Aller à vau-l’eau

Hier j’ai écrit « tout va à vau-l’eau », non pas pour faire mon intéressante comme notre président qui veut toujours montrer qu’il nous est bien supérieur, mais parce que les expressions de ma grand-mère me reviennent toujours et que de plus en plus j’ai envie de les transmettre pour être sûre qu’elles continueront à vivre. Effet de l’âge ? Besoin de laisser une trace ? Goût de transmettre.

La locution verbale « aller à vau-l’eau » qui signifie aller de plus en plus mal, se dégrader, péricliter, est bien vieille, elle trouve son origine dans l’ancien français aller à val l’eau. (C’est un drôle de verbe ce verbe aller avec ses « je vais, j’irai, j’allais… irrégulier, c’est sûr et son passé simple peut plaire à certains : tu allas, il alla, nous allâmesvous allâtes tout comme l’imparfait du subjonctif : que j’allasseque tu allasses, qu’il allât, que nous allassions, que vous allassiez, qu’ils allassent).

Je reviens à l’expression du jour aller à vau-l’eau : dès le XIIe siècle, aller à val (ou à vau) signifiait «en descendant le long de la vallée». Jusqu’au milieu du XVIe, l’expression qui a été utilisée  par Rabelais avait le sens très concret de « suivre le fil de l’eau » (à la dérive, peut-être ?) mais  comme on utilise à la même époque « à val de route » pour dire « en déroute » et « être à vau l’eau » pour parler d’une entreprise qui fonctionne mal, le glissement vers « aller à vau-l’eau » commence à apparaître, tout comme « partir à vau-l’eau« .

Je relève que donner à « aller à vau-l’eau » le sens de « péricliter » (aller à sa ruine, à sa fin) est approprié, puisque ce verbe péricliter avait dans le premier tiers du XIVsiècle le sens de périr et de faire naufrage. Que des histoires d’eau.

Aujourd’hui, on oublie « aller à vau-l’eau » et on préfère :
  • partir en brioche
  • partir en sucette
  • partir en biberine (Marseille)
  • partir en freestyle
  • partir en eau de boudin
  • partir en vrille
  • partir en live
  • partir en couille
  • partir en cacahuète

Avez-vous entendu dans cette chanson de Renaud l’expression du jour ? Renaud, un bon auteur, poète, sensible, sans doute trop, qui aime les mots.

J’aime cette chanson. Pas vous ?

Share

2 réflexions sur « Aller à vau-l’eau »

  1. et bien en parlant de ce gouvernement et de son monarque, je dirais : partir en couille !
    ce qu’ il y a d’ anormal, c’ est qu’ il n’ ait pas encore coulé malgré tous les scandales !
    Oui, c’ est une jolie chanson !
    Bonne journée Françoise
    Bisous

  2. Aller à vau l’eau est une expression qui s’applique bien à ce qui se passe chez nous, en ce moment …
    Plus rien ne tient la route (Encore une expression) alors qu’on est censés être « en marche » …
    En marche vers quoi ? On marche sur la tête, oui !
    Et comme nous ne sommes pas des acrobates, on va tous se casser la gueule.

    Bon mardi, avec, hier un peu de neige fondue,
    mais maintenant, la température s’est radoucie …
    Bisoux, ma françoise ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.