Fric, pèze, flouze…

« Au nom du pèze, du fisc et du saint bénéfice, on essaye de nous détourner de nous-mêmes. Mais si tout le monde suivait sa propre voie, il n’y aurait pas de chômage: chacun trouverait sa place et aurait une tâche particulière à accomplir. » Quelques mots de Julos Beaucarne, artiste multiple : conteur, poète, comédien, écrivain, chanteur, sculpteur. Qu’en pensez-vous ?

Une liste des synonymes de pèze ? Fric, blé,oseille, pognon, pépètes… Déjà fait, LA (clic). Nous l’avons tous vu et bien compris, la société va mal, ça ne tourne pas rond. Comment arriver à changer le monde ? Stéphane Hessel et « les Indignés » ont ouvert une brèche, mais après que faire ? « Engagez-vous » dit le vieux monsieur dans un nouvel ouvrage. J’ai envie de vous faire partager quelques phrases du début de ce livre intitulé comme dit avant « Engagez-vous ! » : « … nous sommes aujourd’hui face à des situations insupportables et contre lesquelles nous devrions avoir le même type de réaction. A l’époque de la Résistance, nous étions indignés par l’occupation nazie, Auschwitz, le nazisme…

Je pense qu’il faut s’en indigner, notamment chez les jeunes. Et résister !

Résister, c’est considérer qu’il y a des choses scandaleuses autour de nous et qui doivent être combattues avec vigueur. C’est refuser de se laisser aller à une situation qu’on pourrait accepter comme malheureusement définitive. »

Alors qu’en dites-vous ?

Nous sommes nombreux à partager ce point de vue, non ? Il faut refuser le monde tel qu’il est devenu et il faut agir. Quand et comment ? A définir. Une larme à l’œil, je regardais samedi dernier à la télévision une émission « Tous ensemble », qui est une preuve que les Hommes peuvent être solidaires, comme pour les Restos du Cœur, les bonnes volontés sont là, sans intervention de l’Etat ou d’une structure officielle quelconque.

Je reviens à Julos Beaucarne et sans doute pensons-nous comme lui : « C’est la société qui est malade. Il nous faut la remettre d’aplomb et d’équerre, par l’amour, et l’amitié, et la persuasion. Sans vous commander, je vous demande d’aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches. Le monde est une triste boutique, les cœurs purs doivent se mettre ensemble pour l’embellir, il faut reboiser l’âme humaine.« 

Alors courage, commençons aujourd’hui tous ensemble.

9 réflexions au sujet de « Fric, pèze, flouze… »

  1. Les forces de l’argent sont obscures , elles ont vite fait de corrompre ses détracteurs.
    Cet ennemi est sournois , il se glisse en nous en nous refermant sur soi.
    La jeunesse a été trop choyée , elle a encore peur de tout perdre.

    Douce journée,Françoise

    Bisous

    timilo

  2. Je te souhaite une douce journée sans nuage.
    Un arc en ciel de bisous pour t’apporter de la douceur.

  3. Je suis d’accord avec l’analyse de Beaucarne, je crois que l’on peut faire chacun quelque chose pour que change le monde, il n’y a que comme cela qu’il s’améliorera.
    Et puis, on est responsable collectivement de cette situation, car l’on n’a que ce que l’on mérite ! On n’a qu’à pas laisser faire, il faut en effet se secouer.
    Bisous et bonne journée à toi.

  4. « Aimer plus que jamais ceux qui nous sont proches »…C’est un magnifique programme. Mais dans notre société actuelle, combien ignorent superbement ceux qui sont proches ? Je pense que tout est là…se soucier des autres….
    Bonne journée Françoise.

  5. J’ai lu et relu, le programme de Messieurs Hessel et Morin. Il implique forcément pour certains, un sacrifice financier. Le projet est ambitieux, puisqu’il ‘est basé sur une économie plurielle c’est à dire équitable, sociale, solidaire, capitaliste, tout en refoulant sa sphère financière. L’éthique économique est avant tout une priorité. Le mieux vivre y est prôné. N’est-ce pas une de nos revendications. Le matérialisme n’est pas la raison de notre existence. Pourquoi avoir plus, alors que nous possédons déjà beaucoup ? Lisez « le chemin de l’espérance » de ces deux messieurs, déjà âgés, mais fondamentalement modernes. Amicalement, Pimprenelle.

  6. Bonjour
    Oui la société est malade, parce que les gens sont malades….
    Les gens sont malades car leur raisonnement est malade…
    Les raisonnements sont malades, car ceux qu’ils écoutent sont malades…
    Et il n’y a pas de guérisseur !!! oui si il y en a 1 mais qui en veux ?
    Amitiés
    jean

  7. Bonsoir ma très chère Françoise
    J’adhère aux dires de Clara et de Jean
    Cependant nous sommes un peu tous responsables car chacun voit midi à sa porte
    Je te souhaite ma douce amie une bonne soirée
    Gros bisous Méline

  8. si on jette un coup d’ oeil sur l’ histoire de l’ humanité, on se rend compte qu’ il faut que la société tombe au plus bas, pour qu’ enfin elle réagisse !
    Noue en sommes donc aux prémices !

  9. Soyons à l’écoute de ces éveilleurs de vie que sont des gens comme Julos Beaucarne et Stéphane Hessel, c’est essentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *