Résistance

Comme disait Charles F. Kettering «Je m’intéresse à l’avenir parce que c’est là que je vais passer le reste de ma vie.» Voilà ce que j’écrivais en conclusion d’un de mes billets, il y a déjà des mois : « Désobéissance, résistance… » C’était en mars 2011. Je n’ai pas changé d’avis, il faut entrer en résistance si nous voulons nous en sortir. Comme certains l’ont fait en 1940 : résistons. Les enjeux ne sont plus les mêmes, il n’empêche qu’il en va de notre liberté, de notre vie. Serons-nous définitivement des moutons à tondre, des pigeons à plumer ?

En effet, est-il juste de payer ses impôts pour sauver les banques en faillite ou pour permettre à des politiciens corrompus (Cahuzac et autres) de s’enrichir encore plus ? (Nous finançons aussi les salaires faramineux des footeux de tous genres.) Oui, je crois qu’il est tout a fait moral de cesser de payer ses impôts si l’argent que l’État collecte ainsi ne sert plus quà assurer le train de vie de cet État et de ceux qu’il protège.

Une grève de l’impôt pourrait permettre de faire plier la machine qui nous oppresse. Le mouvement vient toujours des plus courageux qui entament l’action ; la majorité suit (en principe). Il faut dans un premier temps refuser de remplir sa feuille d’impôt en ligne.

Faire l’effort de remettre sa déclaration de revenu sur papier coute très cher à l’État qui doit prendre beaucoup plus de temps et de moyens pour transcrire et contrôler ces déclarations. Si ce refus de faire une déclaration sur Internet se multiplie, l’État pourra de plus en plus difficilement s’en prendre à ceux qui refuseront tout bonnement de payer.

Par ailleurs, comme je l’écrivais hier dans le billet « Bank run », allons-nous accepter un prélèvement de 10% de nos économies et une taxe sur les placements à long terme que l’État nous encourage à faire ? Assez ! Ça suffit ! Pourquoi ponctionne-t-on toujours les mêmes ? La classe moyenne laborieuse et économe. Les banques, nouveaux seigneurs de notre société mondialisée, sont à la fois les complices et les grands ordonnateurs de notre tonte radicale. Nous sommes déjà esclaves sans en avoir pris conscience. Et pourtant nous pourrions nous défendre : l’union fait la force.

« Aussi n’est-il pas rare de voir une bicoque résister pendant des mois à une armée nombreuse. De là, souvent, cette audace et cette insolence du faible contre le fort et le puissant, cette habitude de la résistance individuelle qui faisait le fond du caractère de la féodalité, […] ». Une phrase d’Eugène Viollet-le-Duc, en 1888, dans « La cité de Carcassonne » et voilà la définition du Larousse de la féodalité : « Toute puissance économique ou sociale fortement structurée qui tend à devenir indépendante de l’État, par exemple : les féodalités financières ».

Sommes-nous retombés, comme je le crois, dans une féodalité contre laquelle il nous faut nous révolter ? Si la réponse est oui, alors, citoyens, entrons en résistance, unissons-nous,  il y a urgence.

*****

« Le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein

8 réflexions au sujet de « Résistance »

  1. il est évident qu’ on dépasse les bornes, en nous paupérisant de la sorte !
    Même le Medef a intérêt à sous payer les travailleurs !
    Il y a longtemps que je déclare mes impôts sur papier, parce qu’ en cas de litige, le net n’ est pas une preuve.
    Je me dis quand même, que sans argent, les entreprises ne vendront plus, et la baisse de la consommation entamera les bénéfices de la Tva.
    IL y a toujours un retour de bâton !
    bonne journée Françoise
    bisous

  2. Bonjour Françoise
    les dames porte le costume de la province du yunnan
    Je te souhaite un très bon vendredi
    Nos amitiés bises
    Qing&René

  3. Bonjour FRANCOISE

    ET OUI COMME PREVUE

    L’ESSORAGE EST BIEN A BERCY

    RALER MAIS RAQUER

    PLUS QUE DU SERVAGE

    BON VENDREDI

    BISOUS AMITIES

    56MELDIX77

  4. je crois bien que ça ne va pas tarder, la population en a marre d’être toujours prise pour cible…..mais attention réfléchissons, car ça risque de faire mal….douce journée à toi

  5. ben la nouvelle méthode,c’est de ne plus travailler mais de profiter de notre société,eh oui certains jeunes font ainsi…

  6. Bonjour, tu fais de la résistance ma Françoise, bâ tu as raison !

    On reprend nos bonnes habitudes, un peu comme une grande famille
    dans une grande maison ou le bonheur règne.
    Je suis ravie de ta présence à mes côtés, l’amitié ça se construit pierre
    par pierre, je trouve que l’on y arrive bien.

    Je suis heureuse de voir que la plupart de mes amis se portent bien.
    Je te souhaite à toi d’aller mieux si tu as des p’tits soucis de santé.
    Je passe avec ma baguette magique pour transformer ta journée en
    jour de bonheur.

    Pour répondre à certains, oui je suis ressourcée et heureuse.
    Oui j’ai plongé mes yeux dans les yeux de mon chéri et j’ai profité
    de merveilleux moments de douceur, sous ce bel été indien.
    Bande de petits curieux hi hi ! Mais je n’ai et nous n’avons oublié
    personne, nos amis devant ou derrière l’écran sont précieux, et tu
    étais dans mon coeur.

    Je lance ce petit jeu sans prétention pour ceux qui ont le temps,
    le jeu des lettres. Associez des lettres pour former des mots.

    Tout simplement pour tester notre rapidité d’esprit et faire marcher nos
    neurones.

    les lettres : E S S E E R D T N
    Mot qui est un synonyme d’amitié. Exclure les autres mots.
    A toi de trouver !

    Prends soin de toi et bon vendredi avec la boisson de ton choix, pour moi un café.

    Lolli

  7. Bonjour,
    un article très intéressant, et je suis entièrement d’accord. Malheureusement l’être humain est ainsi fait que cette résistance fait peur.
    Pour le CCB de Lisbonne, il est Praça do Império, à côté du musée de la marine et du Monastère dos Jeronimos. Entre la tour de Belém et le monument aux découvertes, qui eux se trouvent au bord du Tage. Merci d’être passée sur mon blog.
    Bonne fin de semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *