Slogans de mai 68

Qu’on le veuille ou non, le monde est en train de changer plus brutalement qu’on ne le voudrait, la révolte gronde un peu partout. C’est angoissant car on se rend compte que l’on ne peut pas tout maîtriser et que la colère mène à la violence, à des affrontements entre ceux qui n’ont plus rien à perdre et ceux qui veulent garder leurs avantages, leur puissance. Au début, il n’y a que des mots. Vous souvenez-vous de ceux de Mai 68 ?

En gras, les slogans de cette année-là : 1968.

ORTF : La police vous parle tous les soirs à 20 heures.

La police. Le pouvoir. Qui parle maintenant ? TF1 ? BFM ? Tous les médias ?

Presse : ne pas avaler. Une affiche représentant une étiquette « poison » sur une bouteille. La PQR (presse quotidienne régionale) est-elle toujours orientée ?  Pourquoi la presse people fait-elle tant d’affaires ? Pourquoi les politiques jouent-ils aux people ? Qui achète des torchons ? Il ne faut pas tout gober ; nous le savions davantage en 1968. Rebelle attitude !

« Fermons la télé, Ouvrons les yeux. » Télévision pour abrutis, imbéciles faciles à gouverner. Nous sommes loin de la télévision, moyen de culture idéal, intelligente, celle qui fait des gens capables de réfléchir… et de se révolter.

L’été sera chaud ! Juste avant, on avait entendu « le printemps sera chaud ». Ça n’a pas duré jusqu’à l’été. Pour 2019, à quoi faut-il s’attendre ?

Soyez réalistes, demandez l’impossible. Sans commentaire. Le pouvoir du rêve, de l’utopie.

L’imagination prend le pouvoir !

La barricade ferme la rue mais ouvre la voie. 

La vie est ailleurs. J’ai entendu quelques années plus tard, dans X Files : « la vérité est ailleurs ». Ailleurs ? Où ? Phrase un peu ésotérique.

Le patron a besoin de toi, tu n’as pas besoin de lui. Auto-entreprise  ou auto-gestion ? Indépendance. Retour à la terre, au troc… Après le Larzac, Notre-Dame-des-Landes… 

CRS = SS, beaucoup utilisé depuis.

Les CRS aussi sont des hommes : la preuve, ils violent les filles dans les commissariats. 

Ils tapent sur les civils même les non-violents, ils se sentent couverts, protégés et gagnent 500€ le week-end. Qui est le plus débile du flic ou du Gilet Jaune ? (Une chose est certaine, après Macron, c’est un député LREM, Jacques Marilossian qui persiste et signe en utilisant le mot « débile profond » pour qualifier Jérôme Rodrigues, éborgné en janvier.)

  • Savez-vous que les journalistes qui essaient aujourd’hui de faire correctement leur travail en vivant les manifestations, n’ont pas le droit de porter des casques ? En faisant leur boulot, ils n’ont pas les moyens d’être protégés. L’un d’eux, Gaspard Glanz -celui qui a soulevé l’affaire Benalla, est dans un commissariat de police depuis samedi sans motif réellement sérieux : un doigt d’honneur à un flic qui le bousculait. (La vidéo a disparu.)
  • RSF, Reporters Sans Frontière, déplore le « Sombre bilan à l’issu d’une nouvelle journée de manifestations des gilets jaunes. Deux journalistes indépendants interpellés et plusieurs autres ciblés par des tirs de LBD alors qu’ils étaient clairement identifiés Presse. L’information est un droit ! »)
  • « Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines. Voilà ce que j’ai répondu à madame le procureur », a affirmé Gaspard Glanz à la sortie du tribunal de Paris lundi 22 avril 2019 au soir. Le reporter qui sera jugé le 18 octobre au tribunal de Paris pour « outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique », a assuré qu’il « se rendrait dans la manifestation ce samedi et le 1er mai malgré l’interdiction qui m’est faite ». « C’est mon travail, et j’habite à Paris », a-t-il poursuivi.

Souvenez vous des derniers vers d’un poème attribué à  Martin Niemöller que j’avais cités dans un billet de 2016 « Médusée » :

Lorsqu'ils sont venus chercher les juifs 
Je me suis tu, je n'étais pas juif. 
Puis ils sont  me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester.

Il faut nous réveiller avant qu’il ne soit trop tard. Ça s’est déjà vu. Je vous rappelle un dernier slogan de 1968 :

Vous finirez tous par crever du confort.

Share

3 réflexions sur « Slogans de mai 68 »

  1. Je trouve que tout ça va beaucoup trop loin !
    Samedi, j’ai entendu des slogans qui m’ont horrifiée.
    Ce ne sont plus des manifestations auxquelles nous assistons, mais des déclarations de haine, à tous les niveaux.
    Ca me dégoûte …
    Plus aucune de nos vraies valeurs ne subsiste, c’est l’anarchie totale, à tous les niveaux !
    Je ne sais pas où tout cela va nous mener mais je ne le sens pas bon …
    J’ai vu un black bloc arrêté qui se trouvait être … un pompier professionnel qui avait « passé » tout son matos dans son sac de pompier !!!
    On ne peut plus faire confiance à personne.
    La suspicion s’installe et on va se mettre à surveiller même les agissements de nos voisins, voire même nos amis ! ???
    La confiance est devenue un mot du passé, un de ceux qui avaient encore de la valeur, c’était … hier.
    On nous gave de mensonges qu’on voudrait nous faire avaler, on nous prend vraiment pour des demeurés !

    Bon, j’avais repris l’ordi pour te répondre car ton sujet m’intéressait et pas facile d’écrire au smartphone dont je te mets quand même le C/C d’office à tout le monde, ma françoise ♥

    «  » Bon mardi avec un temps redevenu gris !
    Pluie et vent au menu …
    Me voilà chicouf mais ce fut un superbe week end.
    Gros bisoux ♥ «  »

  2. Je pense à Jean Michel Apathie, un homme que je déteste tant il est de mauvaise foi, et que de plus en plus de commentateurs dénoncent et critiquent !
    Ceci pour dire qu ‘un mouvement est en route et qui ne s’ arrêtera pas de sitôt, qui dénonce les merdias aux ordres.
    Sans subventions, il y aurait déjà beaucoup de journaux qui n’ existeraient plus.
    Il y a parmi les policiers plus de racailles qu’ ailleurs , et si une minorité choisit ce métier pour protéger les citoyens, la majorité n’ est pas dans ce cas.
    Je comprends que lorsqu’ on s’ est fait matraquer et gazer alors qu’ on défilait calmement, on finisse par haïr des hommes à la disposition des élus et non des citoyens.
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  3. bonjour chere Françoise, oui la haine monte, attisée par la clique qui nous gouverne, et les medias aux ordres , j’ai connu mai 68; mais jamais une pareille haine, un rien et ça peut déraper, j’ai peur que la foule en colère finisse par pendre quelqu’un ou plusieurs ! des slogans inadmissibles fusent ça n’a rien d’étonnant ! les medias aux ordres sont particulièrement puants et font monter la haine ! bonne journee chere Françoise, bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.