Maladresse

Maladroit : qui n’est pas adroit ; qui manque d’adresse, d’habileté. Adroit : celui qui parvient aisément, grâce à des dispositions acquises ou innées, à atteindre un but, à obtenir un résultat ou qui, grâce à certaines dispositions morales ou spirituelles appropriées, parvient aisément à ses fins.  La maladresse est le caractère, la qualité de celui ou de ce qui est maladroit. Par métonymie, manifestation d’un manque de savoir-faire, de savoir-vivre, d’habileté ; action maladroite.

Voilà un mot à la mode en ce moment il me semble. Cette semaine a été la scène de nombreuses « maladresses » autour de moi dont celle plus « connue » de la SNCF  dont j’ai parlé dans le billet « Le poids des mots« .

Un homme d’une trentaine d’années a écopé d’une amende de cent euros pour avoir donné de l’argent à une personne mendiante dans la gare de Toulouse. La SNCF reconnaît une maladresse.

Il serait bon d’en rire, c’est ce que je fais souvent car je suis une gaffeuse et les maladresses, je connais (excès de parole et grande naïveté) mais la répétition de maladresses est inquiétante car elle dénote souvent d’un manque de savoir-vivre, pas forcément lié à l’éducation mais surtout à une fâcheuse tendance à l’égoïsme et/ou à la bêtise.

Oublié l’intérêt général, on ne pense plus qu’aux intérêts particuliers, à sa petite fierté, au moment de gloire qu’on va pouvoir tirer. Pour s’en rendre compte, il suffit de participer, bénévolement, à des associations.  J’ai donné, j’ai connu des surprises et ça continue, je me demande toujours jusqu’où peuvent aller certaines « belles personnes » qui se disent bienveillantes et se trouvent dévouées quand elles lancent insidieusement des idées ou des petites phrases posant problème au groupe. Maladresse, disent-elles quand ça passe mal. J’ai trouvé quelques synonymes de maladresse dont l’éventail est large :

  • bêtise, sottise, balourdise, ânerie, ineptie, connerie
  • étourderie, gaucherie, naïveté
  • bévue, impair, erreur, gaffe, bourde, boulette, faux pas
  • ignorance, incapacité, inhabileté
  • imprudence
  • grossièreté
  • couillonnade ; couillonnise pour les Réunionnais…

S’il y a tant de mots pour exprimer la maladresse, c’est sans doute que celles-ci sont habituelles, fréquentes et anciennes.

Et si ce n’était qu’une manière de cacher une méchanceté latente ? Je ne voulais pas y croire mais je dois avouer que je me pose de plus en plus souvent la question. Méchanceté ? Bêtise ? Les deux ? 

Les humains deviendraient-ils tous des Dalton ? Bêtes et méchants, agissant sans réfléchir. Je finis la semaine en chanson, ça fait du bien.

Ecoutez, bonnes gens, la cruelle et douloureuse histoire des frères DALTON qui furent l’incarnation du mal… Et que ceci serve d’exemple à tous ceux que le Diable écarte du droit chemin.

Un peu d’espoir (de rêve) pour terminer, en pensant à nos Dalton actuels :

Mais la justice veillait…
Comme tous les jours leurs têtes augmentaient d’vingt centimes
Qu’ils étaient vaniteux et avides d’argent
Ils se livrèrent eux-mêmes pour toucher la prime
Car ils étaient encore plus bêtes que méchants.

Share

2 réflexions sur « Maladresse »

  1. ah, les associations où tu vois les femmes supposées les plus riches se servir dans les habits ou les jouets récoltés, ou encore, les responsables de restaurants Coluche ou Saint Vincent de Paul revenir chez eux avec les phares éclairant le ciel tant ils sont chargés ?
    non merci, c’ est fini pour moi !
    et tu auras comme moi pu remarquer combien la moindre casquette ou barrette peut transformer un homme ou une femme !
    Passe un bon dimanche Françoise
    Bisous

  2. …nous cotoyons helas tous les jours, la bêtise ou la maladresse ! qui sont souvent synonymes ! mais tu as raison ça peut aller jusqu’à la méchanceté ! surtout pour ceux qui sont investi d’une certaine autorité , esperons que ça n’ira pas jusqu’à la généralisation des « Dalton » !! bon dimanche bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *