Résistance (3)

La résistance peut prendre de multiples formes : la révolte, la désobéissance civile. C’est toujours un combat mené contre quelque chose, une lutte dans laquelle sont engagés des adversaires qui attaquent ou se défendent en faisant usage de tous les moyens dont ils disposent : des armes, leurs mains, leurs idées ou des mots.

Une petite leçon de vocabulaire pour rappel ? Ce sont les vieilles habitudes qui refont surface (prof un jour, prof toujours) : il faut bien s’occuper et continuer à semer.

La résistance est donc :

  • Tout phénomène physique qui s’oppose à une action ou à une force.
  • L’action de résister, la capacité variable de résister, d’annuler ou de diminuer l’effet d’une force, d’une action subie.

En mécanique, on parle de résistance des matériaux c’est-à-dire de l’étude des propriétés mécaniques des matériaux et des conditions dans lesquelles ils résistent et se déforment lors de leur emploi, de leur résistance à quelque chose : résistance au choc, à l’usure, à la compression, au déchirement, à l’éclatement, à l’écrasement, au feu, à la flexion, au roulement, au tirage, à la torsion, à la traction.

En électricité, la résistance c’est l’opposition au passage du courant ou dans le cas de la résistance chauffante, un conducteur connecté directement à une source de courant utilisé pour transformer l’énergie électrique en chaleur. Je me souviens vaguement de ces ohms en physique et d’une “bouteille de Leyde” mais j’ai passé un bac Philo alors maths et physique, pff…

On évoque quelquefois la résistance aux médicaments, une aptitude acquise par un microorganisme ou des parasites à survivre et éventuellement à se reproduire en présence d’un médicament qui normalement devrait les détruire ou les empêcher de se multiplier, c’est ce qui a incité à communiquer sur le fait que “les antibiotiques, c’est pas automatique“.

En biologie médicale,  on a démontré que le fameux vaccin, BCG met l’organisme qui l’a reçu en état de résistance vis-à-vis d’une contamination par ce bacille virulent (bacille de Koch). Qu’est-ce qu’on nous dit et qu’est-ce qu’on sait vraiment sur ces nouveaux vaccins anti Covid ? Personnellement je ne vais pas me précipiter parce que mon cerveau me conseille de songer à la résistance vitale dont nous sommes, a priori tous dotés, cette propriété des organismes à se maintenir en vie, à réagir seuls aux facteurs de destruction (les plus solides s’en sortent, c’est une loi de la nature, la sélection naturelle bien plus “belle” que la sélection par le fric ou le népotisme.

La résistance d’une personne, son énergie, son bon état physique permet de supporter sans dommage grave des atteintes et des agressions diverses. C’est un synonyme d’endurance.

La résistance c’est un combat mené contre un envahisseur, un occupant indésirable. Avec une majuscule, au cours de la Seconde Guerre mondiale, c’est l’action clandestine menée en France et en Europe contre les armées allemandes d’occupation et  le mouvement qui en découle a pris ce nom. La Résistance du maquis du Vercors, par exemple.

La résistance peut être qualifie  d’absolue, acharnée, admirable, énergique, héroïque, inflexible, invincible, suprême, ultime, victorieuse, vigoureuse, vive  et même quelquefois inutile, moindre.

Si la résistance est le refus d’accepter de subir des contraintes, des violences et/ou des vexations, jugées insupportables, violences exercées par une autorité contre les libertés individuelles ou collectives, il faut entrer maintenant en résistance. Il est désormais trop tard pour la résistance à l’impôt ; avec le prélèvement à la source les travailleurs, les retraités se sont bien fait avoir. Résistance à l’abus, à l’arbitraire, à l’injustice, au mensonge, à la tyrannie, par tous moyens : soulèvement, insurrection, grèves illimitées, ou même, une fois encore, de manière non violente : il faudrait l’union des Français, tous sortir, partout dans le pays, après les heures de couvre-feu avec enfants et vieillards, tous le même jour, à la même heure. Face une foule dense, tranquille, les policiers ne peuvent pas agir de manière violente ; encore que des précédents ont bel et bien existé (je pense au film “Germinal” ou à la fusillade de Fourmies). 

Par antinomie de termes, certains parlent de non-résistance alors que moi je pense à :

  • abandon (laisser-aller, paresse, veulerie)
  • abdication (renonciation)
  • acceptation
  • acquiescement
  • assentiment
  • capitulation (juin 1940 avant l’appel du 18 juin)
  • collaboration (les années 1940 quand “Papy fait de la Résistance“, moins drôle en réalité)
  • coopération (les périodes néo-coloniales)
  • défaitisme
  • déroute
  • faiblesse
  • fuite
  • lâcheté
  • obéissance (infantilisante)
  • passivité
  • soumission (cours de dressage de mon chien)…

Share

1 réflexion sur « Résistance (3) »

  1. Je remarque que les mauvaises herbes sont plus résistantes que les légumes, les pâquerettes que nos fleurs d’ agrément, en gros le négatif que le positif !
    il est donc plus difficile de faire tomber un dictateur qu’un démocrate.
    Pour le moment, le gouvernement a tenu parce que les forces de l’ ordre ont tenu, mais ces dernières ont une vie privée, une femme, des enfants de la famille, pas forcément d’ accord avec le régime !
    Je pense que si tous les mécontents se retrouvaient dans la rue, la résistance gagnerait !
    Bonne fin de semaine Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *