Pétard !

Un pétard est un dispositif explosif de faible puissance principalement utilisé pour le bruit qu’il produit. Ces artifices participent à l’ambiance de nombreux rassemblements populaires et fêtes traditionnelles. Ceux du jour de l’An Chinois, ces énormes rouleaux de pétards rouges font fuir les mauvais esprits me dérangent moins que ceux du Nouvel An mondial et que les pires, ceux de Noël. Trop, c’est trop à La Réunion. 

Les Chinois n’ont qu’un rouleau de pétards par famille et ils le mettent à feu le matin tôt, pas tous en même temps mais presque. Le 8 février prochain ce sera le cas et l’entrée dans l’année du Singe (jusqu’au 28 janvier 2017).

A l’origine, on tirait des pétards au début du printemps pour effrayer les bêtes sauvages ; ce n’était quelquefois que des bâtons de bambou qui émettaient des sons déplaisants mais depuis près de deux millénaires, la tradition s’est perpétuée et les Chinois font brûler des pétards pour chasser les démons, les mauvais esprits, et s’assurer une nouvelle année prospère.

Comme certaines familles sortaient pour assister à l’explosion des pétards de leurs voisins, on disait aussi que les pétards permettaient d’apporter l’entente et l’harmonie entre voisins. Ces pétards laissent au sol des « confettis » qu’il faut nettoyer en fin de journée et ils explosent à grand bruit dans une fumée grise intense.

Dans de nombreux pays asiatiques (Taïwan, Hong-Kong, Malaisie, Singapour, etc), les pétards privés sont désormais interdits pour des raisons de sécurité. Savez-vous qu’ils ont été remplacés par des pétards électriques, juste pour le plaisir d’avoir le son. En effet, l’explosion trop importante des pétards avait des conséquences néfastes, plus ou moins graves : des acouphènes, des tympans abimés, des gaz toxiques sans compter les brûlures et autres bobos…

Avant l’interdiction des pétards privés, dans certaines grandes villes de Chine comme Pékin, au lendemain des festivités du Nouvel An, on enregistrait un taux de pollution record.

Le discounter allemand Aldi, aux idées un peu… fumeuses, a baptisé « Paris » un modèle de fusées et pétards vendus pour le Nouvel An dans ses magasins, six semaines après les attaques meurtrières qui ont frappé la capitale. Les Allemands sont friands de pétards pour fêter le Nouvel An mais ils n’ont guère apprécié ce choix douteux.

Savez-vous que les Allemands ont dépensé l’an dernier près de 130 millions d’euros en feux d’artifices, fusées et pétards ? Leur amour pour ces articles ne devrait pas faiblir cette année même si ces amusements ont été interdits près de certains centres de réfugiés par les responsables de plusieurs régions comme la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), en Hesse (centre) et dans le Bade-Wurtemberg (sud-ouest) pour ne pas ajouter du stress psychologique à une population souvent traumatisée par les guerres  (par endroits les nouveaux arrivants ont été sensibilisés à cette pratique qui pourrait les heurter). Dans une commune de Bavière, Reichenberg, les autorités ont pris les devants en organisant un feu d’artifice « test » pour préparer les réfugiés à ce qui les attend le soir de la Saint-Sylvestre.

Pétard de sort ! Jusqu’où va-t-on aller ? J’avoue que je ne comprends plus rien à ce monde ; d’un côté, on limite ou on interdit des traditions bien établies, de l’autre, on tolère les entorses à la loi sous prétexte de traditions récentes (la tradition vient d’un passé immémorial, du latin traditio, tradere, de trans «à travers » et dare «donner» : « faire passer à un autre, remettre »).

Share

1 réflexion sur « Pétard ! »

  1. Cela montre qu’ il n’ y a plus de code, ni de ligne morale.
    Sans un minimum de contrainte et d’ acceptation, rien n’ est possible.
    Bonne journée Françoise
    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *