Exemplaire

Quand le candidat Hollande évoquait une République exemplaire, combien y ont cru ? Moi j’ai toujours eu du mal avec ce bonhomme. Si Sarkozy n’était parfait, ni lui ni ses copains, on savait à quoi s’attendre ; avec Hollande et sa clique, je craignais le pire. Nous y sommes : retraite, impôts, pouvoir d’achat, engagements militaires…

François Hollande niait la crise. Et pourtant, elle continue, pire chez nous que chez nos voisins, semble-t-il (ceci dit, ça fait près de quarante que ça dure ; après le premier choc pétrolier).

Moi président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire.

 Moi président de la République, j’engagerai de grands débats, on a évoqué celui de l’énergie, et il est légitime qu’il puisse y avoir sur ces questions-là de grands débats citoyens.

Moi président de la République, j’essaierai d’avoir de la hauteur de vue, pour fixer les grandes orientations, les grandes impulsions, mais en même temps je ne m’occuperai pas de tout, et j’aurai toujours le souci de la proximité avec les Français. »

 Ah la république exemplaire ! Il n’a pas bien choisi son entourage, on l’a constaté et il n’a jamais dû  penser à la progéniture de ses amis ou ministres.

Le fils de Marisol Touraine  a été incarcéré pour « extorsion de fonds et séquestration », celui de Valérie Trierweiler interpellé à plusieurs reprises pour « usage de drogue sur la voie publique », quant au meilleur : le fils de Laurent Fabius, il a acheté un appartement à Paris pour plus de 7 millions d’euros alors qu’il n’est pas imposable et qu’il a perdu 700 000 euros après une soirée passée dans un casino de Monaco au printemps 2012 (ardoise effacée par le Casino pour ne pas faire de scandale).

Ça, c’est la partie émergée de l’iceberg… Aurons-nous encore de « belles » surprises ?

Share

2 réflexions sur « Exemplaire »

  1. Françoise, je comprends votre aversion pour les magouilles des puissants. La corruption est devenue un phénomène majeur qui affecte les administrations, les Etats et les élus, et qui se répand dans tous les aspects de la vie grâce au règne de la monétarisation et à la dégradation de toutes les normes inhibant les égoïsmes. La « remoralisation » ne peut se satisfaire de leçons de morale. Il faudrait restaurer, d’abord par l’exemple, par une sévérité accrue, la moralité des administrateurs et fonctionnaires d’Etat, en outre un enseignement de la bienveillance confucéenne pour tous ceux qui voudraient embrasser une carrière publique comportant responsabilité et/ ou puvoir. Mais voyez-vous Françoise, j’ai confiance dans la justice de mon pays, car ces affaires dont vous relatez les faits, ne seraient jamais sorties, il y a quelques années. Bonne soirée. Phil

  2. La politique est corrompue, c’ est peut être l’ origine des privilèges, tant au niveau de l’ état que des citoyens.
    Mais quand même, on voit bien que moi je navigue au petit bonheur, essayant de retrouver un peu de fierté en envoyant nos soldats partout dans le monde, alors que le budget de l’ armée est bien triste, tout comme son équipement !
    Il ne suffit pas d’ un idéal à la communiste, encore faut il avoir les pieds sur terre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *