C’est dimanche (179)

Bonne et heureuse année 2016 ! Essayons de commencer avec quelques sourires. Je n’ai pas voulu rater ce rendez-vous malgré toutes mes autres obligations. 

*****
Un dimanche, le vieux prêtre qui exerçait depuis une bonne quarantaine d’années dans la même commune rurale, conclut son sermon hebdomadaire en tapant du poing sur l’autel.
Il lança à ses fidèles : « J’ai entendu l’expression « péché d’adultère » au moins un millier de fois depuis que j’officie dans cette église. Je vous le dis tout net, si j’entends encore une seule fois ces mots, je prends ma retraite. »

Tout le monde l’aimait bien dans le village et on s’accorda donc à ne plus jamais employer les mots interdits. Les habitants décidèrent d’employer à la place l’expression « j’ai chuté ». Cette initiative calma le vieux prêtre qui vécut l’esprit tranquille pendant encore plusieurs années avant de mourir.

Après sa disparition, un jeune curé vint le remplacer dans la paroisse et il nota tout de suite la quantité alarmante « d’accidents » liés aux chutes dont étaient victimes les habitants du village. Il prit donc la décision d’aller trouver le Maire de la commune. Il lui dit : « Monsieur le Maire, il vous faut intervenir d’urgence sur l’état des trottoirs du village. C’est bien simple, il semble que tout le monde perde l’équilibre dans cette ville… »
Le premier citoyen, comprenant que personne dans la commune ne l’avait informé du véritable sens de l’expression « j’ai chuté » éclata de rire. Il se tordait sur son bureau lorsque le jeune curé le rappela à l’ordre :

– « Qu’est ce qui vous fait donc rire à ce point ? A votre place, je ne me réjouirais pas. Tenez, pour citer un exemple qui vous concerne, votre femme a chuté trois fois la semaine dernière. »

*****

Le directeur d’une grande entreprise demande à un de ses employés de réserver un billet d’avion. Au bout d’un moment, l’employé revient et dit à son patron :
– « Monsieur, à Air France, ils m’ont répondu que c’était complet. Air Inter, complet également. Air Liberté, c’était sur répondeur et je n’ai pas bien compris. Air Austral, complet aussi. À Air Liquide, ils m’ont répondu que j’étais un con. »

Voilà l’expression de la vérité. Pas toujours agréable à entendre.

*****

Être naïf et dire la vérité nuit, en voilà un exemple supplémentaire. C’est sans doute ce qui explique que le mensonge se généralise et que le monde tourne de moins en moins bien.

Une jeune femme passe un entretien pour obtenir un travail.
Son employeur potentiel lui demande :
– « Avez-vous déjà occupé un poste à responsabilités dans vos précédents emplois ? »
– « Oh ! Oui, responsable, je sais ce que c’est.  »
– « Ah bon ? C’est bien. »
– « Oui, chaque fois que quelque chose ne marchait pas, c’était moi la responsable. »

*****

Un chasseur de têtes demande à un homme qui cherche un emploi :
– « Voici un dessin qui représente une mer. Trois hommes nagent. Un requin s’approche d’eux et les menace. L’un des nageurs évolue en toute confiance, totalement désarmé. Le deuxième tient un grand couteau et est prêt à défendre chèrement sa vie. Le troisième a pris la précaution d’emporter un fusil lance harpons. A quel personnage de ce dessin vous identifiez-vous ?  »
– « Heu… Au troisième homme.  »
– « Dommage ! Ce que nous cherchons ce sont des requins. »

*****

Un homme en voyage sur un bateau de croisière se trouve sur le pont principal et parle avec le commandant de bord. Le bateau passe devant une île déserte en plein milieu du Pacifique et ils aperçoivent au loin sur l’île un gars qui agite les mains, faisant de grands signes en direction du bateau. Le passager demande au commandant :
– « Qu’est ce qu’il a à gesticuler comme ça ?  »
– « On passe ici une fois par an. Je pense qu’il n’aime pas qu’on passe devant son île. »

No comment ! Égocentrisme.

*****

Pour terminer aujourd’hui, les histoires de ce premier dimanche de 2016, une histoire mignonne.

Un homme téléphone au domicile de son collègue mais c’est le jeune fils de trois ans de son ami qui lui répond :
– « Allô… » (Un allo tout, tout bas)
– « Bonjour, est-ce que ton papa est là ? »
– (Toujours très bas) « Voui…  »
– « Puis-je lui parler ? »
– (Chuchoté très bas) « Non. »
– « Pourquoi ? »
– (toujours très bas) « Il est occupé. »
– « Y a-t-il d’autres personnes ? »
– (tout bas) « Voui… »
– « Qui ? »
– (encore plus bas) « Ma maman. »
– « Puis-je lui parler ? »
– (tout bas) « Non. »
– « Pourquoi ?  »
– (chuchoté) « Elle est occupée. »
– « Mais y a-t-il d’autres personnes dans la maison ? »
– (tout bas) « Voui… »
– « Qui ?  »
– (tout bas) « La police. »
– (énervé) « Mais puis-je leur parler? »
– (tout bas) « Non….. »
– « Mais pourquoi ?  »
– (tout bas) « Ils sont occupés. »
– « Mais que font-ils tous à la fin ?  »
– (très très très bas) « Ils me cherchent. »

****

Bon dimanche et que 2016 soit douce pour nous tous !

Share

4 réflexions sur « C’est dimanche (179) »

  1. Coucou mon amie Françoise, merci pour tes bons voeux et pour le rire…

    Me voici exceptionnellement en ce premier dimanche de janvier,

    pour te souhaiter une heureuse année, que tout baigne uniquement dans le

    bonheur. Que ta santé soit au top tout au long de celle-ci

    et que la bonne humeur générale reste définitivement gravée ici et là.

    J’espère que tout va pour le mieux pour toi. Très douce après midi.

    Merci pour tout et prends soin de toi.

    Lolli

  2. j’ aime bien l’ histoire du chasseur de tête, et la dernière, mais toutes font sourire, merci
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  3. Sapristi… tu en as des bonnes…. pour le premier lundi de l’année c’est bien… Jean

  4. Je lis tout avec retard…mais j’ai bien ri. Merci Françoise pour ce début d’année en gaîté !
    Tous mes vœux pour vous et votre famille. Je vous embrasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *