Nouvel an chinois 2019 (1)

Bonne année ! Le 5 février 2019 commence l’année du COCHON DE TERRE (année 4717) ; elle se terminera le 24 janvier 2020 pour laisser la place au signe du Rat de Métal.

Le Cochon/Porc est le douzième et dernier animal du cycle zodiacal chinois. Selon la croyance populaire, il est sincère, honnête, confiant, sociable, travailleur et obstiné. On dit du Porc qu’il s’entend bien avec le Mouton/ Chèvre et le Lapin/Lièvre/Chat et très mal avec le Serpent (pas d’bol, je suis Serpent).

Le premier jour du premier mois du calendrier chinois marque le début de la fête du printemps qui se déroule sur quinze jours et s’achève avec la fête des lanternes.

Le Nouvel An est célébré officiellement en République populaire de Chine et sept jours de congés sont accordés en général ; à Taïwan (cinq jours), à Hong Kong et Macao (trois jours), ainsi que dans certains pays d’Asie comme Singapour et la Malaisie (deux jours), les Philippines (trois jours), Brunei et Indonésie (un jour), Thaïlande, Vietnam (fête du Têt, trois jours), Corée du Sud (trois jours). C’est la fête à l’Est. Youpi !

Les congés du Nouvel An peuvent être prolongés par un week-end ou un pont et sont une période de migration intense avec des embouteillages sur les routes et une affluence dans les gares et les aéroports car nombreux sont ceux qui s’efforcent de rejoindre leur famille. J’imagine assez bien le tableau ; j’ai vu des fins de journées en Chine et des fins de semaine, tant dans les rues, le métro, les gares et les aéroports, ça grouillait de partout et je dois avouer que la première fois que j’ai vu ça, à Hong-Kong, j’ai eu peur, je suis ressortie du métro ; c’était il y a presque trente ans. Depuis il y a toujours du monde mais les lignes ont été rénovées et c’est moins angoissant. Quand on voit les barres gigantesques d’immeubles à Pékin, Nankin, Wuxi ou ailleurs, on sait qu’il y a du monde dans le pays

Le jour du nouvel an est observé partout dans le monde par les membres de la diaspora chinoise, je l’ai vu à La Réunion, à l’Île Maurice et en France métropolitaine mais avec plus ou moins de rigueur ; c’est bien le seul jour de l’année où mes beaux-parents ne travaillaient pas. Il est appelé aussi « le jour du coq » ou « le début du premier matin ». Il marque le point de départ des jours de fête du nouvel an.

La veille du nouvel an chinois (le réveillon) un grand repas rassemble toute la famille habillée de neuf pour l’occasion (hier 4 février, j’étais avec mon mari et deux de mes enfants et deux de mes petits-enfants, soit une partie de la famille mais nous n’avions pas mis de nouveaux habits et mon gendre – métis chinois lui aussi – était d’astreinte donc téléphone à portée de main ; les traditions se perdent et ce n’est même pas moi qui suis chinoise).

A minuit ou très tôt le matin, la famille allume des pétards pour éloigner les mauvais esprits (je le faisais à La Réunion mais près de Toulouse, je n’ai pas trouvé ces gros rouleaux de pétards rouges qui laissent un tapis de papier devant l’entrée de la maison et je crois que les voisins seraient surpris par le bruit, angoissés peut-être). La rouge couleur est à l’honneur en Chine et ce soir-là les enfants reçoivent une petite enveloppe rouge contenant de l’argent (des fung-pao, dit-on dans la famille originaire de Canton, c’est  hóngbāo en mandarin.

La première cérémonie de l’année est l’offrande aux ancêtres et aux dieux (de la nourriture, des boissons, de l’encens, des bougies rouges). Les enfants présentent leur respect et leurs voeux aux aînés selon un rituel défini depuis des siècles : un autel avec des offrandes devant lequel on s’incline. Dans les rues, le dragon et le lion mènent leurs danses dans un vacarme assourdissant de tambours et de gongs.

Le repas du jour de l’an est totalement végétarien (ce sera le cas chez nous aujourd’hui) afin de purifier les corps et le âmes (si c’était vraiment efficace, il faudrait contraindre le monde entier au végétarisme, au moins pendant quelques jours).

Dès l’après-midi et pendant deux  autres jours les Chinois vont présenter leurs voeux à leurs proches, leurs relations et tous ceux à qui ils sont redevables. Ce sont les « trois débuts ». Les enfants vont recevoir des enveloppes rouges garnies d’argent des membres de la famille.

Le second jour s’appelle le « jour du chien » ou « l’accueil du gendre » car traditionnellement c’est le jour où chaque famille se rend chez les parents de l’épouse pour prier le dieu de la fortune et lui demander sa protection pour la nouvelle année. Le repas est encore végétarien.

Le troisième jour du nouvel an chinois est le « jour du cochon » ou « mariage de la souris ». Selon la coutume on doit préparer des offrandes pour les souris vivant dans la maison (moi je leur donne des appâts mortels de Bayer, chut, faut pas le répéter mais chacun chez soi et les souris dehors). Pour les Chinois, cette tradition vient d’une légende étrange, une jeune fille aux mains fines, comparables aux pattes de souris avait été offensée par un charbonnier qui l’avait prise pour une sorcière et avait voulu lui trancher les mains ; elle s’était « évaporée » et depuis la crainte d’une vengeance (divine ou de sorcellerie) oblige à offrir, un jour par an, le  gîte et le couvert à ces petites bêtes.

Le quatrième jour, « jour du mouton », est très important car il marque le retour des dieux au sein du foyer. Ils sont accueillis par de nombreuses offrandes des habitants du foyer.

Le cinquième jour, « jour du boeuf », donne le signal de la fin des festivités. C’est le jour où l’on range les décorations du nouvel an.

Le septième jour est celui de « l’homme qui rit », il est consacré à la longévité. Un grand repas réunit la famille pour prier pour la longévité de tous.

Le « jour des lanternes » marque réellement la fin des festivités du nouvel an chinois. Les habitants défilent dans les rues à la nuit tombée en portant une lanterne ronde et décorée des signes du zodiaque. Il s’achève par un feu d’artifice.

Mais ça, c’est en Chine.

Pour nous, le Nouvel An chinois, c’est juste une journée et encore.

 

Share

3 réflexions sur « Nouvel an chinois 2019 (1) »

  1. Les chinois forment une grande famille, où qu’ ils se trouvent, ce qui permet aux traditions de perdurer , et le fait que les jours soient fériés y contribue

  2. De bien belles traditions qui, comme les nôtres, se perdent au fil du temps.
    Merci pour ces explications car j’avoue ne pas connaître grand chose des us et coutumes chinois.

  3. merci pour ces interessantes informations, heureux nouvel an, à mes amis chinois et vietnamiens , heureux nouvel an chere Françoise à toi et les tiens , bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.