Bravo !

Bravo à Jean-Michel Blanquer et à ce gouvernement de branquignols ! Bravo pour ce manque de clarté absolue dans tous les domaines ! Il navigue à vue et ce pauvre bateau France est en train de couler. La gestion de cette pandémie : confinement puis déconfinement, ce n’est qu’une vaste fumisterie.

La grippette n’était pas prévisible, les élections municipales devaient se tenir sans problème (avec les conséquences que l’on connait aujourd’hui), les masques étaient inutiles, le système de santé efficace, les décisions prises de manière réfléchie, la gestion de la crise parfaite (Manu était content de lui lors de sa dernière prestation télévisée) : les écoles ne devaient pas fermer, tout était bien organisé, on ne manquait de rien. Puis il nous a fallu nous confiner, présenter des autorisations de sortie, porter des masques bricolés, en coudre bénévolement (à nos frais : tissu, fil, élastique, temps de travail…), trouver du gel hydro-alcoolique, être ensuite contraint de porter des masques inutiles quelques jours auparavant, ne pas se réunir à plus de dix avec des exceptions, bien sûr, comme toujours en France. J’arrête la liste car ce soir, j’avoue que c’est le pompon ! Le comble, le bouquet si vous préférez :

les enfants doivent obligatoirement retourner à l’école le 22 juin,

mais dans quelles conditions ?

  • Les écoles et les collèges, mais pas les lycées, accueilleront tous les élèves à partir du 22 juin, a annoncé Emmanuel Macron dimanche : « Dès demain en Hexagone comme en Outre-mer, les crèches, les écoles, les collèges se préparent à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves de manière obligatoire et selon les règles de présence normales »,
  • le protocole sanitaire est maintenu dans les lycées et le contrôle continu prévaudra pour le baccalauréat (depuis le temps que certains voulaient supprimer cet examen), Le 6 avril dernier, le ministre de l’Éducation nationale avait assuré que « tous les lycéens auront cours jusqu’au 4 juillet » et que la plus grande assiduité était attendue.
  • les mesures sanitaires sont assouplies : des masques selon les âges, les heures, les lieux, les distances. Le lavage des mains et la désinfection des espaces,.. Plus rien n’est clair et surtout, tout est presque impossible et semble irrationnel.
  • Aujourd’hui plus aucune distanciation dans les écoles maternelles comme s’il ne s’était rien passé avant, tout ça parce que l’économie doit repartir, les capitalistes s’enrichir. Dans les écoles élémentaires, c’est un savant calcul qui doit être fait mais si les chiffres ne peuvent être respectés, on fera comme si c’était bon.

Au départ c’était quatre (4) mètres-carrés par élève (un carré de deux sur deux, soit au minimum 120 mètres carrés pour mettre 30 élèves dans une classe, sans meuble et sans « professeur des écoles ».) puis c’est devenu un mètre entre les élèves et certains ont dit, il ne sait pas compter Blanquer, c’est pareil ! Mais non, c’est plus subtil.

  • un mètre à droite, un mètre à gauche, un mètre devant et un mètre derrière, c’est le même mètre pour deux enfants (un mètre entre deux), ce qui réduit réellement la distance « occupée » à 1/2 mètre de chaque côté. Les 4 mètres-carrés correspondaient à deux mètres de distance entre chaque élève, là c’est un mètre-carré.
Un petit croquis vaut mieux qu’un long discours.

Bref, tout ça pour résumer que de toutes façons, c’est le grand n’importe quoi. On se fout de nous ! On nous ment : le 28 mai, le ministre avait dit que « toutes les familles qui le souhaitent doivent pouvoir scolariser leur enfant au moins une partie de la semaine » alors qu’il savait très bien que c’était impossible du fait d’un protocole qu’il affirmait vouloir garder strictement.

Ils ne réfléchissent pas, ou mal, ils ne connaissent pas la réalité, les ministres et le président .(On la leur cache souvent, je l’ai constaté quand j’étais prof : les chefs d’établissements veillaient à  faire balayer les abords, nettoyer les salles de cours voire les repeindre en cas de visites officielles, une en entier et pour les autres le mur qui se voit de dehors).

  • Pour ces huit derniers jours de « cours », qui va  déménager une fois de plus le mobilier dans les classes  ? (sans parvenir à faire rentrer à la fois les élèves et le mobilier en respectant les ultimes consignes). 
  • Qui fera ces nouveaux déménagements, les troisièmes au moins depuis mars ? Pas les employés municipaux déjà débordés mais ces « feignasses d’enseignants », pendant leurs heures de repos, le soir et le samedi-dimanche. (Je ne les applaudis pas mais je les admire et les aime car la plupart sont dévoués, même s’il y a des brebis galeuses, parmi eux, comme partout.)
  • Les enseignants n’étaient pas en « vacances », pour reprendre un mot de JM Blanquer, mais en enseignement à distance. Une majorité, dans le premier degré, a même cumulé enseignement en classe et à distance alors qu’ils n’étaient pas obligés de le faire. Difficile d’oublier la moitié de ses élèves quand on est un bon prof !
  • Comment sur un bureau à deux places peut-on installer deux élèves à un mètre de distance ? Il faudrait doubler le nombre de bureaux par classe ou « ne plus en avoir comme en 1880 »,  avant Jules Ferry, aurait dit le recteur de Seine-et-Marne à Chelles. 
L’image contient peut-être : texte qui dit ’"Aujourd'hui corps enseignant trouver des solutions pour accueillir les élèves et je leur fais totalement confiance", compris si la solution réside fait d'enlever tables. pas partir sur l'idée que ça ne va pas marcher, il y a deux solutions soit vous trouvez une solution pour que ça marche on accumule les obstacles et ne va pas être populaire. La classe ne s'est pas toujours passée avec des élèves assis à des tables. Avant 1880, les élèves n'avaient pas de les classes.’

Je suis surprise par le « on ne va pas être populaire ». Qu’est-ce que cette mentalité ? Les justes, les sérieux, les droits sont rarement populaires mais ils restent justes, sérieux, droits.

Moi ce que je constate simplement c’est que le petit Manu fait mieux que ces prédécesseurs, il réussit encore mieux à diviser les Français, sur tous les fronts, sur tous les plans et à les dresser les uns contre les autres parents contre enseignants et le plus beau : flics contre soignants mardi. Bravo !

Une dernière remarque : la réforme des retraites est toujours au programme. Le Covid-19 a occis quelques vieux (à grands renforts de Rivotril) mais le plan n’est-il pas plus machiavélique encore  ?

Pour se débarrasser de quelques autres retraités, il suffirait de les contaminer et de ne pas leur donner les moyens de se soigner rapidement.  Je m’explique :

  • si le virus traine encore,
  • si une deuxième vague de la pandémie est possible,
  • en renvoyant à l’école tous les enfants les plus jeunes pour huit jours de classe,
  • en renvoyant les parents au travail ou même en les laissant en télétravail à la maison,« 
  • en mettant ensuite les enfants les plus jeunes chez leurs grands-parents (c’est gratuit pour les parents, ça maintient les grands-parents en forme, ça instruit les petits et ça permet des câlins, des cadeaux supplémentaires),
  • on multiplie les risques de contamination entre les jeunes asymptomatiques` et les plus âgés  plus fragiles,

Belle méthode pour occire quelques vieux supplémentaires et créer des angoisses et de la culpabilité chez les plus jeunes. L’art de démolir la population !

J’ai peur pour tous les enfants et les jeunes.

Rien ne va plus ! Où est la nation fraternelle et unie ?

Share

2 réflexions sur « Bravo ! »

  1. oui chere Françoise où est la nation fraternelle et unie ?
    cette reprise , c’est en effet du grand n’importe quoi ? le corps enseignant se trouve face à des difficultés insurmontables, et on va encore leur faire porter le chapeau ! le petit Manu, fait bien les choses, nous sommes tous divisés, comme hier devant cette infirmière qui a pété les plombs apres avoir été gazée, les informations ont été soigneusement présentées, pour lui donner tous les torts, on ne parle pas des casseurs, dont aucun n’a été arreté ! comme c’est curieux ! la haine monte un peu partout, c’est vraiment inquietant , amities et bises

  2. Jamais encore on a vu un gouvernement aussi retors, il faut dire que nous avons un président champion des magouilles et du mensonge.
    Attali l’ a souhaité, Edouard Philippe l’a fait, et de nombreux retraités sont décédés sans même la consolation d’ avoir la famille auprès d’eux !
    Incompétence, incohérence, comment se fait il que le peuple n’ait pas encore demandé la tête de ces ministres chaotiques ?
    Quelle folie aussi de vouloir un retour à l’école, pour le temps qu’il reste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *