Chansons fautives

Chanson fautive, oui, chanson fautive, c’est bien comme cela qu’il faut appeler les chansons qui contiennent des fautes et/ou des erreurs et ça ne manque pas… Encore une petite série à découvrir.

Dans « Tombé pour la France » (1983), Étienne Daho a un petit problème de prononciation, vous avez entendu ? «C’est la fête, c’est psychadélique, ne demande pas c’que j’fabrique».

«C’est psychAdélique». « PsychAdélique » ? Psychédélique : qui est provoqué par l’absorption de drogues hallucinogènes et consiste en un débordement délirant des idées et une distorsion des faits et des images réels… qui vous bousille les neurones et la capacité à prononcer correctement. Je me demande si c’est un effet là.

Le pire des  années 80, le disco et cette horreur de D.I.S.C.O. d’Ottawan qui m’a empêché de dormir pendant les jours de fête de Saint-Louis-de-la-Réunion. Cette chanson, je n’en pouvais plus de l’entendre hurlée (pas de pitié pour les riverains)et  l’orthographe prenait un sale coup avec le i : Hystérique, Hyper Sexy, dans les deux premiers couplets et ça continue avec Hyper-belle. Arghh !!!

Appréciez la chorégraphie aussi !

Chez les petits nouveaux y a du lourd … mais j’avoue que je n’ai pas trop cherché.

  • Le rap de Sefyu (un style de rap  que je n’aime pas) déclare : « Mon public sont des gens intelligents souvent méchants, riches de problèmes sans argent ». Ils sont «Mon public», singulier ou pluriel ?  Il faut choisir : des gens « sont », un public « est » !
  • Soprano dans sa chanson « Hiro » :fait des choix qui gênent mes oreilles même s’il y a bien pire ailleurs, je relève : « Si j’avais eu le pouvoir de Hiro Nakamura », « J’aurais été au temple d’Harlem », « J’aurais été à la naissance du fils à Marie ». Un petit rappel de règles de grammaire me semble indispensable :  la voyelle finale s’élide quand le mot qui suit commence par une voyelle ou un muet, on dit : un livre d’histoire, je sais qu’il viendra, il l’aime, l’orange. Il faut élider même quand ce mot est un nom propre, on dit ainsi le livre d’Alice et non le livre de Alice. On peut hésiter quand le mot ou le nom propre commence par un dont on ne sait s’il est muet ou aspiré (surtout qu’il arrive que le initial d’un même nom soit muet en français et aspiré dans une langue étrangère. Alors Le cheval blanc d’Henri IV, c’est sûr mais on peut dire Les six femmes d’Henri VIII ou de Henri VIII. Moi je me souviens de la folie d’Hitler et non de Hitler. Des erreurs de syntaxe, ce n’est pas si grave au fond, non ? Sauf que les années d’école ont laissé des traces. Quant « au fils à Marie », je rappelle quen français «correct», il faut dire fils «de» (exemple : fils de p…). Cependant l’emploi de à  est ancré profondément dans quelques expressions figées : la bête à bon dieu, un ami à moi, la barbe à papa, un fils à papa, la célèbre bande à Bonnot, ou encore la bande à Basile…Notez bien que la relation d’appartenance entre un nom et un pronom personnel est introduite par la préposition « à » :  une amie à moi et sa technique à lui, Didier…
  • Sniper, groupe de hip-hop français, attention, ça va faire mal dans la chanson  « La France » : une erreur de conjugaison, malheureusement de plus en plus courante mais qui fait presque saigner mes oreilles :  « T’façon si y’aurait pas de balances y’aurait personne en prison ». Sur la forme c’est dit, sur le fond…si y’aurait pas de pourris, de cons et de sallauds, le monde serait plus beau.

Calogero, que j’aime beaucoup, dans « L’ombre et la lumière » en 2009 chante  « De l’ombre ou de la lumière, lequel des deux nous éclaire ». C’est laquelle des deux. Un ombre et un lumière, ça fait étrange, on a le choix  avec la règle du « masculin qui l’emporte » : « Un ombre et une lumière », « Une ombre et un lumière » mais c’est bien « Une ombre et une lumière » donc laquelle. Ceci dit Calogero n’écrit aucun texte, « ne trouvant pas les mots adéquats », qui est l’auteur ? Marie Bastide, sa compagne ?

Françoise Hardy – qui soigne ses textes a commis (volontairemet ?) ce « C’est à l’amour auquel je pense » Si cette phrase s’entend et même s’écoute sans problème, elle n’en reste pas moins fautive. Deux options étaient possibles : « C’est l’amour auquel je pense », « c’est à l’amour que je pense ». En cas d’hésitation il est recommandé de faire un choix clair,

Eddy Michtell, encore un que j’aime beaucoup depuis longtemps, sur « Pas de Boogie Woogie » (1976), chante une belle faute de liaison, un magnifique pataquès (clic) : « Reprenez R’avec moi tous en chœur« ,.

Une faute de liaison se trouvait dans la chanson « Drouot » de Barbara, en 1970, un autre joli pataquès, même les meilleurs peuvent faillir  : « Une gloire déchue des folles années trente avait mis T’aux enchères, parmi quelques brocantes un vieux bijou donné par quel amour d’antan« .

Veronique Sanson  et sa « Chanson sur ma drôle de vie »: « j’ai des idées dans la tête et je fais ce que j’ai envie ».  Effectivement la chanteuse fait ce qu’elle veut, bravant les règles de la langue française, il aurait été préférable qu’elle veuille faire « ce dont j’ai envie ».Belle erreur de syntaxe. .

Et après tout, c’est peut-être une licence poétique, celle qui permet d’écrire des tas de choses, il suffit d’écouter  Renaud et l’agrammaticalité :

Dès que le vent soufflera
Je repartira
Dès que les vents tourneront
Nous nous en aillerons

et ben moi  aussi je m’en va et  je fais qu’est-ce que je veux, na !

Share

3 réflexions au sujet de « Chansons fautives »

  1. Et bien, je me dis que je fais bien d’ écouter plutôt de la musique classique, tout en constatant que les compositeurs du genre ne font pas vraiment partie de notre siècle, et ce n’ est pas la musique atonale de Boulez qui me fera changer d’ avis !
    Le rap, je déteste, et ne cherche pas à écouter les paroles !
    Je suis abasourdi de voir que certaines pièces de théâtre rassemblent des spectateurs, comme certaines expositions de peintres contemporains des visiteurs !
    Comment peut on apprécier des paquets de peintures ?
    Quand aux danses accompagnant certaines chansons, je me dis que les danseurs et danseuses sont atteints du haut mal !
    Passe un bon 14 juillet Françoise
    Bisous

  2. Me revoilà enfin un peu sur les blogs !
    J’ai lu et bien aimé les articles en retard : j’avais tout mon temps car j’ai encore passé une nuit blanche. Pfff
    Je suis comme toi et certains trucs que j’entends me font hérisser les poils.
    Et encore, sans parler des présentateurs TV et leurs fautes aussi bien de liaison … que de tout !
    Même de goût dans leur tenue vestimentaire. Je sais, je suis vieux-jeu mais j’estime qu’il y a un minimum à respecter.
    Par contre, j’adore employer des mots qui n’existent pas, fabriqués par mon esprit « Je dis comme je veux ». 😉
    Une de mes grand-mères était comme ça et l’autre déformait les mots, genre, une pancrasse au lieu d’une pancarte ou bien se mélangeait les pinceaux dans la citation des proverbes : qui trop embrasse a mal au train …
    Je regrette de ne pas avoir pris de notes, à l’époque !
    Bon dimanche, ma françoise.
    Bisoux au soleil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *