ni l’un ni l’autre !!! une vraie blague….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *