28 février 1962 : Jenny

Il y a tout juste cinquante ans, le 28 février 1962  (année bissextile aussi) : le cyclone Jenny endeuillait la Réunion et créait une polémique. Depuis il y a eu d’autres cyclones, d’autres polémiques, d’autres dégâts.

Les cyclones font partie de la vie des habitants des tropiques. A la Réunion, même si les cyclones ne passent pas chaque année, certains d’entre eux ont marqué la mémoire collective. Il en va ainsi du cyclone de 1948 (sans nom que je connaisse) et de Jenny en 1962 dont mon mari se souvient avec effroi. Moi je ne peux parler que de Hyacinthe en janvier 1980 et de Firinga le 1° février 1989 que j’ai vécus. Bien sûr, j’en ai essuyé quelques autres mais les plus mémorables pour moi sont ces deux-là, beaucoup d’eau pour Hyacinthe, beaucoup de vent pour Firinga.

Les premiers occupants de l’île, en 1657, vécurent un cyclone qui les dépouilla de tous leurs biens, c’était l’une des «incommodités» majeures de l’île que d’affronter ces météores. Il y a d’autres inconvénients à vivre sur cette île, je le précise pour ceux qui croient que la Réunion est un Eden, il suffit de se souvenir des événements de la semaine dernière et de ceux de 1991. Mais je reviens au sujet du jour : Jenny.

Le 28 février 1962, le cyclone Jenny rappelle aux Hommes que la nature est bien plus forte qu’eux, à l’époque, ils le savaient encore. Il n’y avait pas de satellites météo, juste le sixième sens, le flair, l’habitude, les signes avant-coureurs, et la foi !

En 1962, personne n’a senti, personne n’a prédit et la population n’a pas eu le temps de se mettre à l’abri. Bilan : trente-sept morts et cent cinquante blessés, un bilan relativement faible compte tenu de l’intensité  du phénomène.  Le vent atteindra puis dépassera les deux cent cinquante kilomètres à l’heure (oui, 250 km/h) pendant moins de deux heures, ce qui est relativement bref pour un cyclone, avec des pointes à 280 km/h.

Un dicton local précise que «plus les cyclones se déplacent rapidement, moins ils sont violents», or Jenny a fait mentir cette règle. De dépression tropicale, Jenny est devenue cyclone intense le mardi 27, elle passe au nord de Rodrigues en début d’après-midi, se dirige vers l’ouest-sud-ouest, droit sur Maurice et la Réunion à une vitesse exceptionnelle de trente-cinq kilomètres heure. A la Réunion les autorités ont été prévenues et les services de sécurité prennent la permanence. A 7h30, la RTF diffuse le bulletin suivant : «La dépression qui était hier en voie de creusement à l’est de Saint-Brandon a rapidement évolué en cyclone tropical au cours de la nuit, se déplaçant vers l’ouest-sud-ouest avec une vitesse de l’ordre de trente-cinq kilomètres heure. Le cyclone tropical Jenny était centré ce matin à 4 heures à cent kilomètres environ au nord-nord-est de Maurice. Dans la journée, le cyclone tropical Jenny poursuivra un rapide déplacement vers l’ouest-sud-ouest et La Réunion se trouvera dès cet après-midi sous son influence. Les vents de secteurs sud-est, puis de secteur nord se renforceront notamment sur les côtes est puis ouest et atteindront des vitesses de l’ordre de quatre-vingts à cent kilomètres/heure avec les rafales dépassant cent vingt à cent quarante kilomètres/heure. Des passages pluvieux parfois intenses affecteront l’ensemble de l’île. La mer deviendra forte à très forte.« 

Hélas, il est déjà trop tard. De nombreuses personnes se sont rendues sur leur lieu de travail. (Heureusement les enfants ne sont pas à l’école la rentrée est prévue le 1° mars.) Par contre, des pêcheurs ont mis leur barque à la mer. Aucun des signes habituels n’a pas précédé l’arrivée du cyclone. Si la veille le ciel a bien pris une teinte rouge, l’habituelle grande houle qui précède le phénomène, n’était pas au rendez-vous : Jenny se déplace plus vite qu’elle.

A Maurice, le centre du cyclone passe au plus près de l’île de 8 à 10 heures. Le bilan sera lourd là-bas aussi : quatorze morts, plus de cent blessés et huit mille personnes sans abri.

A 10h30, un nouveau bulletin que diffuse la RTF annonce le passage du cyclone à La Réunion en milieu d’après-midi. Tous les services de sécurité sont mis en «alerte préparatoire». Le cyclone était centré, à 10 heures, à cent kilomètres de l’île. A ce moment-là toute activité devrait être arrêtée, mais seules quelques entreprises sont informées. Le chantier de la route du littoral est évacué, les avions sont abrités ou amarrés à Gillot (l’aéroport). Pour le reste de la population, ce n’est pas pareil et à 11h20, lorsque le troisième bulletin d’alerte est diffusé, les rafales de vent soufflent déjà violemment.

Ce bulletin annonce le passage de Jenny pour le début de l’après-midi, sans plus de précision. Or le cyclone se trouvant, à 10 heures à cent kilomètres et se déplaçant à une vitesse de trente-cinq kilomètres/heure minimum, on peut estimer que le centre sera là à 13 heures, c’est-à-dire qu’il ne reste qu’1h30 avant que le météore se déchaîne.

Jusqu’à dix heures, le ciel était beau et la mer n’avait pas grossi. Ce n’est pas en écoutant la radio mais en regardant le ciel que les Réunionnais ont l’habitude de sentir l’approche des cyclones. Peu de radios à l’époque.

Le dernier bulletin est à peine diffusé que le vent se renforce brusquement. Le centre de Jenny n’est plus qu’à une cinquantaine de kilomètres ! Très vite la vitesse des rafales augmente, ce qui surprend tout le monde. A 11h40, le centre météorologique de Gillot est coupé de Saint-Denis, les lignes téléphoniques ont été arrachées par le vent.  Entre 12h30 et 12h50, le maximum des vents touche l’île et encore une fois les instruments de mesure vont en faire les frais. Les anémomètres sont détruits ou bloqués à cent quatre vingt kilomètres heure. Selon les estimations des météorologistes, les plus fortes rafales atteignent puis dépassent les deux cent cinquante kilomètres heure. On peut seulement, à Gillot, estimer le minimum de pression atmosphérique à neuf cent cinquante quatre millibars.

Au milieu de la tourmente, sur la piste de Gillot, se tient un avion dont les moteurs tournent encore. C’est le Super-Starliner d’Air France qui est arrivé de Maurice au petit matin. Le pilote de l’appareil a été lui aussi surpris par la soudaineté du cyclone. Tous les passagers étaient à bord et il s’apprêtait à faire décoller l’avion quand les premières rafles ont frappé l’appareil. Un avion, en cas de tempête, est plus en sécurité au sol que dans les airs. Jenny était trop proche pour que l’avion puisse fuir et, le temps que le Starliner quitte  la piste pour se rendre au parking, le vent est devenu trop violent pour que l’on puisse débarquer les passagers. Le commandant procède à la seule manœuvre possible en pareille circonstance : il se place face au vent, fait tourner les moteurs, relève les volets et bloque les roues de l’appareil, espérant ainsi le maintenir en place et résister à la tempête. Les rafales de 278 kilomètres heure ne détruiront pas l’avion mais le secoueront sérieusement. A l’intérieur, les passagers n’en mènent pas large et passent une bien mauvaise heure. Au moment du passage de l’œil du cyclone, profitant de l’accalmie, le commandant va faire sortir les passagers, puis orienter le Starliner dans l’autre sens pour faire face au vent inverse. L’avion résistera encore et dans la soirée, il s’envolera vers Madagascar avec ses passagers remis de leurs émotions.

Revenons à la population en général. Le spectacle que laisse le passage de la première partie du météore est un spectacle de désolation : maisons démolies, toits arrachés, vitres éclatées, arbres et véhicules renversés. Les locomotives et les wagons du chemin de fer (qui fonctionnaient encore à cette époque) n’ont pas résisté à la tempête. La radio ne peut plus émettre car le grand pylône du Barachois a été abattu par la force des éléments

De 13 heures à 13h30, une accalmie se fait sentir dans le Nord de l’île et le ciel s’éclaircit. C’est l’œil du cyclone qui passe. Dans d’autres régions, en revanche, cette accalmie ne se fait guère sentir. La seconde partie de Jenny frappe aux environs de 13h30. Les rafales, moins puissantes, ne dépassent pas les 150 kilomètres/heure. Le cyclone se déplace et ne touche pas toutes les régions à la même heure. Ainsi, à quinze heures, à Saint-Benoît où le plus dur est passé, les secours se mettent déjà en place pendant que le Port subit encore de puissantes rafales et l’onde de choc de la mer. Le paquebot « Ferdinand-de-Lesseps » qui était sur le point de partir, avec tous ses passagers à bord, se retrouve prisonnier du vent, dans son bassin. Ballotté, il rompt les amarres à 15h30 et part à la dérive. Après quelques minutes, il s’échoue en travers du couloir d’accès au bassin. Par un heureux hasard, la coque n’est pas trop engagée sur les bancs de galets et le commandant pourra dégager son navire, qui appareillera normalement le lendemain matin (mieux que le Costa Concordia !).

A Saint-Denis des centaines de maisons ont été détruites, au fond de la rivière, on peut voir des voitures renversées.  La côte a été la plus touchée. Un véritable raz-de-marée a déferlé sur le littoral, fracassant les barques, jusque dans le petit port de Saint-Benoît. Un village entier, situé entre Saint-Benoît et Sainte-Anne, au lieu-dit « Les Galets », a été rasé : de la trentaine de petites cases en bois et des paillotes, il ne reste que des débris éparpillés une centaine de mètres plus loin. Huit personnes ont trouvé la mort. A la gare de Saint-Benoît, une locomotive et quatorze wagons ont été arrachés des rails.

Dans toute l’île, des maisons ont été disloquées, des arbres renversés, des tôles transformées en objets meurtriers. Dans l’Ouest, plusieurs barques de pêcheurs ont été surprises par la tempête : neuf pêcheurs ne reviendront pas. Les premiers bilans font état de vingt-sept morts, dix disparus, plus de cent cinquante blessés dont cinquante sont hospitalisés. On totalise plus de deux mille cinq cents familles sinistrées, soit entre douze mille et treize mille personnes sans abri. A ces treize mille personnes qui ont tout perdu il faut ajouter trois mille sinistrés partiels. Au total quatre mille maisons ont été détruites et presque autant endommagées.

Comme les pluies n’ont pas été très fortes, le réseau routier n’a pas été trop mis à mal mais le vent a fait de terribles ravages, notamment à Saint-Benoît, Saint-André, Saint-Denis, Saint-Paul…. Des semaines seront nécessaires pour rétablir les réseaux électrique et téléphonique. Les installations du chemin de fer ont aussi beaucoup souffert, surtout pour les gares de Saint-Benoît et de Sainte-Suzanne. Les cultures ont été également très atteintes, même la canne à sucre, qui habituellement résiste aux cyclones, a été en partie détruite. L’agriculture vivrière et maraîchère est sinistrée presque totalement. Les trois quarts de la récolte fruitière sont perdus.

Pour les arbres, les poteaux, les maisons on ne pouvait rien. Mais pour les hommes ? Encore une fois, le cyclone Jenny sera l’occasion d’une polémique politicienne. La presse d’opposition va attaquer vivement les pouvoirs publics pour le retard mis à déclencher l’alerte, le journal Témoignages (organe du PCR de Paul Vergès), attaque Jean Perreau-Pradier, Préfet de la Réunion de 1956 à1963.

Une autre polémique entre le préfet et le chef du service météorologique va voir le jour. En effet, le préfet va accuser le service météorologique de ne pas l’avoir prévenu assez tôt de la réalité du danger. M. Foissy rétorquera que le mécanisme de déclenchement des alertes souffre lui aussi des lenteurs administratives et surtout il accusera M. Perreau-Pradier d’avoir refusé de prendre le danger au sérieux. Mais quelle importance ? Mettre en cause l’un ou l’autre des services n’effacera pas les plaies, ne fera pas revenir les disparus.

La population aurait pu être prévenue à temps et prendre les précautions qui s’imposent grâce au système des alertes. Or, dans le cas de Jenny, des communiqués émanant de la préfecture se sont montrés rassurants et ont invité la population à ne pas interrompre ses activités, assurant que les Réunionnais seraient prévenus à temps du danger. Témoignages de rajouter que «ce communiqué effarant était encore diffusé à 11h30, au moment où les rafales commençaient». Pour l’organe de presse communiste, la responsabilité du préfet  ne fait aucun doute, car il a refusé de donner l’alerte à 10h30 alors qu’une démarche avait été menée auprès de lui en ce sens à 10 heures. Une heure plus tard le même scénario se serait reproduit. De fait si la population s’est retrouvée prise dans la tourmente, dans les rues, sur les routes, sur son lieu de travail, il ne fait aucun doute, pour Témoignages, que le préfet en est le responsable. Il fallait bien un responsable et le Préfet Jean Perreau-Pradier n’était pas aimé, lui qui avait fait déporter ou exiler en 1961 des Réunionnais qui lui déplaisaient. Mais ça c’est une autre histoire.

16 réflexions au sujet de « 28 février 1962 : Jenny »

  1. J’ai bien peur qu’avec le changement climatique en cours et le réchauffement des eaux de surface de l’océan , la violence et la fréquence des cyclones deviennent de plus en plus élevées.
    Malheureusement la Réunion est une île située sur leur passage.
    Que faire , sinon essayer d’affiner les prévisions.
    Un vaste sujet!

    Douce journée ,Françoise
    Bisous
    Timilo

  2. Coucou Françoise,
    Comment veux-tu avec des phénomènes météo comme ceux-là et les dégâts que cela provoque, que ton île soit prospère ? quand il faut sans cesse reconstruire, recommencer…
    Ce sont des lieux que l’on dit paradisiaques mais qui ont leurs inconvénients.
    Ce qui s’est amélioré, ce sont les prévisions météo qui au moins évitent des morts.
    Bien amicalement.

  3. Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ•°*”˜ ❤”*°•۞•°*”˜❤˜”*°•۞• Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ
    On dit que de l’autre
    côté d’un Arc en ciel
    il y a de l’or, ça…
    je ne le sais pas !!
    Mais je sais que de
    l’autre côté de cet ordinateur
    il y aune personne qui
    vaut plus que de l’or !
    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ•°*”˜ ❤”*°•۞•°*”˜❤˜”*°•۞• Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

    Les phénomènes naturels sont terribles…
    Bonne journée Françoise
    Bisousssssss

  4. L’homme ne maîtrise pas tout ….. il y a des endroits ou autant cela peut être paradisiaque autant il y a son contraire.
    Bonne journée Françoise

  5. Bonjour Françoise,
    C’est triste pour ces gens, c’est à chaque fois tout recommencer.
    On pense que ces régions sont paradisiaques, sur cette terre, ce ne sera jamais le paradis !
    Les hommes ne peuvent rien faire contre la colère de la nature.
    Heureusement, ils la font déjà assez de dégâts par leurs négligences et abus en tous genres.
    Bon mardi, bisous.

  6. Il y aurait bien fallut un bon cyclone pour calmer les ardeurs des casseurs l’autre jour !!!

  7. Oui Jean, justement, il pleut à Saint Denis le soir depuis trois ou quatre jours, c’est sans doute ce qui a fait se déplacer les casseurs vers le Sud de l’île.

  8. ayant vu de près la tornade d’ Hautmont, je vois très bien ce que les habitants éprouvent devant les forces de la nature, avec ce sentiment de ne pouvoir rien faire d’ autre, qu’ attendre que ça passe .
    j’ ai aussi le sentiment qu’ il y a une recrudescence de ces phénomènes, et il faudrait étudier les possibilités de mettre le plus de monde possible à l’ abri, ce qui passe bien sur, par une information rapide !
    Le paradis n’ est pas sur terre !
    bonne journée
    bisous

  9. Merci Françoise d’être venue sur mon blog. Je dois avouer que je ne connaissais pas ce terrible cyclone alors que j’avais 19 ans à l’époque. C’est eneffet un souvenir terrible

  10. Bonjour,
    J’entend tous les jours, qu’à la Réunion tout va mal, mais chez nous en métropole, ce n’est pas beaucoup mieux, il y a aussi beaucoup de chômeurs, la vie est chère et on écoute les politiques se battre pour le poste suprême avec un salaire mirobolant. Mais je vais te dire une chose, je suis un ancien de 1968 et je ne voie pas beaucoup de changement depuis cette « révolution ». Promesses, promesses!!!
    Bonne soirée;

  11. Bonjour Françoise !

    Tout d’abord, je te remercie pour le commentaire laissé sur mon article, j’aime infiniment ton image de la poésie …Il me semble la voir, cette petite fille aux joues roses et aux reflets de l’aurore !
    Je viens de lire ton texte avec beaucoup d’émotion et un rien de stupeur aussi…
    Ce cyclone a été à l’encontre du « flair et de la foi » des habitants, il a tout déjoué.
    Je n’avais que 5 ans, aussi je te remercie de ce récit qui nous fait vivre ce drame humain, comme si l’on y était …Je n’en avais qu’une sommaire connaissance !
    Il est bon de partager les souffrances passées de nos frères, sur cette terre où la solidarité semble aller un peu à la dérive ….
    Bisous, françoise, que ta journée soit belle et douce : sabine.

  12. En réalité on ne peut donner tort ni au préfet ni au service météorologique de l’époque. Le Cyclone Jenny était tout simplement un cyclone hors norme.
    Il était de petite taille (sans doute un midget) et se déplaçait à une vitesse inhabituelle pour un cyclone.

    Un des premiers signe de l’approche d’un cyclone et la houle cyclonique qui la précède, or Jenny allait si vite qu’elle se déplaçait plus vite que la houle. Résultat à quelques heures de l’arrivé du Cyclone il n’y avait pas de vague, ce qui et du quasi jamais vu.

    Ensuite ça taille extrêmement concentré sur lui même, fait qu’il y a eu un temps magnifiquement dégagé et sans nuage à quelques heures du début des hostilités.

    Et comble de malchance Jenny était vraisemblablement un CTI dont le coeur du système ou se trouve les conditions les pires a touché directement la Réunion d’ou des rafales qui ont sans doute atteints les 270 km/h.

    Les moyens de surveillances météorologique de l’époque, les connaissances même météorologique, et l’administration n’étaient tout simplement pas prêt à un tel phénomène.

  13. Ping : Cyclone Dumile | FrancoiseGomarin.fr

  14. Ping : Bellepierre (1) | FrancoiseGomarin.fr

  15. Arrivé de métropole (B747 & Super Starliner) le 21 février 1962, à la question de mon père présent au pied de la passerelle : Que souhaites-tu découvrir?, j’ai
    répondu, sans réfléchir, « Un bon cyclone! » Une semaine après, mon voeu était
    exaucé ! Ancien de l’Aéronavale, tenir aux moteurs face au vent m’autorise à
    penser que certaines rafales ont dépassé les 300 kmh ! J’étais sur les lieux
    dès qu’un peu de calme est revenu. Tout ceci reste en mémoire, gravé à jamais!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *