Ô Toulouse !

Jamais je ne pourrai chanter Toulouse mieux que Claude Nougaro mais j’aime cette région même si n’est pas aussi rose que certains peuvent le croire. Il n’empêche que j’aime l’Occitanie depuis toujours, j’ai d’ailleurs été baptisée dans la région et j’y ai passé de nombreuses vacances durant ma jeunesse, certes plus près de Narbonne et de Carcassonne mais c’est bien l’Occitane.

 

Ô mon paîs, ô Toulouse
Un torrent de cailloux roule dans ton accent
Ta violence bouillonne jusque dans tes violettes
On se traite de con à peine qu’on se traite

A Blagnac, tes avions sont plus beaux
Si l’un me ramène sur cette ville
Pourrais-je encore y revoir ma pincée de tuiles
Ô mon paîs, ô Toulouse, ôhooo Toulouse

J’aime cette idée que je fais mienne : “Ici, même les mémés aiment la castagne” (il n’y a pas d’âge pour cesser de se défendre), idée qui me rappelle un autre Occitan : Georges Brassens (né à Sète) et sa chanson interdite “Hécatombe” dont l’histoire se déroule “Au marché de Brive-la-Gaillarde” (commune de Corrèze, aujourd’hui en Nouvelle-Aquitaine mais historiquement en Occitanie). J’ai des souvenirs de revendications  d'”Occitanie Libre !” (relire ce billet de 2015 dans lequel, une fois de plus, je jouais les Cassandre) et j’avoue que j’ai très envie d’indépendance aujourd’hui quand je vois comment Toulouse et cette région est oubliée par les décideurs à l’accent pointu.

Et puis, que penser de ces parachutés qui arrivent dans des villages de ces contrées qu’ils jugent arriérées, baratinant, embobinant la population pour mieux la mépriser, la brocarder, la saigner ? Pensent-ils que leurs méfaits resteront longtemps ignorés et surtout impunis ?

Si la culture de l’impunité persiste depuis des lustres en France et ailleurs,  c’est l’un des problèmes les plus graves affectant les droits de l’Homme, croient-ils, nos “dirigeants” que cette situation va perdurer ? Il me semble que la colère monte et que le réveil risque d’être brutal pour certains et il me revient en mémoire ce slogan de mai 1968 :

Le droit de vivre ne se mendie pas, il se prend.

J’espère que, tous ensemble, nous nous en souviendrons un beau matin.

 

Share

1 réflexion sur « Ô Toulouse ! »

  1. J’ai lu et entendu que notre gouvernement trouve l’immigration musulmane parfaitement justifiée, et que le seul problème qu’elle pose serait sa mauvaise répartition !
    Ces messieurs veulent donc vider ces camps qui la foutent mal pour répartir en province, alors même que la gendarmerie signale l’explosion des violences diverses !
    Il faudra bien voter !
    Merci pour Nougaro
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *