Les pauvres rapportent.

Souvenez-vous de l’appel de Coluche en 1985 : créer « un resto qui aurait comme ambition au départ de distribuer 2 000 à 3 000 couverts par jour en hiver. »  Goldman lui écrit une chanson pour attirer les gens et faire entrer des sous dans l’escarcelle des « Restos du cœur ». C’était une super bonne idée mais est-ce normal que vingt-huit ans plus tard, ça continue ? Sans compter que les bénéficiaires sont de plus en plus nombreux. En ferons-nous partie demain ?

Et les donateurs commencent à se fatiguer ou même à ne plus avoir, eux aussi, les moyens de donner, d’où le clip de l’année que je vous proposais de voir.

Je reprends la phrase de Renaud  que j’ai déjà citée hier « Les Enfoirés, c’est une honte que cela existe encore vingt ans après ! L’État aurait dû prendre en charge les déshérités. » C’est certain. L’État démocratique doit aider les citoyens, agir non pas pour leur bonheur mais pour leur bien-être ou au moins pour leur donner une vie décente. Est-il normal que des personnes âgées ayant travaillé toute une vie doivent se contenter de mille euros (1 000€) ou moins pour passer le mois ? Quand on sait qu’il existe pour les étrangers en France une allocation temporaire d’attente (Ata) de 11,35€ par jour soit 340,50€ par mois de 30 jours, versée sous certaines conditions par Pôle emploi aux demandeurs d’asile et à certaines catégories de ressortissants étrangers. J’insiste sur le fait que pour être généreux, il faut en avoir les moyens. La France ne les a plus. Pourquoi léser ses citoyens qui ont sué, payé largement leur écot pour finir leurs jours tranquillement ?

Je suis en colère parce qu’on se moque de nous sans cesse.

Avez-vous écouté les paroles de la dernière chanson des « Enfoirés » ?

Mes chaussures sont aussi pourries
Que celles des gens qui passent ici
Mon manteau n’est pas beaucoup plus neuf
Que celui du pauvre Rutebeuf

Moi, j’ai mal au dos comme tout l’monde
Des coups de blues et mes zones d’ombre
On n’a pas trop mais on a du bol
Et nos vies chantent « on est bénévole »

Si c’est pas du « foutage de gueule »… Vous  avez vu leurs chaussures et leurs manteaux… Bon d’accord, c’est une chanson mais on dépense combien pour les strass et paillettes qui permettent à TF1 de « se faire du blé » sur le dos de la misère ?

Le spectacle des « Enfoirés » permet chaque année à TF1 de réaliser des audiences record. En 2012 : 13 270 000 télespectateurs soit 3 % de part d’audience, la meilleure audience toutes chaînes et tous programmes confondus de l’année.

Les tarifs publicitaires sont à la hauteur des audiences attendues : très élevés, vous vous en doutez. Selon les chiffres publiés par la régie de la Une, les annonceurs devront débourser 130 000 euros (bruts) pour diffuser un spot de 30 secondes lors des deux premières coupures pub qui vont entrecouper le show, 120 000 € pour la troisième et à peine105 000 € juste avant le début du « prime ».

L’événement a coûté 5 millions d’euros en 2011, il en a rapporté certes plus de 24 mais à qui au juste ? Aux Restos, combien ?

Je fus professeur d’économie-gestion et je sais que les seules valeurs de la publicité sont l’argent, la compétition, la réussite, la loi du plus fort. Les publicitaires manipulent les valeurs morales afin de nous faire sortir notre argent ; ils réduisent souvent notre rôle à celui de consommateurs en suscitant des conduites réflexes. Ils nous rendent malheureux puis nous proposent d’acheter afin de nous consoler.

La publicité tue notre esprit de révolte et notre capacité à dire non. Nous sommes soumis à une nouvelle loi de la jungle, à la loi du plus fort, notre survie est de plus en plus difficile. Alors que faire pour que tout aille mieux ?

Faire preuve de courage, regarder la vérité en face et ne pas nous laisser mener par les lobbies en tous genres par exemple ceux des télévisions et de la publicité.

4 réflexions au sujet de « Les pauvres rapportent. »

  1. Les pauvres ont toujours rapportés de l’argent, les premiers à s’en être servi sont la religion tout comme l’église qui en a fait également jadis son commerce, et même encore aujourd’hui quand on voit le prix des services ou des messes d’enterrement.
    Les dirigeants de pays d’Afrique préserve la misère qui s’y trouve pour se faire entendre auprès des grands de ce monde, grâce à leurs pauvres ils bénéficient tout au long de l’année d’aides et d’attentions particulières pour enrichir un gouvernement tout en se donnant bonne conscience.
    Y’a tant de chose à dire et de constat à faire qu’il est difficile de l’évoquer sur un blog, c’est pas pour rien quand même que la comparaison d’un être humain est l’équivalent à celle d’un mouton, on suit bêtement le troupeau sans savoir ou nous allons et la faim ou la soif nous fait bêler à défaut d’être tondu …

  2. La publicité commence par enrichir celui qui n’ en a déjà pas besoin, des zidane, Lobb, et autres acteurs, puis des présentateurs de télé qui sont loin de faire partie des pauvres, et n’ ont aucune honte à en parler !
    Même lorsqu’ ils offrent un cadeau, celui ci est largement payé par les millions d’ appels .
    Nos dirigeants, faute de souffrir de la crise, pensent qu’ ils peuvent continuer à être généreux avec de l’ argent qui ne leur appartient pas !
    Mais les caisses sont vides, et les prêteurs finiront par dire niet !
    Bonne journée Françoise
    bisous

  3. Il y a de plus en plus de personnes qui sont obligées de s’adresser aux restos du coeur..et pourtant il faut avoir des revenus très bas pour y avoir droit…Chez nous, récemment, il y a eu un concert donné et là, je suis sûre que tous les bénéfices sont allés aux restos du coeur

  4. Oui « Il ne faut jamais se moquer des misérables, car qui peut s’assurer d’être toujours heureux » ? Jean de La Fontaine
    Je crois que c’est bien juste…
    Bon week-end
    Jena

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *