Justice

Sans être xénophobe ni appartenir au Front National, je me fais quelques remarques en ces temps difficiles. Il ne faut pas confondre le racisme avec le désir de garder nos valeurs républicaines (à chacun selon son mérite par exemple, cette méritocratie tant décriée). Depuis des années, voire des siècles, des millions d’immigrés sont devenus fièrement des citoyens français en suivant des règles d’intégration : scolarisation, effort, travail…

Oui, reconnaissons-le, des générations d’immigrés ont été la force de la République : ils ont travaillé pour construire ou reconstruire la France, ils se sont battus pour leur pays d’accueil, ils ont écrit, peint, participé de manière positive à la vie culturelle du pays, ils ont accepté ses lois et ses traditions, se sont faits oublier, ne se sont pas faits remarquer, ont évité de faire parler d’eux pour être bien intégrés. Il est vrai que les Maghrébins et les Africains ont une difficulté supplémentaire pour y parvenir : la couleur de leur peau ou leur faciès. Les asiatiques aussi. Les « Beurs » ou les « enfants d’immigrés » typés sont des ni ni : ni français, ni arabes. Pourtant si vous êtes né en France, que le français est votre langue maternelle, si vous avez effectué votre scolarité dans les écoles de la république, vous êtes un citoyen français : c’est votre nationalité. Arabe, asiatique, africain, c’est votre origine ethnique. Se sentir arabe, asiatique, africain n’est pas en contradiction avec la nationalité française, ce sont deux concepts différents de l’identité : l’origine ethnique et la nationalité.

Il parait que 90% d’enfants d’immigrés ont le sentiment d’être français et pourtant les descendants d’immigrés d’Afrique sont trois fois plus au chômage que les Français d’origine. Ceci dit les enfants français des DOM sont victimes de ce racisme latent  mais on ne peut quasiment jamais prouver la discrimination qui se fait aussi sur le nom.

Pourtant le problème de l’injustice sociale est lourd, il pénalise les Français, d’origine ou par naturalisation, parce que les étrangers non naturalisés, sans papier, sans emploi, sans revenu, bénéficient d’avantages que nous ne sommes plus en mesure de leur offrir. Nous sommes couverts de dettes et il faut d’abord s’occuper de nos concitoyens.

Pourquoi accueillir chaque année plus de 200 000 étrangers non qualifiés dont notre économie n’a nul besoin puisque la pauvreté augmente, que nous avons près de 3,5 millions de sans emploi et que le taux de chômage est énorme pour la population immigrée ?

Est-ce juste de repousser l’âge légal de la retraite alors que tout étranger de 65 ans n’ayant jamais travaillé ni cotisé en France, a droit à une retraite de 780 euros par mois dès son arrivée ? Un montant supérieur à celui versé à un agriculteur français affilié pendant plusieurs années et à certaines pensions de retraite versées à des femmes, mères de famille, à la carrière courte. Je ne parle même pas des impôts sur le revenu qui sont payés par les citoyens français alors que d’autres oublient de les déclarer. Les pauvres étrangers, ils ne savent ni lire ni écrire et ne comprennent pas le français.

Est-ce juste qu’ils bénéficient de la CMU et d’une mutuelle gratuite, alors que 5 millions de Français n’ont pas de mutuelle, trop riches pour bénéficier de la mutuelle CMU mais trop pauvres pour s’en payer une ?

Est-ce juste que la France entretienne, sur le territoire métropolitain et dans le nouveau DOM qu’est Mayotte, des polygames dont certains perçoivent ainsi de confortables revenus sans travailler, alors que la polygamie est interdite et que les comptes de l’URSSAF sont dans le rouge ?

Est-ce juste de demander à un Français né à l’étranger de prouver sa nationalité à l’administration, ce qui se traduit souvent par un véritable parcours du combattant, alors que chaque année la nationalité française est accordée après des milliers de mariages blancs ? Le problème se poursuit quand un des parents est né à l’étranger. Demandez à Laurence Boccolini dont les grands-parents, italiens ont été naturalisés en 1930, la mère née en Italie, naturalisée française à l’âge de 6 mois, le père né également en Italie, naturalisé à l’âge de 20 ans dans les années 1950, Laurence qui n’a jamais parlé italien à la maison a eu des problèmes pour obtenir un passeport parce qu’elle est une enfant issue de l’immigration, elle doit fournir la preuve de sa nationalité, c’est oublier la loi qui précise « Est française à la naissance toute personne née en France ou à l’étranger d’au moins un parent français. »

Est-ce juste que le racisme soit à sens unique ? Le racisme anti-français est systématiquement ignoré et les plaintes classées sans suite, en métropole comme à la Réunion où il n’est pas toujours bon d’être « zoreille ». Faut-il maintenant avoir honte d’être français, d’être blanc et de s’appeler Martin ? Est-ce justice, égalité, fraternité ?

Est-ce raisonnable de payer à l’étranger, sans le moindre contrôle, des retraites à d’innombrables centenaires disparus depuis des années ?

Que dire des faux passeports, des fausses cartes Vitale, des faux permis, des faux papiers en tous genres, documents dits pourtant infalsifiables ? Et les fausses déclarations qui permettent d’obtenir des logements sociaux en priorité ? Et les usurpations d’identité ?

Enfin, où est simplement la justice quand la délinquance explose et que les droits des voyous passent avant ceux des victimes ?

Même s’il est vrai que le bijoutier de Nice n’était plus en état de légitime défense (il a tiré dans le dos du voyou), il était sous le coup de la colère et de la peur réunies. Le braqueur avait déjà quatorze condamnations à son palmarès, qu’aurait-il fait une prochaine fois ? Tué un bébé et sa maman ? Allez savoir…

Et vous qu’auriez-vous fait à la place du bijoutier ? En votre âme et conscience pouvez-vous répondre clairement, nettement ? Moi, sincèrement, je n’en sais rien.

 

4 réflexions au sujet de « Justice »

  1. j aime votre article
    comme vous je me fait des tas de remarques sur le temps actuel
    surtout sur le devenir de nos petits enfants , dans ce tourbillon , ou si ils n’ ont pas leurs racines que deviendrons t -ils ??
    car leurs racines il me semblent que c’est le leg du coté pére et mére
    que l ‘on ne dise pas le contraire ..
    alors ?? nous nous sommes de racines Celtes croyez -vous , que nous pouvons d’un coup de baguette magique
    plongér par exemple dans celles du pays du magreb , ou adopté d’un seul coup une autre religion et ses coutumes ( même si nous ne pratiquons aucune , nos racines sont judéo-chrétiennes
    eh bien on dirait qu’un certain nombre d « élus veulent nous le faire croire .
    moi le monde qui se profile à l’ horizon me laisse dubitative
    (ayant vécue un temps sur d autres rivages ,) mais maintenant et plus que jamais
    ancrée dans ma Bretagne profonde .
    ( j ‘ai connu aussi beaucoup de personnes réfugiées venant d’ autres pays
    ils se sont bien intégrés n « essayant pas d ‘imposer les coutumes ,
    ils nous ont beaucoup donnés , d ‘ailleurs ils n ‘avaient que des cols à franchir pour venir vivre avec nous )
    merci de votre visite qui m à permis de corriger ma faute
    que je pensais bien avoir fait
    ( je fait beaucoup de fautes je ne me relis jamais )
    kénavo je vous souhaite un très bon jeudi
    Monica D

  2. Bonjour…je viens découvrir ton blog, et je vois que tu as des sujets très divers dans tes articles..celui-ci, je le trouve extrêmement interessant, et très juste..justement !! hi hi..je suis tout à fait d’accord avec toi, surtout en ce qui concerne le versement d’allocations à des étrangers qui arrivent direct chez nous, sans travail, ou qui perçoivent une retraite alors qu’ils n’ont jamais cotisé en France, bénéficient de la CMU etc..pareil pour le regroupement familial, on verse des allocations pour les épouses, enfants, parents…de ceux qui viennent ici parce qu’ils savent que la France est une bonne vache à lait…mais…attention, un de ces jours, le lait pourrait bien se tarir..sans parler des étrangers qui viennent se faire soigner à l’hopital en France, sont pris en charge à 100% et repartent ensuite vers leur pays d’origine..il y aurait tellement à dire que cela finit par énerver considérablement ! Quant au bijoutier de Nice, on comprend facilement qu’il a agi dans un mouvement de colère, sa réaction après avoir pris des coups, a été celle que n’importe quel être humain qui se sent agressé peut avoir..se défendre..Malheureusement, des cas comme celui-ci il y en aura d’autres. La famille du jeune malfrat ne comprend pas..un comble ! si cela n’avait pas été par ce bijoutier, il aurait très bien pu être tué par une bande rivale, ou dans un réglement de compte.. avec son panégérique, c’était plus que probable..Désolée, mais je ne m’appitoierai pas sur le sort de ce garçon…Merci pour ta visite, bon week-end, à bientôt

  3. c’ est le monde des bisounours, où pour ne pas risquer de devenir la victime de l’
    Europe eu des associations, on reste dans le politiquement correct, niant la réalité !
    Mais on n’ empêchera jamais le peuple d’ avoir les yeux et les oreilles ouvertes.
    Et comme le Fn répond aux interrogations qu’ on se pose, il monte inexorablement .
    ce qu’ il y a de sur, c’ est que si un père de famille délaissait ses enfants pour ceux du voisin, on dirait de lui qu’ il est fou !

  4. LAURENCE BOCCOLINI n’est pas le seul exemple ,en ce domaine (merci MR PASQUA !!! ) Ma fille née en1959 a voulu renouveler son passeport ,ou sa carte d’identité (je ne sais plus ) oui ,mais voilà mon MARI ,né en FRANCE( de parents italiens ,naturalisés FRANCAIS )à lui même été naturalisé FRANCAIS ,à l’âge de trois ans ,nous avions heureusement ,gardé tous les actes ,rappelé en ALGERIE ,en 1956 ,là on ne lui a pa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *