C’est dimanche (67)

Enfin un dimanche ensoleillé en métropole. C’est le printemps et presque l’été d’un seul coup. Aujourd’hui, ici, des histoires de motards. Je les aime beaucoup, ceci dit. Je vous rappelle que je suis blonde et comme il faut bien rire de quelque chose ou de quelqu’un, pourquoi pas eux ? Même pas peur.
*****
Deux blousons noirs ont volé une moto. Ils l’enfourchent et foncent comme des fous sur la route. Comme il y a beaucoup de vent, ils avaient prévu de se protéger au mieux, ils avaient  mis le blouson à l’envers, fermé dans le dos pour ne pas qu’il s’ouvre en route. Au bout d’une dizaine de kilomètres, le pilote dit :
– «Hé, ça va derrière ?»
Pas de réponse. Il se retourne. Plus personne. Son pote a dû tomber de la moto en chemin.
Il fait demi-tour pour voir s’il le retrouve. Il voit un attroupement au milieu de la chaussée, s’arrête, descend de la bécane et s’approche en écartant la foule. Là, il voit son copain couché sur le macadam, quand un flic dit:
«Bon, ça y est ? Vous y êtes tous ? Bon… À 3, on lui remet la tête à l’endroit !»
*****

Sur le parking d’un supermarché, un motard est en train de quitter le stationnement. Un peu trop pressé, il fait une grosse éraflure sur la portière de la voiture d’à côté.
Se rendant compte qu’une personne l’a vu faire, le motard s’arrête, descend de son engin et dit : «Je vais lui laisser un mot sur son pare-brise. Comme ça, il pourra me contacter pour l’assurance !».

Voilà la note placée sur le pare-brise : « En sortant de ma place de parking, je t’ai niqué ta portière. Comme j’ai été vu par quelqu’un, je lui ai dit que je te laisserai un petit mot. Il devait penser que ce serait pour te laisser mon nom et mon numéro de téléphone. Il se trompait. Bonne journée quand même. »

Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences.
*****

Peu avant l’entrée de Rennes, un policier fait stopper un motard qui roulait comme un fou. 
- « Avez-vous une excuse à invoquer ? », lui demande-t-il. 
- «Oh, oui», dit le motard. «En m’engageant sur cette « nationale », j’ai vu 157, je n’ai pas compris qu’il s’agissait du numéro de la route. J’ai cru que c’était la vitesse maximale autorisée.»

– «Ça va pour cette fois», fait le policier, «mais méfiez-vous, en sortant de la ville : il y a un embranchement et la route de droite, c’est la départementale 463.»
*****

Un agent siffle avec vigueur. Le motard s’arrête :
– «Excusez-moi», dit-ce dernier, «je n’avais pas remarqué le panneau « Sens interdit »».
– «C’est bon», fait l’agent, d’un ton compatissant. «C’est mon jour de bonté. Mais, supposez un instant que tout le monde en fasse autant.»
– «Si tout le monde faisait comme moi», répond le motard avec une belle logique, «il n’y aurait plus qu’à mettre les sens interdit dans l’autre sens.»
*****

Un motard, pressé de retrouver sa fiancée se fait arrêter par un gendarme. Le motard lui explique qu’il veut demander sa copine en mariage mais il rajoute quelques mensonges. Le gendarme, pris de pitié lui dit:
- «Ok, je vais vous poser une petite devinette, si vous répondez bien, je vous laisse partir.»
 Le motard accepte.

– «Quel est l’engin qui a quatre roues et un volant ?»

– «Une voiture ! Et maintenant, je peux y aller ?»


- «Ah non désolé, il fallait préciser : Peugeot, Citroën, ou autre…»

– «Posez-moi une autre question, s’il vous plait.»


- «Ok, quel engin a deux roues et un guidon ?»


- «Une moto !»


- «Ah non vous n’avez toujours pas précisé : Yamaha, BMW, etc…»

Sur les nerfs, le motard lui dit alors :
 – «Et si moi je posais une devinette , hein ? C’est quoi une fille, en mini jupe qui attend sur le trottoir ?»

– «Ben…une pute !»


Et le motard ajoute : «Oui mais faut préciser : ta sœur, ta mère, etc…»
*****

Dans un bar, un gars complètement déboussolé regarde son verre en soupirant. Soudain, un motard aux longs cheveux avec une veste en cuir entre dans le bar, voit le gars, lui donne une bonne tape dans son dos en rigolant et lui boit sa bière. Le gars se met alors à pleurer.
Le motard : «Oh ! Désolé… C’était juste une petite blague ! Arrête de pleurer l’ami… Je vais te payer une autre bière.»
L’homme : «Non, laissez ! Je pleure parce qu’aujourd’hui fût le jour le plus horrible de mon existence ! Ce matin, ma bagnole tombe en panne, du coup j’arrive en retard au travail, mon patron m’annonce alors qu’il me licencie. Quand j’arrive chez moi, j’annonce ça à ma femme ; elle me quitte en prenant avec elle nos trois enfants. Juste après qu’elle soit partie, le four dans lequel ma femme faisait cuire un poulet explose et la maison entière brûle. En sortant appeler les pompiers, je me fais renverser par une voiture. Le temps d’arriver aux urgences, ma maison était entièrement détruite. Comme il ne me reste plus rien, je décide de venir dans ce bar pour mettre fin à mes jours et voilà qu’un abruti qui se croit rigolo, vient me boire mon verre de poison !»
*****
J’espère que vous avez le moral maintenant qu’il fait soleil chez vous.

Bon dimanche à tous.
Bonne semaine. A bientôt.

Share

12 réflexions au sujet de « C’est dimanche (67) »

  1. il y a une constante, qui montre que tout le monde sait que bien des motards dépassent la vitesse autorisée !
    Difficile d’ avoir une bécane qui peut vous emmener à 300 à l’ heure, et de ne pas la tester !
    mon fils me disait que sa  » yam  » monte à 140 en première !
    Temps gris ce matin chez moi !
    bon dimanche dans le sourire
    bisous

  2. Bonjour Françoise, merci pour tes passages, enfin dimanche pour rire…

    C’est un miracle !!
    Le soleil, tu sais cet astre si beau et si chaud, celui que j’attendais

    et que tu attendais… Il est là, et ce n’est pas un rêve, je suis bien

    réveillée.

    Si ça te dis, je te sers un bon café dans le patio, au milieu des

    fleurs naissantes, et dans la douce odeur de la terre qui sèche.

    Ecoute les oiseaux qui volent et chantent dans le beau ciel bleu.

    Il flotte dans l’air un doux parfum qui est bien plus qu’un parfum

    de printemps, c’est celui de l’amitié.

    Je t’invite à te reposer un moment au soleil, pour bavarder comme

    de bons amis que nous sommes.

    Tu peux rester aussi longtemps que tu le désires.
    Oublions les soucis et tout ce qui va avec.

    Ce matin, je ne te dis pas au revoir, juste je te souhaite de passer

    un bon dimanche…

    Lolli

  3. Bonjour Françoise. Merci beaucoup pour ce bouquet d’histoires de motards parfumé à l’humour noir ! Un bon dimanche et merci de nous envoyer le soleil qui ne se montre pas partout ! Bien amicalement.

  4. bonsoir chere Françoise, bien que « la moto » ne soit pas trop notre truc …excellentes ces histoires de motards, en particulier la dernière ! et tu es blonde, tous nos compliments ! bonne soirée, bisous

  5. Pour ce qui est de la blondeur, elle est fausse. Trop de cheveux gris, cachés sous un blond platine. En vrai, je suis brune ; d’après la coiffeuse, c’est châtain foncé mais je revendique la blondeur pour être tranquille (une blonde ça ne réfléchit pas, c’est bien connu).

  6. Alors, comme ça tu es blonde. Moi, j’ai ETE chatain. La demi coiffure qui me reste est plutôt grisonnante. Et pour la moto : 45 km/h. en principe. Merci pour les blagues, ça détend. Amitiés.

  7. Avec un peu de retard je lis ces petites histoires
    J’aime …
    Douce journée Françoise
    Bisous
    timilo

  8. week couches culottes à soigner les bébés.pas drôle!!!

  9. Bonjour Françoise, je veux rester à dimanche… na !

    Je viens te souhaiter un bon début de semaine, j’espère que tu as pu profiter d’un doux week end en famille ou entre amis.
    Le soleil a brillé, mais j’ai pensé à ceux qui n’ont pas encore eu la chance de le voir, et je souhaite qu’il arrive pour tous.

    J’espère que tu vas bien et que ta semaine va être haute en couleur et en bonheur.

    Je te remercie pour ton passage si tu as eu le temps de venir.
    Si ce n’est le cas je te remercie pour ta prochaine visite lorsque tu auras un petit instant pour venir boire notre café quotidien.
    Pour ma part cette semaine je passerai en deux fois chez chacun…

    Prends soin de toi et de tous ceux qui t’entourent.

    Lolli

  10. Il faut commencer la semaine en souriant….
    Car personne ne sait comment on va la finir !!!

  11. Avant de lire  » lire la suite », je me demandais où tu voulais en venir, et ce qui « t’agaçait ». C’est le « pour tous » qui te dérange. Moi aussi, mais avec des exceptions. Par exemple, le mariage pour tous est le rétablissement d’une inégalité. Il est évident que « l’égalité » n’existe pas dans la nature. Mais dans notre république, c’est de l’égalité en droit qu’il s’agit… Quant au reste… Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent, disait le grand Victor Hugo. C’est toujours d’actualité.
    Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *