Punaise, encore !

J’ai terminé mon billet hier avec « Punaise » et la bêtise d’Homer Simpson, lui qui a compris qu’être stupide offrait l’avantage du bonheur ou au moins la tranquillité d’esprit. Et comme toujours, mes idées se sont enchainées et sont parties dans tous les sens.

Je vous rappelle qu’Homer Simpson travaille à la centrale nucléaire de Springfield et incarne pour beaucoup le stéréotype (américain) de la classe ouvrière ; il est vulgaire, quasi alcoolique, en surpoids, incompétent, maladroit, paresseux, ignorant mais cependant, dans la mesure de ses moyens, dévoué à sa famille. Homer est un esclave du capitalisme, heureux, qui vendrait son âme au diable en échange d’un seul donut (d’une bière ?) ou quelques dollars de plus. L’argent et la stupidité semblent être les fondements de la société actuelle.

On a appris dans les premiers épisodes que la famille Simpson est chrétienne, qu’elle va à la messe tous les dimanches au début ; après on  parle moins d’église mais il est précisé qu’un voisin est juif, Lisa bouddhiste… La religion est importante dans la vie de la communauté et voilà qui me ramène à la phrase de Karl Marx :

« La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans coeur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple.« 

Nous ne pouvons nier que toute religion réconforte les Hommes mais aussi qu’elle les maintient dans l’ignorance, elle affirme que le monde a été crée par Dieu, un dieu ; il ne faut pas oublier les dérives américaines du moment : rejet de la théorie de l’évolution ni les règles brutales de certaines formes de l’Islam. La religion est souvent une illusion néfaste pour l’homme, une forme d’aliénation, un paravent qui cache beaucoup de « choses », une idée bourgeoise qui protège les nantis qui dirigent.

L’ignorance, l’obscurantisme sont les meilleurs moyens pour soumettre un peuple. Les exemples ne manquent pas dans l’Histoire. Pensez à l’Iran du Shah devenu celui de Khomeini à la fin des années 70. L’Iran du Shah est, en 1978, une dictature dans un pays laïc et riche. Le 16 janvier 1979, après quatorze ans d’exil en France, à Neauphle-le-Château, l’ayatollah Khomeini revient triomphalement à Téhéran pour conduire la Révolution islamique ; le nouveau gouvernement est entièrement basé sur l’islam et les dirigeants se sont mis d’accord sur une seule chose : la nécessité d’imposer les normes islamiques, par la force si nécessaire, ce qui a été fait avec enthousiasme en ignorant l’opposition des femmes, des minorités instruites mais aussi celle de citoyens ordinaires satisfaits des efforts de modernisation déployés plus tôt par l’Iran. Finalement, l’Iran n’est-il pas tombé de Charybde en Scylla ? Fuir une dictature pour une autre ! C’est ce que pensent sans doute des femmes iraniennes, avant en tenue occidentale, aujourd’hui en hijab, niqab….

La meilleure photo de Hengameh Golestan   Des femmes iraniennes protestent contre la loi du hijab de 1979.

Là sur l’image dessous, il y a de la couleur mais dans les rues, c’est souvent tout noir. Comme des vols de corbeaux dans les rues.

Résultat de recherche d'images pour "hijab niqab"
Drôles d’oiseaux ! Dans le bestiaire religieux, on retrouve les punaises de sacristie (les bigotes) dites aussi punaises de confessionnal  mais aussi grenouilles de bénitier,

Cette appellation est quelque peu péjorative et infamante pour ces batraciens. Les grenouilles de bénitier sont ces personnes trop croyantes qui passent une bonne partie de leur existence en dévotions à l’église, les bigots, en général plus prompts à la critique qu’à la charité. Ces grenouilles-là, tout comme celles qui coassent dans leur marigot, passent leur temps aux bavardages futiles et aux cancans.

L’expression « grenouille de bénitier » vient, bien entendu, de ces bénitiers placés à l’entrée des églises, normalement remplis d’eau bénite, et dans lesquels les fidèles trempent le bout de leurs doigts avant de faire leur signe de croix en entrant. Savez-vous que dans la Collégiale Saint-Paul de Narbonne, vous trouverez un bénitier, en forme de coquille Saint-Jacques, au milieu duquel trône une grenouille ? Une des légendes dit que cette grenouille fut pétrifiée là car elle troublait l’office. Pour faire peur aux autres grenouilles de bénitier ?

Pour finir avec les bestioles et surtout les punaises, toujours avec une pointe d’argot, connaissez-vous la punaise de caserne ?

C’était, dans la langue populaire, une fille qui fréquentait les soldats, une fille de petite vertu, un terme plus élégant que P…

Je ne résiste pas à ces deux chansons sur le sujet, des styles bien différents :

Ma préférée mais trop rarement entendue sur les ondes :

Bonne journée.

Share

1 réflexion sur « Punaise, encore ! »

  1. C’ est bien pourquoi je fais la différence Entre Dieu et ceux qui prétendent le représenter sur la terre qui n’ est pas son domaine !
    Il me parait inconcevable , même en étant cartésien, ou justement en l’ étant, que l’ univers ait pu se créer sans créateur !
    La théorie de l’ évolution semble tout de même s’ arrêter avec l’ homme, et ce petit quelque de plus qu’ il a sur l’ animal, c’ est l’ âme pour moi.
    Isolé un homme peut être brave, mais en société il peut devenir un fauve, se repaître du sang dans les arènes, et suivre un dictateur dans ses dérives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.