La thune, la Lune ?

Qui se souvient de « Mets deux thunes dans l’ bastringue », cliquez ICI pour entendre ce vieux « tube ». Savez-vous ce qu’est une thune ? Il est vrai qu’aujourd’hui on parle de tune, de la thune, au singulier.

L’origine du mot « thune » remonte au XVII° siècle, en argot, une aumône, la pièce qu’on donnait à un mendiant. Au début duXIX°, il prit le sens populaire de la pièce de cinq francs. La thune désignait, vers 1910 dans le milieu ouvrier, le salaire journalier minimum de cinq (5) francs réclamé par les syndicats et les ouvriers. Le mot viendrait de Tunes, archaïsme pour désigner Tunis. (Le « roi de Thune » était le titre dont s’affublait le chef des mendiants à la Cour des Miracles.)

Lors du passage au Franc, la tune a pu alors désigner la pièce de cinq centimes. A quel moment est créée l’expression familière : « J’ai pas une thune » signifiant « Je n’ai pas d’argent en poche» ? Je ne le sais pas. La « thune» est généralement utilisée comme un nom indénombrable, souvent précédé par « de la » ou « de » : « J’ai de la thune. », « Si t’as trop de thune. », etc. Toutefois, il est courant de l’employer aussi comme un nom dénombrable dans le cas suivant : « Je n’ai plus une thune » (Tune et thune, les deux orthographes sont admises).

Certains racontent que ce mot pourrait venir du mot  »Fortune » dont on aurait gardé simplement la dernière syllabe. J’ai envie de dire que c’est vraiment n’importe quoi. En ce qui me concerne, ça ne me plait pas.

Pour parler d’argent en argot, il existe une foule de synonymes : blé, capital, denier, douille, espèces, ferraille, flouze, fonds, fortune, finances, fraîche, fric, galette, grisbi, mitraille, monnaie, oseille, picaille, picaillons, pèze, pièce, pognon, pécule, pécune, pépètes radis, ronds, sou, trésorerie… Liste non exhaustive que vous pouvez compléter dans les commentaires.

Comme « plaie d’argent n’est pas mortelle », que l’argent ne fait pas le bonheur, qu’il est fait pour circuler et surtout qu’on ne peut pas passer sa vie à pleurer sur l’argent qui nous manque,  qui nous est dû, qu’il nous faudrait, qu’on n’a pas, qu’on n’a plus, qu’on n’a jamais eu… je préfère en rire en écoutant une chanson utilisée comme hymne des restos du coeur pour 2011 : « On demande pas la lune ».

Cliquez ICI pour écouter cette version de « J’ai demandé à la lune » par les Enfoirés (« On demande pas la lune »), vidéo sous-titrée, avec des paroles à lire attentivement  (les paroles ne sont pas les mêmes que celles qui sont chantées), le titre est devenu « On ne demande que de la thune ».  C’est quelquefois grossier, un peu cruel pour certains des Enfoirés qui sont bons et généreux, mais certains méritent les critiques ; en leur for intérieur, ils savent ce qu’ils ont, ils savent ce qu’ils sont, ils savent ce qu’ils font et… ce qu’ils valent.

« J’ai demandé de la thune » Cliquez LA, version Anne Roumanoff. Superbes paroles à bien écouter et qui vont vous plaire, c’est sûr.

Si vous voulez écouter la version originale par Indochine, cliquez sur le titre « J’ai demandé à la lune »; vous verrez le clip officiel du groupe.

Bonne séance d’écoute. Avez-vous aimé la variété ?

——————

Mars 2013 : je me rends compte que les Enfoirés et Indochine ont bloqué l’accès aux vidéos, il ne reste qu’Anne Roumanov, ceci dit la plus intéressante.

11 réflexions au sujet de « La thune, la Lune ? »

  1. Bonsoir Françoise
    je suis déjà heureux d’avoir pu lire le texte, surtout que je ne m’étais jamais posé la question de savoir d’où venait tune!
    Pour les chansons je repasserais quand le conditions de chargement seront plus favorables.
    Bon vendredi
    Antonio

  2. J’aik toujours entendu l’expression « je n’ai pas une thune » pour dire qu’on n’a pas de sous mais je n’en connaissais pas les origines. J’aime bien tes liens musicaux et Anne Roumanoff est une humoriste que j’adore. Bon week-end, bisous

  3. Bonjour françoise, la version des enfoirés est trop sympa, sur la thune…il est vrai que ce terme est bien employé encore de nos jours, l’autre fois, au moment de payer le café, j’ai un ami qui m’a dit ne pas avaoir une thune sur lui, c’est drôle, alors c’est moi qui ai sorti mon flouze…merci de ton gentil coucou chez moi, bise, et passe une bonne journée…

  4. ah « mets deux thunes dans le bastringue », une chanson qui nous rappelle « Jean Constantin », merci pour tous ces éclaircissements, et enregistrements…bonne journée, bisous

  5. Ping : 25 novembre | FrancoiseGomarin.fr

  6. Qu’on est fort thunés ! ?
    Ca dépend.
    MAIS Avec ou sans fortune, de toutes façons, je crois que nous sommes tous dans la mouise en ce moment. Plus ou moins bien sûr.
    Et ça ne va pas s’arranger si vite que ça.

  7. Chère Françoise,
    La thune en ce moment est ce qui préoccupe le plus tout le monde :
    – les riches qui en veulent toujours plus
    – les pauvres qui en cherchent
    – ceux qui sont assis dessus !
    Il faudrait qu’elle circule, car l’argent est un fluide et… un fluide circule, normalement !
    Bises et bonne journée.

  8. chaque niveau dans la société, devrait pouvoir assurer son maintien !
    On peut être heureux avec peu d’ argent, si on vit de façon humble, alors que j’ en suis moins sur pour les riches, toujours dans l’ anxiété de perdre ce qu’ ils ont, et qui demandent pas mal de thunes, rien que pour l’ entretien !
    Je t’ avoue croire plutôt en une sorte de pub pour eux mêmes, lorsque je vois chanter pour la misère !
    Parmi ceux qui fréquentaient Coluche, il y avait de vrais enfoirés, du genre à voler, et à juste donner ce qui permettait de payer moins d’ impôts.
    Je reste persuadé, qu’ il y a des artistes qui donnent, mais ce ne sont pas ceux dont on parle !
    bonne soirée
    bisous

  9. Un article bien documenté ! Je ne m’étais jamais penchée sur la question de l’origine de ce mot ! Me voilà renseignée Les parodies sont intéressantes, et d’actualité !
    Bisous Françoise

  10. Ping : Fric, pèze, flouze… | FrancoiseGomarin.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *