Histoires d’eaux

Histoires d’eaux. Non, je ne pense pas à Histoire d’Ô, ni le livre (Histoire d’Ô est un roman français signé Pauline Réage, un pseudonyme pour Dominique Aury, née Anne Desclos, roman publié en 1954), ni le film  (Histoire d’Ô est un film franco-germano-canadien réalisé par Just Jaeckin et sorti en 1975), je pense vraiment à des histoires d’eau, plus ou moins troubles.

Il a plu, il pleut et il pleuvra encore et les histoires de régions trop arrosées ne manquent pas, comme la semaine dernière à Lamalou-les-Bains, Montpellier et plus. Souvenez-vous de Vaison-la-Romaine, Aiguillon-sur-mer, Saint-Béat, Trans-en-Provence… et de tant d’autres villes et villages dévastés par la force de la nature mais surtout par la faute des hommes et de leur goût immodéré de l’argent. Que dire du laxisme de certains élus ?

Si la solidarité fonctionne encore bien entre les citoyens, des mains sont là pour aider immédiatement, en ce qui concerne les indemnités et la reconstruction, c’est plus difficile avec les assurances et l’État. Plus d’un an après le passage des coureurs du Tour de France dans les villages sinistrés par les inondations de juin 2013 dans les Pyrénées, la promesse de verser les primes aux sinistrés avait été faite mais elle n’a pas encore été tenue : la faute à des imbroglios administratifs. C’est beau l’administration !

ET puis, nous, nous avons la chance d’avoir à nos côtés « Rain Man » qui garde le moral.

Mais aujourd’hui ce n’est pas de ça que je veux parler. Je pense à toutes ces régions complètement noyées volontairement. Savez-vous combien de localités, villages et hameaux ont été submergés par les eaux d’un lac de barrage, en France métropolitaine ?

En Champagne-Ardenne3, Chantecoq, Champaubert-aux-Bois et Nuisement-aux-Bois, Marne (lac du Der-Chantecoq)

En Franche-Comté2, Le Bourget et Brillat, Jura (barrage de Vouglans)

En Languedoc-Roussillon : 2, le vieux village de Naussac, Lozère (lac de Naussac) et une partie du village de Celles, Hérault (lac du Salagou)

En Limousin : 21, Port-Dieu, Mialet et Singles, Corrèze (barrage de Bort-les-Orgues),  et Vassivière plus 17 autres villages ou lieux-dits en Corrèze, Creuse et Haute-Vienne (le lac de Vassivière reçoit les eaux de 5 rivières : la Vienne, la Chandouille, le Dorat, le Taurion, la Maulde et possède 45 km de rivages).

En Lorraine1, Xapénamoulin, Meurthe-et-Moselle (lac de Pierre-Percée)

En Provence-Alpes-Côte d’Azur : 4, Rousset, Savines et Ubaye, Hautes-Alpes et Alpes-de-Haute-Provence (lac de Serre-Ponçon) ainsi que l’ancien village des Salles-sur-Verdon, Var (lac de Sainte-Croix)

En Rhône-Alpes, ma région d’origine : 6, Chambod, Ain (barrage d’Allement),  Roselend, Savoie (barrage de Roselend), le  vieux village de Tignes, Savoie (barrage du Chevril) voir ce blog : http://glisseavecplaisir.blogspot.fr/2012/08/histoire-du-vieux-village-de-tignes.html,  Chambon, Isère, Le Dauphin, Isère et Pariset, Isère (tous les trois sous les eaux du barrage du Chambon).

J’en ai compté 39 mais peut-être en ai-je oublié. Savez-vous quel est le nombre exact ?

Savez-vous que, en France, trois barrages de 6 à 15 m de hauteur ont été démolis, à la fin des années 1990, sur des cours d’eau à poissons migrateurs afin de restaurer la qualité écologique de ces cours d’eau ? Il s’agit des barrages de Kernansquillec sur le Léguer (Côtes-d’Armor), St- Etienne du Vigan sur l’Allier (Haute-Loire), Maisons-Rouges sur la Vienne (Indre-et-Loire).

Je finis quand même avec une chanson de Charles Trenet , Mon village englouti, 1963 : Tant de souvenirs engloutis/ Dorment là, sous l’onde isolée/ Depuis qu’un barrage maudit/ A noyé ma verte vallée.

Share

5 réflexions sur « Histoires d’eaux »

  1. Bonjour Françoise
    C’est sous la chaleur de mon île d’adoption qui annonce l’arrivée de l’été que je viens te remercier pour ton gentil commentaire.

    C’est terrible toutes ces inondations et j’ai appris pour la Lorraine Lac de Pierre Percée ce n’était pas très loin d’où j’habitais dans ma jeunesse (noyé volontairement). Dame nature est très en colère en ce moment mais hélas on détruit trop la nature et voilà !!!!!

    Belle journée gorgée de bonheur et de soleil.

    Gros bisous ensoleillés.

  2. Bonjour chère Françoise,
    C’est triste pour tous ces gens, comme tu l’écris, les indemnités se font toujours attendre. Cette année fut catastrophique pour beaucoup de régions !
    Le temps est totalement déréglé, que font-ils tous les grands ? Rien comme d’habitude.
    Il est temps de réagir.
    On fait ce qu’on peut à notre échelle, nous ne sommes pas les maîtres du monde.
    Passe une bonne journée, bisous. Merci pour ton gentil commentaire.

  3. Je ne m’ étais pas rendu compte qu’ il y avait tant de barrages !
    C’ est toujours dangereux de changer l’ ordre de la nature, et visiblement,
    edf a besoin de bien d’ autre sources d’ énergie.
    IL me semble que les problèmes d’ innondation proviennent dufait de l’ homme, qui a supprimé les zones marécageuses qui retenaient l’ eau des crues, et qui a mis du macadam partout, empêchant l’ infiltration.
    Les inondations ont cependant toujours existé si on en croit le zouave du pont de l’ Alma.

  4. Je ne connaissais pas tous ces drames créés par la construction de barrages. Quant aux indemnités et aux promesses, c’est toujours la même chanson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.