Plat

Non pas de recette et toujours pas de chanson aujourd’hui. Je pense pourtant au plat pays de Jacques Brel et à quelques-uns de ses concitoyens mais une expression me tourne dans la tête : « en faire un plat ». C’est sans doute d’avoir entendu la télévision rabâcher des événements dits et redits, fournir de l’information en boucle.

Ah quelle invention cette boucle ! Quand, dans le monde, il se passe quelque chose de différent de ce qui s’est produit la veille ou l’heure précédente, le fait nouveau et jusqu’alors absent de la boucle, ce fait pas encore pris en compte dans le point précédent d’informations, ce fait même pas encore avéré, la boucle l’intègre. C’est d’abord une petite phrase, un commentaire rapide et voilà qu’il se transforme en information. Dans la boucle suivante, nous aurons plus de détails : le reportage n’est pas encore réalisé mais, au téléphone, quelqu’un peut déjà en parler et souvent il s’agit de parler pour ne rien dire. En clair, « on » fait monter une information sans importance, pour attirer le chaland, meubler l’écran, peut-être aussi pour « noyer le poisson ». D’un petit fait, « on » en fait tout un plat.

« En faire un plat » c’est faire une histoire importante de bien peu de chose, c’est aussi en faire beaucoup pour épater, dans le sens de vanter, exagérer, faire un scandale de quelque chose qui ne le mérite pas, dramatiser, prendre au tragique, en faire tout une affaire.  Il existe des variantes : en faire un fromage, en faire tout un plat, en faire un pataquès, en faire tout un pataquès, ce qui signifie avoir des réactions exagérées face à un événement. 

« Faire un plat » est différent de « faire du plat » qui correspond à draguer. Cette dernière expression date du XIXe siècle où faire du plat, c’était à la fois « flatter bassement », mais aussi « faire la cour à une femme de manière insistante et généralement déplaisante ».

Au XVe siècle, « donner du plat » c’était « adresser de belles paroles, des bavardages ». À cette époque, « plat avait aussi le sens de « langue » et certains lexicographes pensent que c’est de cette signification oubliée que vient l’expression. Ce sens n’est pas arrivé au XIXe, l’expression pourrait aussi venir d’une transformation du terme argotique « platine » qui désigna d’abord la langue, puis signifia « faconde, aisance verbale » (Ils enviaient, pour leur député qui ne soufflait jamais un mot, la «sacrée platine» qu’avait M. le doyen (Octave Mirbeau, Journal d’une femme de chambre,1900). Ainsi, « avoir une bonne platine », ce n’était pas avoir un bon tourne-disques, c’était plutôt « parler beaucoup, avec assurance ». Indispensable quelquefois et ce n’est pas Simone de Beauvoir qui me  contrariera, elle qui a écrit dans Les Mandarins : «Si votre journal plaît à tout le monde, c’est qu’il ne gêne personne. Il n’attaque rien, il ne défend rien, il élude tous les vrais problèmes (…). Où voulez-vous en venir? (…) Mettez donc carrément les pieds dans le plat (…) et situez-vous par rapport au P.C..»

Mettre les pieds dans le plat a longtemps été une de mes spécialités. Heureusement que d’autres partagent le même défaut, je me sens moins seule et moins ridicule ; de plus, je vieillis, ça ralentit le débit des mots. « Mettre les pieds dans le plat« , expression familière, d’usage courant, signifie aborder une question délicate sans aucun ménagement, avec une franchise brutale. Il s’agit donc d’une version imagée proche de « faire une gaffe, une bourde, un impair. » C’est en clair commettre une bévue grossière, un grave impair. Mais pourquoi dit-on « Mettre les pieds dans le plat » ?

Personne, lors d’un repas de famille ou entre amis n’aurait l’idée de monter sur la table et de mettre ses pieds dans un plat soigneusement mitonné. La source de cette expression (qui date du début du XIXe siècle) est en Provence. Le « plat » était une vaste étendue d’eaux basses.  « Mettre les pieds dans le plat » est à rapprocher de « faire une gaffe » ou « gaffer », ce verbe signifiait en provençal « patauger dans la boue », autrement dit « dans les eaux basses ». Le fond d’un plat, au sens défini précédemment, est souvent boueux et vient troubler la clarté de l’eau lorsqu’on y met les pieds. Celui qui met les pieds dans le plat et qui commet donc une belle gaffe serait celui qui remue les pieds, patauge dans une eau peu profonde au point d’y mélanger boue et vase, troublant toute l’eau. C’est devenue une personne qui agite maladroitement une question à ne surtout pas aborder et qui continue à en parler longuement, semant ainsi le malaise chez son auditoire.

Cette interprétation a l’avantage d’expliquer le sens familier du mot « gaffe » dont l’origine peu claire est bien loin de la perche du batelier.

5 réflexions au sujet de « Plat »

  1. Pour les médias, seul compte l’ audimat !
    Alors, comme la masse des auditeurs lisent plus closer que les revues scientifiques, on comprend qu’ ils cherchent à faire d’ un rien tout un plat !
    bonne journée Françoise
    bisous

  2. Et si nous mettions « les pieds dans le plat » ? je me sens une âme de révolutionnaire…Dommage que cela implique aussi de « se remuer »…c’est ça qui m’est le plus pénible !
    Je ne voudrais pas « en faire un plat », mais un sujet me pousse hors de mes gonds en ce moment : les impôts ! J’en ai parlé, j’en parle et j’en parlerai encore pendant un bout de temps ! « en boucle » diriez-vous ! Je suis furieuse et je le clame haut et fort..tout en pensant que ça ne sert pas à grand’chose !
    Françoise, je vous embrasse. J’ai pris un vrai plaisir à lire votre article !

  3. Ah Geneviève, quelle joie d’apprendre que vous avez pris plaisir à cette lecture ! Quand j’écris (même « à l’arrache » comme disent les plus jeunes que nous), je dis ce que je pense sur le coup. Ce n’est pas toujours très réfléchi mais j’évite les coups de sang et l’ulcère d’estomac en m’épanchant sur mon blog. Comme vous, je crois. Il faut bien avoir un exutoire.

  4. J’avais oublié la presse people mais c’est vrai que cela relève du même domaine : occuper l’espace et les esprits avec rien. Je pensais à la télévision et aux chaînes d’information permanente. Je ne vois pas la nécessité d’en avoir autant qui parlent pour ne rien dire.

  5. Bonjour Françoise

    Nous avons un bel été indien depuis quelques jours, c’est bien agréable,
    de se lever avec le soleil. J’espère que tu as le même temps.
    Il faut profiter de ces beaux jours plein de chaleur.
    J’espère que tu vas bien en ce mardi.

    Sais-tu que nous sommes à 93 jours de Noël ?
    Tu auras appris quelque chose ce matin hi hi !
    Je suis de bonne humeur alors je t’offre mon p’tit sourire
    pour que ta journée soit sous le signe du bonheur.

    Je continue de déposer mes liens amis, encore merci à tous
    pour vos visites dans ces univers, et donc à toi peut-être.

    Elles se servent de leurs doigts pour les plaisir, crochet
    et tricot. Une petite boutique en ligne, pour deux femmes
    formidables.
    http://chantals.eklablog.com/

    De belles créations dans ce joli monde.
    Visitez ses univers et découvrez quelle charmante
    personne elle est.
    http://ladyelly.eklablog.com/home-p491623

    Un café pour la route et on y va. Bonne journée.

    Prends soin de toi.

    Lolli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *