« Bank run »

« Bank run » (la course à la banque) : une fois n’est pas coutume, je vous propose un titre en anglais pour une question qui pose problème : que feriez-vous si l’État choisissait du jour au lendemain de vous prélever 10% sur votre épargne? Un dixième de ce qui est inscrit sur votre relevé bancaire annuel.

Voilà l’idée du FMI dont la patronne est Christine Lagarde. Elle (le FMI) y voit une bonne alternative à la résolution de la crise de la dette. Avec une ponction de cet ordre, les pays « avancés » (Europe, États-Unis, Japon) pourraient retrouver le niveau de dette qu’ils présentaient avant 2007, soit 700 milliards d’euros à prélever pour la France.

Le Fonds monétaire international n’avance rien de concret dans son rapport annuel des finances publiques mais il pose la question. Y-t-il la promesse que l’on ne recommencerait jamais ? Pas sûr. De toutes façons, on sait à quoi s’attendre avec les promesses des dirigeants.

Pour le moment, le FMI n’impose rien, il ouvre le débat. (J’ai peur.) C’est, en théorie, un prélèvement égalitaire puisque les riches et les plus modestes seraient prélevés au même taux…  à condition qu’ils disposent d’une épargne positive (ils ont commencé à piocher dedans en septembre pour payer leurs impôts ; d’autres ont emprunté.). Les plus fortunés contribueraient plus si l’on parle en valeur absolue mais dans la classe médiane, on fait supporter un maximum à ceux qui ont travaillé et joué aux fourmis. Les cigales sont gagnantes sur tous les plans. (Consommez, on vous dit, pour que l’économie tourne.)

Savez-vous que ça s’est déjà fait en Europe ?

Cette taxe permet de ne pas bouleverser le système établi. Qui est gagnant ? Vous ? Les États ? Les banques ?

OUI, ça s’est fait :
1 – Au printemps dernier, à Chypre, l’État a ponctionné 47,5% sur les dépôts de plus de 100.000 euros afin de se voir accorder un plan d’aide international. Ce plan a préservé le patrimoine des petits épargnants, tout comme existe la garantie des dépôts bancaires au dessous de 100.000 euros au sein de l’Union européenne.
2 – En Italie, en 1992, la dette publique frôlait les 120% et le gouvernement a choisi une solution de choc, en faisant du désendettement sa priorité afin de rentrer in extremis dans les critères de Maastricht. « On » a fixé le taux de 0,6% sur l’ensemble des dépôts italiens positifs. À l’arrivée quelque 15 milliards d’euros sont arrivés ainsi dans les caisses de l’Etat. Le pays va-t-il mieux aujourd’hui ? Les Italiens épargnent-ils ? Le gouvernement fait-il des économies ? Je crois que les élus mènent encore grand train, que les administrations sont de plus en plus corrompues et que les citoyens sont désabusés et malheureux.

Une telle solution pourrait-elle arriver en France ? Si les pouvoirs publics ont plutôt pour mission de rassurer les épargnants en période de crise, je vais répondre que non, ils ne le feront pas, MAIS j’entends dans le même temps que l‘État veut taxer l’épargne longue, celle qu’il faut encourager pour aider l’économie à redémarrer. Comment un gouvernement peut-il vouloir une chose et faire son contraire ?

Ça dépend du chef de l‘État, vous en avez choisi un bon. Bravo, il a fait de belles promesses.

Alors quoi ? La difficulté de cette décision serait d’éviter les fuites de capitaux : il faudrait être sûr que personne ne puisse y échapper. Qui sera plumé ? Qui se cachera ? Vous avez trouvé ?

7 réflexions au sujet de « « Bank run » »

  1. Bonjour et merci de ton passage sur mon blog

    La réponse est simple si l’état me prélevais 10% sur mon épargne je commencerait par « gueuler » puis il faudrait agir. Je pense qu’il ne faut pas que le contribuable paie pour des erreurs faites par les énarques successifs !!!

    Je te remercie de ton passage sur mon blog
    Bonne journée avec du soleil
    @lain

  2. Mais c’est déjà parti , ils vont ponctionner sur nos petites économies et que faire mettre notre argent sous notre matelas comme les anciens ?
    Ceux qui nous gouvernent sont tellement bons à rien que le peuple va encore et encore subir
    QUi saura nous sortir de l’eau ?

  3. Coucou ma douce Françoise, un sacré article que voila.

    Comment vas-tu ? Je suis si heureuse de te revoir waooouhh !
    Tu m’as manqué tu sais ? Je suis sincère mon ami (e).
    J’espère que tu vas bien, je veux tout savoir.
    J’ai pensé à toi et tu n’as pas quitté ma mémoire.
    Quoi de neuf dans ton petit monde ?

    C’est avec le cœur chargé de tout un tas de belles choses à te dire, que je viens pousser
    la porte de ta p’tite maison virtuelle.
    La première c’est un grand merci pour ta fidélité. Tu es vraiment généreux (euse).
    La deuxième chose c’est que tous tes mots me sont allés droit au cœur.
    La troisième c’est ton courage à dépose tes coms dans la longue liste dans mon
    article lol !
    La Quatrième c’est que tu mérites bien mon amitié, je t’en apporte un seau.
    Et si tu n’es pas venu, pas grave, je comprends car mon absence était longue,
    et je ne juge pas mes amis, j’essaie de les aimer comme ils sont.
    Merci à tous pour vos MP qui m’ont prouvé que vous êtes vraiment
    formidables.

    Je suis boostée pour ma part et je t’apporte ma force, ma bonne humeur,
    mon sourire, des tas de beaux souvenirs pour égayer ta journée.
    Une douce brise de bonheur va t’envahir comme elle m’a envahi pendant ces
    dix jours. Je t’ai apporté un joli coquillage, colle-le à ton oreille, il te racontera
    mes belles aventures. Mais chut, garde-les pour toi.

    Je te laisse tout en douceur un bon café ou ce que tu aimes boire en ma
    compagnie.
    Je te souhaite une belle journée.
    Prends soin de toi.

    Lolli

  4. non seulement c’ est fait, mais on pousse le vice, quelques fois qu’ on s’ aviserait de retirer ses billes, de ponctionner depuis 1997 !
    On peut donc se dire qu’ un contrat signé, n’ est plus une sécurité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *