À propos de surdité

« Plaît-il ? Courtoise interrogation qu’employaient les sourds avant qu’ils ne deviennent des malentendants. » une petite phrase de Philippe Bouvard  dans « Bouvard de A à Z « . Moi, je dis plutôt « Pardon », mais chacun fait comme il veut, le tout étant au final d’entendre et surtout d’écouter ce qu’on nous dit. Or nous vivons dans un monde où le dialogue de sourds est de rigueur. Il suffit de regarder autour de nous, en France, ce qui se passe.

Le gouvernement est sourd, il y a de plus en plus de frondeurs au sein du parti socialiste qui s’opposent aux décisions prises par un Président et un gouvernement qui refusent d’entendre le mécontentement d’un grand nombre de Français et qui mettent en péril la réputation internationale de la France ainsi que les droits et la sécurité des citoyens. Comment cela peut-il durer ? Et comment cela va-t-il se terminer ? J’ai quelques craintes mais… chacun pensant d’abord à son petit confort, la révolution n’est peut-être pas encore pour demain.

Tout ça m’a ramenée aux expressions diverses à propos de surdité. Je vous ai dit que ma grand-mère répétait « Mieux vaut entendre ça que d’être sourd » pour marquer sa réprobation, son désaccord avec des propos jugés déraisonnables, ineptes ou choquants, reconnaissant ainsi  que la surdité est quand même pire que des propos stupides. Je la comprends, elle était bavarde et moi aussi (dure loi de l’hérédité) et si l’on n’entend pas, les conversations ne sont plus que des « dialogue de sourds » ; il y a émission d’idées et de propos de part et d’autre et chacun suit son idée sans s’intéresser à ce que l’interlocuteur a à dire, et au final, c’est une absence totale de dialogue mais dire « dialogue de sourds » est une sottise de plus : la plupart des sourds ne sont pas muets, ils communiquent entre eux grâce à la langue des signes. Ils parlent ou plutôt ils signent. Il est difficile des les comprendre mais ils ne sont pas muets.

À l’expression préférée de ma grand-mère peut s’opposer son contraire « Mieux vaut être sourd que d’entendre ça » lorsque les propos entendus sont de telles inepties ou énormités qu’il vaudrait mieux ne rien avoir entendu ; la surdité alors apparait comme un bienfait pour l’esprit. Chacun choisira donc l’expression qu’il préfère.

Je vous propose ci-après une liste des expressions concernant la surdité :

  • Etre sourd comme un pot ou comme une pioche : l’expression familière marque une incapacité auditive profonde, les objets n’ayant pas sens de l’ouïe, il est vain de tenter de se faire comprendre.
  • Frapper comme un sourd : taper très fort, avec une extrême violence ; frapper avec acharnement (pour entendre les coups que l’on porte ?)
  • Crier comme un sourd : les sourds ne percevant pas le son de leur voix, ils ont tendance à forcer, jusqu’à crier, sans s’en rendre compte.
  • Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre : on perd son temps à vouloir convaincre quelqu’un qui refuse de comprendre un raisonnement et campe sur ses positions. L’obstination est une surdité morale comme l’est l’aveuglement. Je me souviens des mots suivants dont je ne connais plus l’auteur « Nos Cicérons, avec toute leur éloquence, n’ont guère persuadé que ceux qui, avant de les entendre, étaient de leur avis.»
  • Autant parler à un sourd : il est inutile de vouloir convaincre une personne bornée. Ici entendre est pris au sens intellectuel. Cette expression a quasiment le même sens que la précédente.
  • Faire le sourd : synonyme de faire la sourde oreille : ne pas écouter les conseils.
  • Je ne suis pas sourd/sourde : expression utilisée pour se faire entendre par quelqu’un qui parle trop fort, ou qui se répète, pour qu’il s’arrête.
  • Êtes-vous sourd/sourde ? Tu es sourd/sourde ? Pour attirer l’attention de quelqu’un qui feint de ne pas entendre, de ne pas comprendre ce qui vient d’être dit ou encore qui réagit lentement à des propos, à un ordre…
  • Parler pour les sourds : parler sans être écouté, en pure perte.
  • Ne pas tomber dans l’oreille d’un sourd : en parlant d’un conseil, d’un avertissement, d’un propos quelconque, c’est être pris en considération par quelqu’un qui est décidé à en faire son profit, à en tirer parti. C’est être bien entendu et même bien écouté.

À propos, savez-vous ce qui rend sourd ? À quoi donc pensez-vous ?

L’amour rend aveugle et l’amour de l’argent semble rendre sourd. Comme des tas d’autres choses d’ailleurs. « Dans ces batailles de l’argent, sourdes et lâches, où l’on éventre les faibles, sans bruit, il n’y a plus de liens, plus de parenté, plus d’amitié : c’est l’atroce loi des forts, ceux qui mangent pour ne pas être mangés. » (L’argent, Émile Zola).

Et pour terminer en chanson, Francis Cabrel :

« Tricheur à  la tribune 

Menteur amassant la fortune … »

Share

2 réflexions sur « À propos de surdité »

  1. Francis Cabrel bon choix .excellent article toujours un plaisir de te lire. Bises Françoise .

  2. Ce gouvernement fait en effet preuve de surdité et allume le cordon d’ une mèche qui finira par atteindre le baril de poudre !
    Le socialisme n’ est qu’ un dérivé du communisme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *