Pléonasme (2)

Le « stagner sur place » a fait remonter d’autres pléonasmes dont un particulièrement répété en ce moment : le tri sélectif ».  Le tri est forcément sélectif. Je m’explique.

Trier, c’est clairement défini dans le dictionnaire :

  • A.  : séparer, dans un ensemble de choses, ce que l’on doit conserver de ce que l’on doit éliminer. 
  • B.  : faire un choix dans un ensemble de choses de même nature, dans un ensemble de personnes, en mettant à part, en retenant.
  • C. : répartir en plusieurs classes et selon certains critères, sans éliminer.

Sélectionner, c’est choisir, retenir au sein d’un ensemble, ceux de ses éléments possédant des caractéristiques déterminées.

Alors le tri sélectif est un pléonasme, il n’y a aucun doute.

« On » parle tri sélectif (des mots) mais dans les faits un problème se pose : nous avons beau séparer, sérier, seule une très faible part des produits triés font l’objet d’un recyclage, en particulier les emballages plastiques. À quoi bon trier alors ? Juste pour obéir, payer davantage de taxes d’ordures ménagères ? Il suffirait de consommer différemment, revenir un peu en arrière : acheter des produits en vrac, des produits sans sur-emballages inutiles, rejouer le jeu des consignes… et surtout réfléchir avant d’utiliser des nouveaux matériaux sans savoir comment les recycler  ensuite et à quel prix.

Sur l’ensemble des emballages plastique mis dans les bacs de recyclage, seuls 3% sont effectivement recyclés. La raison, c’est que toutes les matières ne bénéficient pas d’une filière de recyclage adaptée. Problème de réflexion avant l’action, une fois de plus. Seuls les bouteilles et les flacons ( bouteilles d’eau, de soda, de lait, etc,  les flacons de lessive, gel douche, etc) sont recyclables ce qui ne représente que 40% du plastique mis sur le marché et seuls 49% de ces 40% sont recyclés.

Beaucoup de choses que l’on pense « recyclables » ne le sont pas tout simplement parce que pour être recyclé, un matériau doit respecter certains critères : être suffisamment épais, avoir une composition particulière et une température de fusion spécifique par exemple. Pour le recyclage : le plastique, c’est pas automatique ; il existe des dizaines de sortes de plastiques : souples, rigides, opaques ou transparents, fins ou épais… et contrairement aux idées reçues, la plupart ne sont pas recyclés. En règle générale, seuls les plastiques utilisés pour la fabrication de bouteilles et autres flacons sont recyclés. Cela signifie que les gobelets en plastique, la vaisselle en plastique ou les barquettes alimentaires en plastique ne le sont pas soit parce qu’ils sont fabriqués dans un matériau dont le recyclage n’est pas maîtrisé comme le polystyrène ou le plastique des suremballages et celui des jouets. Pour ceux-là,  c’est l’incinération ; elle permet de dégager de l’énergie et de la chaleur.

Le plastique recyclable est partagé entre trois types : le PEHD (opaque) que l’on trouve dans les bouteilles de lait ou de shampooing, le PET (transparent) clair que l’on trouve dans les bouteilles d’eau et le PET foncé, celui de ces bouteilles légèrement vertes. Une fois séparés, les matériaux sont triés selon leur densité, puis broyés et utilisés dans la fabrication de nouveaux produits.

ATTENTION : le célèbre logo « point vert » ne signifie absolument pas que l’emballage est recyclable : il identifie les produits des entreprises qui contribuent financièrement au recyclage et à sa promotion.

Le logo à suivre, c’est le « Triman » (obligatoire depuis janvier 2015) :

Résultat de recherche d'images pour "triman"

un petit bonhomme avec trois flèches et surtout des précisions sur comment trier les différents éléments de son emballage, qu’il faut parfois  séparer. 

« Au jour d’aujourd’hui » (un grand classique du pléonasme qui insiste sur le fait qu’un événement se déroule effectivement ce jour), le triman, c’est un peu l’Arlésienne. Vous le voyez souvent, vous ?

Encore un texte « oublié » quant à son application. Du blabla et du temps perdu !

Share

2 réflexions au sujet de « Pléonasme (2) »

  1. et bien, je n’ avais pas prêté attention, mais c’est vrai, tri sélectif est un pléonasme !
    Certains reportages ont montré en effet, que tout les plastiques n’ étaient pas recyclable, mais l’ intention est d’ habituer les citoyens à trier, en attendant que les producteur fassent des progrès dans les produits d’ emballage.
    J’ ai vu aussi que certains se faisaient pas mal d’ argent avec le recyclage.
    On dit aussi que les vols dans les magasins obligent à des emballages rigides !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. « tri sélectif » effectivement !! jamais vu le « triman » ! « au jour d’aujourd’hui »!! bonne journée chère Françoise, bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *