Lanceurs d’alerte

J’aime les lanceurs d’alerte car, très souvent, ils dénoncent des faits dangereux. Il n’y a pas de fumée sans feu, cependant se pose un problème majeur : au milieu de tout ce qui circule grâce à internet, il n’est pas toujours aisé de démêler le faux du vrai. Attention : le premier qui dit la vérité (air connu) essuie bien des déconvenues et court des risques. Comment ne pas se faire piéger par les fausses informations ? Comment laisser éclater une “vraie vérité” ?

La notion de “lanceur d’alertes” est apparue en français à propos d’alertes sanitaires et environnementales dans les travaux sociologiques publiés en 1999 dans l’ouvrage intitulé “Les sombres précurseurs”.

Les lanceurs d’alerte signalent un état de fait et tentent de mettre en lumière des comportements illicites ou dangereux pour le bien commun, l’intérêt général. Il s’agit généralement d’une personne ou d’un groupe qui estime avoir découvert des éléments qu’il considère comme menaçants pour l’Homme, la société, l’économie ou l’environnement et qui, de manière désintéressée, décide de les porter à la connaissance d’instances officielles, d’associations ou de médias, souvent contre l’avis de sa hiérarchie. À la différence du délateur ou du traitre, le lanceur d’alerte est de bonne foi et animé de bonnes intentions,  il est simplement désobéissant ; c’est un rebelle, un résistant.

Les lanceurs d’alerte contribuent à une meilleure information des citoyens et permettent de prévenir de scandales et de tragédies, de préserver biens publics ou même des vies humaines, ils contribuent au bon fonctionnement démocratique. Ils sont le dernier recours lorsque les contrôles sont défaillants et jouent un rôle fondamental dans la lutte contre la corruption.

Malheureusement, ils sont très souvent la cible d’intimidations, de menaces, de représailles (licenciement, emprisonnement…), de diffamation ou de harcèlement… Le (ou la) lanceur(se) d’alerte prend des risques réels au nom de la cause qu’il entend défendre et diffuser : il met souvent en risque sa santé financière ou physique, sa tranquillité, celle de son couple, de sa famille, sa sécurité personnelle et son image (en cas de médiatisation, son nom et son visage sortent de l’anonymat). Les lanceurs d’alertes sont régulièrement l’objet de poursuites-bâillons : des procédures judiciaires dont le but réel est de censurer et ruiner un détracteur, le plus souvent une poursuite civile pour diffamation, des menaces de poursuite visant à intimider ou à l’épuiser financièrement dans le seul but de la réduire au silence.

Je veux vous rappeler qu’il faut, à tout prix, protéger les lanceurs d’alerte et ne pas hurler avec les loups, tous ceux qui ont le pouvoir.

Je pense à Erin Brockovitch qui s’opposa à la Pacific Gas & Electric Company (ne manquez pas de revoir le film qui lui est consacré), à Jeffrey Wigand, cadre de l’industrie du tabac qui révéla au début des années 1990 que cette industrie connaissait et cachait depuis longtemps le caractère addictif et cancérigène des cigarettes, à Václav Havel représentant de l’opposition intellectuelle tchécoslovaque qui dénonça l’oppression intense qui a marqué la Normalisation  en Tchécoslovaquie, à Henri Dunant (1828-1910), initiateur de la Croix-Rouge, à Laurent Cuenca ex-gardien de la Paix, CRS 24, coupable et condamné pour affranchissement au devoir de réserve et déloyauté, à Alexandre Soljenitsyne (1918-2008) qui a dénoncé le goulag soviétique…

Il y en a eu des courageux, aidons-les ceux qui tentent encore quelque chose au lieu de nous cacher et de laisser faire le Pouvoir en place.

Un souvenir de 1968, une affichette sur laquelle le Général De Gaulle “muselait” la jeunesse. 

Manu aujourd’hui et bien d’autres gouvernements bâillonnent l’ensemble de la population. Jusqu’à quand ? Jusqu’où nous laisserons-nous faire ?

Share

1 réflexion sur « Lanceurs d’alerte »

  1. on peut aussi parler de ces professeurs qui dénoncent l’ islamisme rampant !
    Le danger de dire la vérité explique parfois pourquoi au départ on parle de rumeur !
    à rumeur et lanceur d’ alerte, il faut ajouter censure !
    difficile de s’éloigner de la doxa sans être désigné comme factieux, génération identitaire en est un exemple !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *