Panem et circenses

Avant Plantu, Cabu ou Siné, des hommes ont dénoncé les dérives d’un système politique au péril de leur vie. Ils pensaient sans doute qu’il vaut mieux mourir debout que de vivre à genoux. Juvénal, à Rome, au début du deuxième siècle, a écrit : « Lui [le peuple romain] qui, jadis, distribuait le pouvoir, les faisceaux, les légions, enfin tout, ce peuple déchu ne convoite plus avec anxiété que deux choses : du pain et des jeux ! », le fameux «Panem et circenses (clic) ».

Juvénal regardait et décrivait avec lucidité ce qu’il voyait dans sa ville. Pour garantir la paix et éviter de nouvelles émeutes, l’Empereur avait décidé de distribuer gratuitement du pain à la populace, mais une fois rassasiée, la population romaine qui n’a plus besoin de travailler pour subvenir à ses besoins, s’ennuie et un peuple qui s’ennuie, c’est mauvais pour le pouvoir. Alors, pour éviter les débordements, l’Etat lui offre de magnifiques arènes, dont le très célèbre Colisée construit au premier siècle de notre ère sous le règne de Titus. Dans ce stade gigantesque s’affrontent des gladiateurs dans des combats sanglants et les jeux occupent une part de plus en plus grande dans la vie romaine : près d’un jour sur deux leur est consacré.

Colisée et Stade de France, est-ce la même histoire qui se renouvelle ?

Sans aucun doute. Aujourd’hui en plus, il y a les tirages du Loto et d’EuroMillions qui se succèdent quasi quotidiennement ; on peut ajouter Tiercé, Quarté, Quinté, Keno et autres jeux de la FDJ pour voir que chaque jour est bien rempli. Ne passons pas sous silence la télévision avec ses jeux débiles, les télé-réalités, les informations en boucles, sans oublier qu’il existe aussi Facebook, Tweeter et autres réseaux dits sociaux…

La révolte grondera-t-elle un jour davantage ? Savez-vous qu’un cadeau a du mal à passer dans les écoles de Saint-Etienne. Et pourtant, un cadeau devrait rendre heureux, non ?

Et bien voilà : la semaine dernière, la « Mairie » de Saint-Étienne (préfecture de la Loire, 42) a envoyé des posters de l’équipe de foot de la ville, aux écoles élémentaires avec pour objectif de les distribuer aux élèves. Or, plusieurs établissements ont renvoyé les posters à la mairie voulant ainsi protester contre la baisse de 5 % du budget de fonctionnement des classes : la mairie n’offre plus de dictionnaires aux élèves de CE2 par exemple mais elle a passé un marché de communication avec la société qui gère les droits commerciaux de Saint-Etienne. Quand on connait le coût de la communication…

À chacun ses priorités ! On voit bien que de droite ou de gauche, les « dirigeants » n’ont qu’une ambition abrutir le peuple  pour mieux le manipuler. Une machinerie implacable a été installée : l’inculture de masse avec l’interdit de penser. Pauvre jeunesse ! Il faut l’aider à ouvrir les yeux, à se libérer des contraintes, à lutter contre la séduction des média et la servitude à laquelle elle se soumet volontairement.

La télé, c’est tellement con que même les pigeons ne se posent plus sur les antennes.» J.M. Gourio

Share

2 réflexions au sujet de « Panem et circenses »

  1. les gouvernements successifs ont acheté la paix sociale en laissant des quartiers entiers aux mains des émeutiers !
    Mais voilà, la racaille se radicalise, et commence à terroriser et on se souvient que l’ islam est à la base de tout !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. Bonjour Françoise ! ça fait bien plaisir de vous lire à nouveau !
    Ce texte illustre fort bien la vie actuelle….Nos dirigeants préfèrent que les jeunes restent « ignares » . Que feraient-ils d’un peuple d’évolués, de cultivés, d’instruits ? Pas facile à manipuler ceux-là !
    Bon, je n’ai pas trop le temps de poursuivre une discussion sur cette méthode; très » prosaïquement », j’attends le kiné qui essaie (sans y parvenir) de faire de moi une femme « relativement » jeune ! Encore plus difficile que d’essayer de m’imposer des idées !!!
    Bonne journée et bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *