Le poids des mots

Nous avons oublié le poids des mots, leur pouvoir et en premier lieu leur sens. Dans notre société tolérante, reine de l’indifférence, amatrice d’à-peu-près, on se contente de peu de vocabulaire et les mots, malheureusement, se perdent. Comme des diplômes sont distribués à des gens ayant de moins en moins de culture, les résultats d’évaluation du niveau général des Français en lecture et écriture (rédaction) seraient sans doute très angoissants.

C’est la conclusion que je tire après ce qui s’est passé à Toulouse :

Copié-collé de La Dépêche : (cliquez si vous voulez mais je vous donne le texte intégral)
 
Un homme d’une trentaine d’années a été verbalisé à la gare Toulouse Matabiau par la police ferroviaire, ce mercredi. L’objet du délit : « Sollicitation de toute nature« . Le voyageur raconte qu’il a seulement donné moins d’un euro à une mère et son bébé.

Prière de ne pas être solidaire dans l’enceinte de la gare Matabiau à Toulouse. Pierre*, 31 ans, est toujours choqué. Ce mercredi, il a été verbalisé par des agents de la police ferroviaire « pour avoir donné moins d’un euro à une dame », détaille-t-il.

Le jeune trentenaire raconte : « Je rentrais du travail et j’allais à la médiathèque. Avant, je me suis arrêté retirer de l’argent au DAB dans l’enceinte de la gare. Là, une dame est venue m’accoster, son bébé dans les bras. Elle voulait que je lui paie à manger ».

L’homme est pressé, dit qu’il n’a pas le temps mais cherche la monnaie qu’il a dans sa poche. « À ce moment, la police ferroviaire est arrivée, poursuit Pierre. Les agents m’ont expliqué que la mendicité était interdite et que si je donnais, j’étais hors-la-loi. Je n’allais pas arrêter, j’ai donné 70 centimes et des pièces rouges à la dame et ils ont sorti leur carnet de contraventions. »

Au final : 50€ d’amende pour « sollicitation de toute nature » et 50€ de frais de dossier. « J’ai cherché sur Internet, je ne comprends pas ce que cela veut dire, mais j’ai deux mois pour payer, indique Pierre. Je dois donc m’acquitter de 100 € pour avoir donné moins d’un euro à une dame ».

Le PV est dressé pour "sollicitation de toute nature"
Le PV est dressé pour « sollicitation de toute nature » – DR

Contactée, la direction régionale de la SNCF confirme qu’un PV a bien été dressé. Elle indique par ailleurs que la mendicité est passible de verbalisation dans l’espace public et que toute sollicitation est interdite dans une gare. Ce sont les articles R-2241-16 et R-2240-3 du code des transports et l’arrêté préfectoral des gares de Haute-Garonne du 28 février 2017 qui régissent cette réglementation. Cependant, donner n’est pas mendier. La SNCF cherche actuellement à comprendre ce qui s’est passé hier.

La SNCF cherche à comprendre… Quoi ?  Qu’au moins un des « policiers ferroviaires » est stupide ? À moins que ce ne soit : comment ne pas perdre ces 100 euros extorqués en bande organisée ?

La Police ferroviaire en France est composée de deux corps distincts :

  • Sûreté ferroviaire, anciennement Surveillance générale (SUGE), police de la SNCF ;
  • Service national de la police ferroviaire, département de la Police nationale s’occupant du réseau ferroviaire.

Sa mission est de protéger, assister et sécuriser tant les voyageurs que le personnel et les biens sur l’ensemble du réseau SNCF.

Pour postuler, il faut avoir plus de 18 ans et être titulaire :

  • soit d’un bac (ou diplôme équivalent)
  • soit d’un bac +2 toutes spécialités (ou diplôme équivalent)
  • soit d’un CAP
  • soit d’un BEP
  • soit d’une certification Adjoint de sécurité intérieure
  • soit du brevet de gendarme adjoint volontaire

Aucun niveau de français n’est demandé, semble-t-il car l’objet du délit verbalisé ce mercredi est « Sollicitation de toute nature« 

OR

Solliciter signifie chercher à obtenir une faveur, une grâce ou un droit d’une manière instante, par des démarches auprès d’une autorité compétente ou d’une personne influente ou demander d’une manière vive, pressante, avec insistance quelquefois.

Le jeune homme n’a rien demandé, il a donné soixante-dix centimes d’euro, la monnaie qu’il avait dans sa poche. Il n’est pas le solliciteur. Les mendiant(e)s avec bébé sont souvent des pros de la quête et ce sont eux qu’il faudrait verbaliser pour appliquer la règlementation. Voilà pour le sens des mots. Ils ont besoin d’une bonne leçon de français ces pauvres types !

Comme le gouvernement mendie et que bon nombre d’associations quémandent sur les médias publics, ne faudrait-il plus rien leur donner aussi de crainte d’être sanctionné ?

Pour finir, est-il employé par la Police Nationale ou par la SNCF cet agent verbalisateur ? Peu importe, c’est un gros con qui ne comprend pas le français et s’acharne sur un homme seul. Est-il unique dans ce genre ? .

Après ça, il faudrait qu’on aime les flics et les cheminots ?

Share

2 réflexions sur « Le poids des mots »

  1. Quand on sait que les migrants voyagent gratis, que les loubards ne sont pas arrêtés, on se dit que ces agents jouent honteusement du pouvoir de verbalisation qu’ ils ont, ce qui est vrai aussi pour certains policiers !
    Quand aux mots, on s’ aperçoit qu’ils ont du poids quand on voit le pouvoir chercher à les interdire selon qui les prononce !

  2. … »le poids des mots, le choc des photos », mais là « ya pas photo » !! j’avais lu ça ce matin, incroyable, le zèle de cet agent ! la SNCF s’est excusée parait il, mais c’est là que l’on mesure la connerie humaine ! bonne journee chere Françoise, bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *