Proverbe créole (2)

Comme promis, un nouveau proverbe créole  et les idées qui me viennent tout autour de ces mots, expression de la sagesse populaire : « Lo tan perdi, lo tan fouti« .

Le temps perdu, le temps foutu… Le temps perdu ne se retrouve plus.

Barbara le chantait si bien. Clic ICI pour voir et écouter « Dis quand reviendras-tu ? »

Que le temps passe vite !  C’est ce que je me dis chaque jour ; en regardant mes enfants et mes petits-enfants, c’est encore plus impressionnant. Chaque jour qui passe ne reviendra jamais à l’identique. «Avec le temps va tout s’en va… avec le temps tout fout l’camp» chantait Léo Ferré. Clic LA si vous avez envie de ré-écouter.

Que faire devant cette fuite du temps ? Le temps passe et il nous est compté. Voilà qui est angoissant car chaque minute qui s’écoule nous rapproche de l’échéance fatale, finale. C’est bien parce que je pense à la fin de ma vie et à la fin de vie de tous ceux que j’aime, à cette brièveté de la vie, à cette fragilité, que tout ce que je vis prend une valeur incalculable. J’ai tant à faire et le temps manque. Comment faire des choix pour vivre au mieux ? Pour laisser un bon souvenir ? Pour partir sereine en me disant j’ai fait ce que je devais, que j’ai fait pour le mieux ?

Curieusement, il me semble que plus le temps passe et moins je suis pressée, moins angoissée aussi ; est-ce ça vieillir se calmer, devenir sereine, sage ?

Je crois aussi qu’avec les années qui se sont écoulées, certaines douleurs, qui restent et resteront sans doute toujours présentes, sont de moins en moins vives et ceux qui m’ont causé ces souffrances n’ont plus la même importance. Ils ont été et ne sont plus, du moins ils ne sont plus aussi importants. C’est fini. Il reste des traces, des regrets, c’est tout. Ont-ils eu des remords ceux qui m’ont blessée ? C’est leur problème. Aujourd’hui, j’arrive à rire de mes souvenirs, de presque tous mes souvenirs. Difficile de vivre sans se poser, à un moment, des questions sur les pourquoi et les comment ; heureusement qu’on finit par lâcher prise et que l’on devient capable sinon de pardonner au moins de ne plus ressasser.

Quand on rumine, on ne peut pas vivre, et là, le temps est perdu. Apparemment, tous les hommes ont du mal à vivre heureux, ne sachant comment »prendre » le temps. Voilà une des « Pensées » de Blaise Pascal.

« Nous ne nous tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l’avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours, ou nous rappelons le passé pour l’arrêter comme trop prompt, si imprudents que nous errons dans des temps qui ne sont point nôtres, et ne pensons point au seul qui nous appartient, et si vains que nous songeons à ceux qui ne sont rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C’est que le présent d’ordinaire
nous blesse. Nous le cachons à notre vue parce qu’il nous afflige, et s’il nous est agréable nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l’avenir, et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance pour un temps où nous n’avons aucune assurance d’arriver.

Que chacun examine ses pensées. Il les trouvera toutes occupées au passé ou à l’avenir. Nous ne pensons presque point au présent, et si nous y pensons ce n’est que pour en prendre la lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin. Le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre, et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais.« 

Pour être heureux, n’oubliez pas « Carpe diem ». A dire vrai, la phrase complète est  Carpe diem quam minimum credula postero, ce qui signifie littéralement « Cueille le jour présent et sois le moins confiant possible en l’avenir ». Même sans avoir des lettres (latines), d’expérience, chacun avait compris tout seul.

Pas vous ?

14 réflexions au sujet de « Proverbe créole (2) »

  1. oui difficile de rattrapper le temps perdu.
    tiens je ne savais pas que carpe diem se prolongeait! j’en apprends bcp ici!
    un gros bisous pour une belle journée…soirée c’es un peu tard pour toi!

  2. Vous avez écrit un très beau billet, Françoise, sur le temps. Proust n’aurait pas fait mieux, bien que ce fût une autre histoire. Je crois que le temps qui nous est confié, consiste à transmettre : sa culture, son histoire. Il y a 5300 ans, naissait l’écriture à Sumer. En Mésopotamie « le pays d’entre les fleuves », qui est aujourd’hui l’Irak et hier la Babylonie, les hommes inventèrent l’écriture. Les signes ne représentent plus seulement les choses mais leur nom. Cunéiformes, hiéroglyphes égyptiens, calligraphies arabes, idéogrammes chinois : les scribes consignent la mémoire des hommes et des peuples. Nous avons donc du temps à transmettre, à dispenser à nos enfants, petits-enfants, et arrières petits-enfants. Il est vrai que les temps sont difficiles et que nos aspirations d’ados restent ancrées en nous, bien que nous ayons perdu nos illusions. Quand j’entends tant de querelles à Gauche comme à Droite, la raison en est, qu’ils n’ont plus d’idées à débattre. Edgard Morin pense qu’il reste tout à réformer ! Quel programme ! Bonne nuit. Pimprenelle.

  3. Le temps perdu , est-il vraiment perdu , tout dépend .
    Il faut savoir aussi remettre à demain , ce que l’on fait rapidement aujourd’hui ,
    La réflexion demande du temps , et ce temps-là n’est pas perdu , il nous évite bien des erreurs , surtout dans cette société où soi-disant le temps se mesure en argent.
    J’aime perdre du temps , mon imagination compense
    Une belle réflexion qui mériterait un commentaire plus développé , mais j’ai rendez-vous à 8 heures et ce n’est à côté.
    Douce et agréable journée Françoise
    Bisous
    TIMILO

  4. même si on ne fait rien le faire intensément..la minute écoulée est effectivement non rattrapable

  5. … oui c’est vrai, le temps perdu ne se rattrappe pas ! merci pour ce beau billet , profitons du présent au maximum….l’avenir est par nature incertain ! .bonne journee bisous

  6. Ma fille, 10 ans, qui trouve que le temps passe trop vite … me dit : « Oui, Maman, il faut profiter de chaque SECONDE »

  7. à vrai dire, le présent n’ existe pas, puisqu’ il est de suite passé !

    Souvent aussi, un proverbe s’ accompagne d’ un presque contraire !
    ainsi dit on aussi qu’ il n’ est jamais trop tard pour bien faire.
    Chaque phase du passé est atténué par celui qui suit, et seuls quelques évènements le réveillent.
    IL m’ est bien difficile de comprendre ce que nous venons faire sur terre, comment nous y sommes apparus, sans me dire qu’ il y a un grand ordonnateur, dont il nous est difficile sur terre de comprendre le but .
    disons que ça m’ arrange de croire, lorsque je constate que les  » méchants  » ont souvent la belle vie !
    bonne journée
    bisous

  8. Bravo pour cet article ! Le temps passe vite c’est exact. L’échéance fatale ? je pense qu’il est préférable de ne pas y penser, de ne pas ruminer…Ce qui est, ce qui aurait pu être, acceptons, sans lâcheté, mais sans rancoeur. La vieillesse arrive (pas si vite que ça !), c’est inéluctable. Ne perdons pas notre temps à y penser, ça serait du temps perdu et…foutu ! Nous ne dirigeons rien…
    Je sens que je pourrais discuter pendant des heures ! ça serait trop…et mon temps serait perdu ! (le vôtre aussi)…
    Je vous embrasse.

  9. Disons qu’il ne faut pas y penser, et profiter de chaque instants avec joie, et si le temps passe, ça nous permet de progresser et de s’améliorer non ?
    Bonne journée Françoise et j’espère que tu as toujours de la chaleur, car ici c’est pas vraiment ça lol !
    Gros bisous

  10. j’ai perdu mon temps , il m’a attrapé un matin de décembre … j’ai vu la mort du temps et maintenant c’est moi qui suit mon temps … celui qui passe sans plus me voir … celui qui fait la pluie ou le beau temps aussi …. et je ne perds plus de temps …je le prends le temps ….

  11. Tes articles sont d’une belle densité et ta culture l’est aussi. Merci d’étancher notre soif d’apprendre, malgré nos âges et nos expériences. Tous nos actes se déclinent au passé, alors il faut s’y faire (comme pour le cheval à six pattes !). Vive demain, c’est là que se trouve l’éternité ! Ici, 3° Celsius, brouillard et feuilles oxydées. Mais ce n’est que l’automne… alors la vie est belle ! Je vais m’abonner à ton blog, avec ta permission !
    Jonas

  12. Il faut vivre intensément le temps présent
    et même çà passe quand même vite trop vite tu as raison
    profiter des ptits bonheurs au quotidien sans doute nous rendent plus sage
    que de courir après je ne sais quoi…
    les expériences difficiles rencontrées sur le chemin nous font grandir aussi
    et dédramatiser certaines situations
    Tout est très bien exprimé ds ton article merci Françoise j’ai beaucoup aimé aussi
    relire cet extrait des « pensées » de pascal
    Carpe Diem donc 🙂 bonne soirée à toi, bisous

  13. plus on avance en age, plus on s’en rend compte en effet
    très joli proverbe plein de sagesse
    bisous, Françoise

  14. Mais que Oui ! en vieillissant tout peut s’apaiser . Mais peut-être faut-il apprendre à renoncer ? en tout cas à lâcher-prise ! C’est sûr . Enfin, pour moi, c’est ainsi ! …
    Bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *