Pintade

L’épisode XIX des Gilets Jaunes s’est plutôt bien passé sur le plan des dégâts matériels mais sur le plan moral, il va en autrement. Pour me changer les idées et aussi traiter d’autres sujets avec vous, je me suis plongée dans les photos de mon périple néo-zélandais de plus de deux mois et bien sûr, je vais commencer par vous parler d’autre chose et ça, c’est tout moi, une idée en entraîne une autre. En regardant les photos, j’ai vu deux pintades…

Pintades de Nouvelle-Zélande ; la pintade est appelée aussi « coq d’inde » à l’Île de La Réunion.

Ces deux volatiles m’ont renvoyée à La Réunion illico et je me suis souvenue de ce vieux billet à propos du langage Bourbon et du mot « codindé » qui signifie couvert de taches de rousseur par analogie avec les petits points des plumes des pintades (« out ti figuir codindé » : ton visage aux tâches de rousseur). À cela, une explication : quoique le q soit sonore dans coq, il est muet dans coq-d’inde, qu’on prononce cod’inde, information trouvée dans plusieurs manuels de prononciation de la langue française (et même langue françoise de 1696) ; par déformation, adaptation : les pintades sont devenues codindes, des oiseaux « codindés », les peaux réunionnaises à taches de rousseur sont couvertes de codènes.

Ces pintades-là se trouvaient dans le jardin botanique de Whanganui (une ville au sud de la côte ouest de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande).

Il ne faut jamais oublier que la Nouvelle-Zélande est composée de deux îles bien différentes, le nord plus chaud, plus peuplé et le sud plus sauvage, plus montagneux. Deux mois, ce n’est vraiment pas assez pour faire le tour du pays, j’y serai bien restée plus longtemps mais je ne rêve nullement de m’y installer : c’est beau, c’est loin et ce sont des îles. Je vous expliquerai le fond de ma pensée au fur et à mesure.

Ce fut un beau voyage, un peu frais et humide cependant.

Share

3 réflexions sur « Pintade »

  1. Si tu parles de la pintade à Richard Bohringer, il te dira que, comme lui, elle est originaire d’Afrique (sourire).
    En Nouvelle-Zélande, as-tu eu le temps d’apprendre à faire des grimaces et lancer des menaces ? C’est d’ailleurs ce qu’ont connu les premiers explorateurs ayant posé le pied sur ces îles australes.
    Bon dimanche !

  2. les pintades, un bel oiseau à la chair delicate, oiseau de basse cour, mais sachant voler et se percher dans les arbres, merci chere Françoise, j’ai bien connu celà lors de ma jeunesse à la ferme ! nous appelions le dindon « codinde » justement (le coq de la dinde) quant à la pintade je ne connaissais que celle au plumage foncé ! c’est avec plaisir que je suivrais tes aventures en Nouvelle Zelande, j’aurais aimé la visiter, plutot que l’Australie ! maintenant il est un peu tard, je n’ai plus l’envie d’aller si loin ! porte toi bien, amities et bises

  3. castaner et son âme damnée se sont réjouis, mais c’ est un peu trop facile en l’ absence des black-blocs, et avec plus de policiers que de manifestants !
    Je n’ avais jamais entendu parler de codinde, pour moi, il y a le dindon et la dinde !
    La pintade a gardé un goût un peu sauvage !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.